Forçats, tome 2 : Le prix de la liberté

Albert Londres poursuit son combat pour faire innocenter et libérer Eugène Dieudonné du Bagne de Cayenne après sa rencontre forte avec lui en Guyane. Forçats, le deuxième volet de cette saga signé Patrice Perna et Fabien Bedouel est toujours aussi excellent.

UN NOUVEAU COMBAT : L’INNOCENCE DE DIEUDONNE

Dans les locaux du Petit Parisien. Léon Touchard – rédacteur en chef – est heureux : les papiers sur la Bagne de Cayenne d’Albert Londres ont permis de doubler les ventes du journal.

Il demande alors au journaliste de poursuivre ses articles sur le naufrage des deux hommes mais Londres ne veut pas parce qu’il veut avant tout parler des bagnards et non de lui. Il préfère poursuivre son combat pour faire innocenter son ami. Il veut renforcer les premiers éléments de preuves et faire pression sur le gouvernement.

C’est Garnier – le camarade de lutte de Dieudonné – qui a commis l’irréparable en tirant sur le policier en 1911. De son côté Carrouy – de la Bande à Bonnot – avant de se suicider, à laisser une lettre innocentant le bagnard.

LA CLEF DE L’AFFAIRE : LOUISE LA FEMME DE DIEUDONNE

En plus de ces témoignages très importants pour la suite de l’enquête de Albert Londres, le journaliste compte sur celui de Louise, la femme de Dieudonné. Pour le moment, elle ne souhaite pas parler. Il faut souligner qu’elle a refait sa vie depuis le départ d’Eugène pour le bagne.

Le journaliste décide donc de retrouver Louise et de tenter de la faire changer d’avis. Elle lui avoue alors qu’elle a quitté Lorulot – son amant et patron du journal L’Anarchiste – au moment de l’arrestation de Dieudonné et qu’elle était enceinte de son mari à ce moment-là.

A des milliers de kilomètres de Paris, Eugène est convoqué dans le bureau de Chanel, le gouverneur du bagne, qui lui annonce sa retraite mais plus étonnant : sa grâce par le Président de la République. Mais il devra attendre 2 ans pour être libérable. Une injustice de plus…

FORÇATS : UNE FIN DIGNE D’UN ROMAN

Dans la lignée du premier volet dont Comixtrip avait loué la très grande qualité, le second tome est toujours aussi bon. Cette fin de diptyque est formidable ! Après la dureté de la vie des Forçats dans le premier volume, le récit du deuxième signé Patrice Perna se concentre sur le travail de Albert Londres pour faire innocenter son ami. Flash-back sur la journée particulière de la mort du policier par la Bande à Bonnot, celle lorsque Louise rencontra Lorulot ou encore le naufrage de Dieudonné et Londres, ainsi que l’attente interminable du bagnard pour son retour en métropole, tout plait dans Le prix de la liberté.

Le scénariste insiste aussi sur les changements de direction à la tête du Bagne qui ne sont pas un bon présage pour le célèbre bagnard, ainsi que l’évasion de Dieudonné.

Le récit est toujours aussi haletant, maîtrisé et fascinant ! Envoutant et accrocheur, il est digne des grands polars en bande dessinée. Il faut souligner que Forçats bénéficie d’une excellente partie graphique de Fabien Bedouel. Le dessinateur de L’or et le sang (avec Nury et Defrance) et de Kirsten médecin d’Himmler (avec Patrice Perna) propose des planches encore plus fortes que pour le premier volume. Ses grands aplats de noir (costumes, cheveux) sont somptueux.

Après Kirsten médecin d’Himmler et Forçats – deux séries merveilleuses – Comixtrip attend le prochain travail de Perna/Bedouel avec impatience. Y en aura-t-il un ? Nous l’espérons !

Article posté le samedi 13 mai 2017 par Damien Canteau

Forçats 2 de Patrice Perna et Fabien Bedouel (Les Arènes) décrypté par Comxitrip le site BD de référence
  • Forçats, tome 2 : Le prix de la liberté
  • Scénariste : Patrice Perna
  • Dessinateur : Fabien Bedouel
  • Éditeur : Les Arènes BD
  • Prix : 15€
  • Parution : 10 mai 2017

Résumé de l’éditeur : Tandis qu’en France, Albert Londres poursuit ses investigations pour faire innocenter Eugène Dieudonné, l’opinion publique se rallie à sa cause et exige la grâce pour le plus célèbre des bagnards.

 

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir