Bobby change de linge

Sortir de sa condition sociale, tel est le cœur de Bobby change de linge, un album signé Hugues Barthe. Publié par La Boîte à Bulles, le lecteur suit Bobby qui fuit sa campagne pour venir travailler en ville et devenir petit bourgeois en épousant la fille de son patron.

DE LA CAMPAGNE…

Bobby Pignolet est un jeune homme d’une vingtaine d’année qui vit depuis son enfance dans une petite ville en pleine campagne. Son existence est délicate depuis longtemps. Il fut élevé dans une famille très modeste. Il est le fils d’un ancien couvreur qui n’a jamais beaucoup travaillé – à cause d’une maladie nosocomiale – alcoolique, limite raciste et d’une femme au foyer. Ses parents sont viscéralement anti-bourgeois.

Son prénom, il le doit au célèbre personnage de la série télévisée Dallas. Sa vie était donc rythmée par les Restos du cœur, une chambre sans chauffage et un rejet des autres au lycée. Préférant lire de nombreux romans pendant que les autres garçons étaient déjà attirés par les filles, il était insulté voire battu et insulté de PD.

…A LA VILLE

Pour fuir un avenir tout tracé, le jeune homme cultivé décide de tenter sa chance en ville. Il devient employé dans la Librairie de Jean Détalminil, un patron « à l’ancienne », protecteur et paternaliste. Rapidement, Bobby se fait sa place, dynamise la boutique et obtient les faveurs de son patron. Il faut dire que les autres employées sont âgées, sont là depuis des lustres et aiment leur petit confort et leur routine. Seule, Victoire – la fille de Détalminil – est dans ses âges.

Les deux jeunes se rapprochent et tombent amoureux. Dans le même temps, son patron l’invite souvent chez lui pour parler littérature et musique. Il faut souligner que le jeune homme rêve de devenir écrivain.

Tout va très vite ensuite, Bobby quitte le foyer de jeunes travailleurs pour s’installer avec Victoire dans un bel appartement et ils décident alors de se marier.

ENTRE LUTTE DES CLASSES ET ASSIMILATION

Bobby change de linge est un très bel album de Hugues Barthe ! Fiction très actuelle et moderne, l’auteur de Bienvenue dans le marais (Hachette) dévoile le parcours d’un jeune homme fils d’employé dans un univers à mille lieues de celui de ses parents.

A la manière des romans de la fin du XIXe siècle de Zola, Stendhal ou Dickens, Hugues Barthe tente de comprendre les rouages d’un transfuge d’une classe à l’autre. Les deux mondes sont en totale opposition : d’un côté, les parents de Bobby modestes, peu cultivés qui haïssent les Bourgeois et de l’autre, l’opulence et la culture de Victoire et ses parents. Et au milieu, un jeune homme en dehors de la norme de sa condition sociale. Lui, il rêve de travailler en ville, devenir écrivain; en somme réussir sa vie et tordre le cou au déterminisme social, une voie déjà toute tracée dans les pas de son père.

Pourtant tout ne se déroule pas de façon très simple. Entre la gêne occasionnée par son patron quand il l’invite chez lui, son attirance pour Victoire puis sa révolte après son mariage ou sa répulsion pour ses parents (la scène lors de son mariage est très dure envers ses géniteurs), la nature revient toujours au galop. Pourra-t-il vraiment se fondre dans ce nouveau monde ? La classe populaire est-elle vraiment soluble dans la bourgeoisie ?

BOBBY CHANGE DE LINGE : BELLE CHRONIQUE SOCIALE

Né en 1965, Hugues Barthe effectue des études aux Beaux-Arts de Besançon puis à Angoulême à partir de 1994 (diplôme bande dessinée) et débute sa carrière d’auteur et d’illustrateur dans la revue Hercule et la toison d’or où il crée Le petit Lulu (édité en 2006 chez Les requins Marteaux). Animé par sa volonté de faire respecter l’égalité hétéro- gays et les lesbiennes, il publie quelques ouvrages autour de ce thème : Jean-François fait de la résistance – l’histoire d’un jeune homosexuel qui monte à Paris, édité par La comédie illustrée en 2006 – Dans la peau d’un jeune homo et Bienvenue dans le marais (les deux aux éditions Hachette). Puis il se consacre à des ouvrages plus personnels et autobiographiques : L’été 79 et L’automne 79 (éditions Nil) où il raconte son enfance et son adolescence dans une famille où le père était alcoolique et violent.

Si Bobby change de linge n’est pas autobiographique, le lecteur retrouve quelques thématiques déjà développées dans ces précédentes publications : l’alcool, la violence, le racisme ou l’homophobie. Jamais caricaturaux, ses personnages sont bien cernés. Mais on éprouve un sentiment ambivalent à leur encontre, entre l’attirance (on est sous le charme de Bobby et sa force mentale pour changer de situation) mais aussi de la répulsion (quand il juge ses parents lors de la cérémonie de mariage ou lorsqu’il rejette Victoire lors de l’écriture de son roman).

Article posté le mercredi 17 août 2016 par Damien Canteau

Belle chronique sociale, Bobby change de linge est signé Hugues Barthe aux éditions La Boîte à Bulles, décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • Bobby change de linge
  • Auteur : Hugues Barthe
  • Éditeur : La Boîte à Bulles, collection Contre-jour
  • Prix : 19€
  • Parution : 24 août 2016

Résumé de l’éditeur : Jeune homme issu de la classe populaire, Bobby débarque en ville avec la ferme intention de s’y faire une place, quitte à passer ses week-ends sous le toit délabré d’un foyer pour jeunes travailleurs. Jean Détailminil, gérant de la librairie dans laquelle Boby travaille, remarque très vite le potentiel qui sommeille en son employé et décide de le prendre sous son aile. Bobby met le pied dans un mode inconnu et fascinant : celui de la bourgeoisie. En côtoyant cette famille qui deviendra la sienne – il en épousera la fille – le jeune homme découvre l’aisance financière et surtout le foisonnement intellectuel dont il a toujours rêvé, bien loin du mutisme culturel de son arrière-pays natal. Pourtant, si Bobby se sent intimement appartenir à ce monde qui lui ouvre ses portes, la transition n’est pas simple, car le bagage qu’il traîne derrière lui ne s’abandonne pas si facilement…

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l’ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir