Dark Night : une histoire vraie

Dark Knight est certainement le surnom le plus approprié pour définir Batman. Dark Night est incontestablement le titre le plus éloquent pour résumer la nuit qui changea l’existence de Paul Dini. Ce dernier, scénariste de la série animée la plus populaire du héros masqué dans les années 90, dévoile un détail traumatisant de sa propre vie. Véritable autobiographie, Paul Dini se met à nu et nous permet d’entrer dans une conscience aussi noire que torturée. Avec la complicité d’Eduardo Risso au dessin, Dini exhume sa souffrance intérieure et physique qui ne trouvent répit que lorsqu’il retrouve son univers imaginaire. Un entourage connu du public et qui va peu à peu l’aider à affronter son anxiété. Une histoire bouleversante où le scénariste, comme souvent, met ses héros en second plan tout en étant très influents.

La première planche nous présente un visage tuméfié allongé sur un lit d’hôpital. La conséquence d’un nez fracturé, d’une arcade zygomatique en miettes et de multiples os brisés autour d’un œil. Toutes ces blessures sont la cause d’une agression dont a été victime Paul Dini. Il faudra attendre quelques pages pour connaître les détails de ce qui sera un tournant dans la vie du scénariste.

LE REFUGE RÊVÉ D’UN ENFANT

Car, comme pour le cerner un peu mieux, Dini choisit de débuter le récit dès son plus jeune âge. On y découvre un enfant d’à peine sept ans. On comprend vite que l’école est un endroit incompatible avec son caractère. Lui qui s’employait à être invisible, éludant toute relation avec ces « monstres de l’enfance », était clairvoyant quant à l’effet contraire qu’engendrait ce type de comportement. Plus on essaie de se faire « petit », plus on on devient la cible privilégiée de ceux qui s’imposent comme chefs de bande.

Naturellement, le jeune Paul s’invente un monde imaginaire qui le rassure et lui permet d’exister. À travers ses héros favoris (Beany & Cecil, James Bond, Superman…), il transforme des situations stressantes voire ennuyeuses en véritables scènes comiques. C’est à huit ans que Paul intègre un nouveau personnage dans son univers déjà bien garni : Batman.

La rencontre avec l’homme chauve-souris sera le déclic. Paul commence à dessiner et reproduire ses scènes favorites. Voici comment le futur grand scénariste narre ses premiers pas en tant que créateur.

LE SUCCÈS D’UN DES PAPAS D’HARLEY QUINN

Vingt-cinq ans plus tard, Paul Dini intègre la Warner Bros Animation. C’est ainsi qu’il écrit ses premières histoires pour Batman: The Animated Series, aventures produites notamment par Bruce Timm. Valorisé par son talent (c’est durant cette période faste qu’il crée des personnages devenus célèbres comme Harley Quinn) et à l’aube de la sortie du désormais très réputé film d’animation, Batman: Mask of the Phantasm, dont il est coscénariste, Paul Dini est dans une spirale très positive.

S’ensuivront de nombreuses créations d’animation ou de scénarisation. L’occasion de se noyer dans une énorme charge de travail lui permettant de mettre de côté sa vie privée et ainsi  refouler les quelques complexes d’antan. Même s’il ressent le besoin de se confier à des thérapeutes, notamment sur sa relation avec les femmes, on a l’impression que cet immense créateur trouve son équilibre auprès de son cercle fictif. Jusqu’à cette soirée où il ne pourra masquer la réalité et sera confronté à cette fameuse Dark Night…

DARK NIGHT, CETTE NUIT OÙ TOUT BASCULE

Ainsi, arrive cette violente agression, presque gratuite, à laquelle est confrontée Paul Dini. Les planches qui décrivent la scène sont d’une intensité difficilement supportable. Ce qui amplifie l’atrocité de ces longues minutes sanglantes est incontestablement lorsqu’elles se terminent. Dini est affreusement seul. En nous révélant ses pensées, on s’aperçoit malgré tout, le sang froid qui l’habite. Face à l’aberrance de l’interrogatoire policier, il s’autorise même de risibles réparties.

À compter de ce moment, la conscience de l’auteur entre en ébullition. La suite de Dark Night offre le témoignage d’un homme devant faire face à deux combats simultanés. Il y a cette longue et douloureuse reconstruction faciale mais Paul Dini focalise surtout l’attention sur ses incessants échanges avec ses héros imaginaires. En somme, avec lui-même.

LE CHEVALIER NOIR DEVIENT BLANC

Batman jouera un rôle phare pour éviter que l’un de ses fidèles créateurs d’histoires ne sombre dans une profonde dépression. Telle la « bonne conscience », le redresseur de torts milliardaire le guidera tout au long de son rétablissement. Paul Dini utilise le chevalier masqué à moult reprises en étant l’écho de ses propres réflexions. Nul doute que le scénariste extrapole à peine ce qu’il s’est passé à cette époque tant Batman et autres personnages étaient des parties intégrantes de son existence.

UN SUBLIME RENDU GRAPHIQUE

En illustrant cet album passionnant, Eduardo Risso fait état de tout son génie. De la colorisation à toutes ces variétés graphiques, le dessinateur de 100 Bullets remplit à merveille son contrat. Toutes les émotions qu’a voulu faire passer son compère sont facilitées par l’incroyable richesse du trait de Risso. Chaque planche, chaque case est un régal pour les yeux.

Dark Night est un récit autobiographique où Paul Dini mêle savoureusement fiction et réel. En relatant ce sombre fait authentique, il a certainement voulu se purifier de ce sinistre épisode. Un de ceux qu’il aurait très bien pu réaliser mais dans lequel il aurait inévitablement fait intervenir son justicier, pour un dénouement plus heureux…

Article posté le lundi 17 avril 2017 par Mikey Martin

Dans Dark Night : une histoire vraie, Eduardo Risso illustre à merveille l'histoire touchante du talentueux Paul Dini (Urban Comics). Décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • Dark Night : Une Histoire Vraie
  • Scénariste : Paul Dini
  • Dessinateur : Eduardo Risso
  • Couleur : Eduardo Risso
  • Éditeur : Urban Comics (Vertigo)
  • Prix : 14,00 €
  • Parution : février 2017

Résumé de l’éditeur : Un soir, le scénariste Paul Dini, responsable de BATMAN, LA SÉRIE ANIMÉE, rentre chez lui après un rendez-vous décevant… suivi par deux inconnus. L’agression qui suit remet en cause toute son existence : de ses amours à sa famille en passant par son travail et sa passion pour les mondes de l’imaginaire. Dès lors, il va devoir réapprendre à vivre avec ses fêlures qu’elles soient physiques ou plus intimes, aidé en cela par les personnages de la mythologie du Chevalier Noir. Contenu : Dark Night: A true Batman Story

À propos de l'auteur de cet article

Mikey Martin

Mikey Martin

Originaire de Charente-Maritime, il débarque sur Poitiers il y a 17 ans et s'installe avec sa compagne juste en face d'une librairie spécialisée en bande dessinée. Une aubaine pour s'y remettre. Sa passion sans cesse grandissante pour le Neuvième Art se doit d'être partagée par de petites chroniques.

En savoir