Conduite interdite

Nour devient une icône de la cause des femmes saoudienne en 1990, en bravant l’interdiction de conduire une voiture, avec 46 autres progressistes. Chloé Wary dévoile Conduite interdite, un album qui retrace leur combat en s’appuyant sur les témoignages de ces femmes qui ont mis en danger leur vie pour être libres.

10 NOVEMBRE 1990 : JOUR DE LIBERTÉ

Riyad, le 10 novembre 1990 : 47 femmes bravent l’interdit en s’asseyant dans une voiture seules ou à plusieurs sans homme et en conduisant. En effet, l’Arabie Saoudite est le seul pays au monde à interdire la conduite aux femmes ! Le régime wahhabite des Al Saoud ne laisse que peu de place aux femmes. Malgré quelques avancées lors de ses dernières années – droit de vote – elles ne peuvent pas, par exemple, sortir seules dans les rues.

DE LONDRES…

Nour, son père et sa mère ont habité Londres pendant cinq ans. Lors de ce laps de temps, la jeune fille s’occidentalise et apprécie énormément les grandes libertés faites aux femmes : s’habiller comme elles le souhaitent, aller au cinéma ou écouter de la musique. Les britanniques sont libres, indépendantes et autonomes et cela, elle apprécie. Là-bas, elle découvre même la photographie, sa passion.

De son côté, son père n’a jamais supporté les libertés prises par sa fille et notamment le fait qu’elle lui tienne tête sur de nombreux sujets. Mais cela allait changer avec le retour au pays.

… A RIYAD

« Rien ne sera plus jamais comme avant. Personne ne se regarde, personne n’ose se parler. Je sens la liberté me quitter pour de bon. Londres m’a déjà oubliée. Sous mon abaya, je me cache et disparais » dira Nour après son retour sur sa terre natale, à Riyad.

Alors qu’elle aurait aimé continuer dans la photographie, son père l’inscrit de force à l’université, en littérature arabe. Elle se fâche, soutenue du bout des lèvres par sa mère. Elle continue néanmoins à photographier le monde de la fenêtre de sa chambre. Peu de temps après, elle entre en contact avec une organisation secrète de féministes…

CONDUITE INTERDITE : POUR UN JUSTE COMBAT

Pour son premier album, Chloé Wary propose une très beau portrait de femme qu’elle fonde sur différents témoignages recueillis par Clarence Rodriguez pour écrire son ouvrage Révolution sous le voile. Ainsi, Nour est la somme de toutes ces femmes qui ont résisté et ont voulu braver l’interdit.

Féministes sous leur abaya, elles tentent de faire progresser leur cause petit à petit, jour après jour, par toutes petites touches. Elles souhaitent être reconnues comme femme et enfin être des êtres à part entière dans ce pays qui les nie.

L’auteure – étudiante au Lycée technique d’Arts Appliqués Auguste Renoir à Paris – parle de quête d’identité et de dépassement de soi, le tout sur fond de police des mœurs. Les textes religieux, les religieux eux-mêmes mais aussi les hommes dans la rue perpétuent ce clivage fort entre les deux sexes. Comme avec Marjane Satrapi dans Persépolis, le lecteur découvre qu’elles peuvent être réprimandées, arrêtées voire emprisonnées si elles sont en dehors des clous.

Par Conduite interdite, Chloé Wary brosse le portrait de l’Arabie Saoudite mais aussi du Proche-Orient et ainsi nous fait réfléchir sur la condition des femmes là-bas, mais aussi chez nous, sur les combats à poursuivre en France mais aussi dans le Monde pour leur émancipation, leurs libertés !

Sous forme de petits chapitres, introduits par une sourate du Coran – sans texte explicatif pour que chacun se fasse sa propre opinion, sans donner de leçon – l’auteure dévoile de belles planches en noir et blanc qui restituent parfaitement cette ambiance entre indignation et souffle de liberté.

Cet album aurait très bien pu être inscrit dans notre Top 10 des BD sur le féminisme ou ces femmes auraient pu faire l’objet d’un chapitre dans l’un des deux volumes de Culottées de Pénélope Bagieu.

Article posté le mercredi 12 avril 2017 par Damien Canteau

Conduite interdite de Chloé Wary (Steinkis) décrypté par Comxitrip le site BD de référence
  • Conduite interdite
  • Auteure : Chloé Wary
  • Editeur : Steinkis
  • Prix : 18€
  • Parution : 29 mars 2017

Résumé de l’éditeur : L’Arabie saoudite est le seul pays au monde où il est interdit aux femmes de conduire. Aujourd’hui, les Saoudiennes font leurs études à l’étranger, travaillent, votent et peuvent être élues… mais pas conduire elles-mêmes leur voiture. Après cinq années passées à Londres, Nour rentre en Arabie saoudite. Ce retour lui cause un certain malaise, jusqu’à ce qu’elle croise un groupe de femmes bien décidées à revendiquer leur indépendance. Le 10 novembre 1990, elles sont 47 à prendre le volant, et deviennent les pionnières d’un mouvement féministe qui revendique le droit de conduire !

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir