Julio

Gilbert Hernandez a décidé de s’attaquer à un projet extrêmement intéressant : raconter la vie de Julio, de sa naissance à sa mort de 1900 à 2000 soit 100 ans sur 100 pages. A travers son personnage principal, l’auteur de La saison de billes, revisite l’Histoire du 20e siècle.

Dans une modeste demeure, en pleine nuit, une femme donne naissance à un jolie petit garçon qui donne de la voix et est prénommé Julio, cadet d’une fratrie de trois enfants : Sofia, l’aînée et Benjamin, le petit dernier. L’enfance du garçonnet est délicate, il est souvent rejeté par les autres enfants, voire maltraité. Lorsqu’il entre à l’école, accompagné par sa grande sœur, des garçons véritables terreur pour les autres, déchirent son livre de lecture. A travers ces moments difficiles, une complicité va naître entre Julio et Sofia qui le protégera souvent.

De son côté, son père, un peu porté sur la boisson quitte le domicile familial. Victime d’un empoissonnement aux vers bleus lors d’un repas, il est obligé de rebrousser chemin. D’ailleurs, il en mourra quelques temps après. La mère élève donc seule les trois enfants. La fille a survécu à la tuberculose, s’est mariée à Chato et mise au monde Ruben, Renata et Julio José.

Tandis que les deux grands garçons commencent à travailler en ville, l’oncle Juan s’installe chez eux. Pourtant, l’homme n’est pas le bienvenue, des soupçons de pédophilie le rattrapent et notamment entre Julio enfant et lui…

Délicat et subtil, le récit de Julio est très réussi. Le scénario de Gilbert Hernandez est solide et touchant. La narration est fondée sur des ellipses extrêmement bien maîtrisées ; les flash back souvent ne se remarquent même pas. Pourtant, raconter cent ans de la vie d’un homme en cent pages auraient nécessité bien plus qu’un seul volume, mais la force de l’auteur de La saison de billes est de l’avoir réussie. Une belle performance. De plus, cette famille est si particulière, même si elle est fictive, elle semble si proche de nous, avec ses histoires, ses secrets, ses tiraillements ou ses rapprochements. Le trait en noir et blanc de l’américain est toujours aussi séduisant. Les grands aplats permettent de mettre en valeur les décors ainsi que les personnages et leurs visages qui se transforment au fil des pages comme le temps qui passe. Ils évoluent selon leurs âges mais restent proche pour ne pas perdre le lecteur.

Julio : un album étonnant, parfaitement maîtrisé et sublime !

Article posté le samedi 15 février 2014 par Damien Canteau

  • Julio
  • Auteur : Gilbert Hernandez
  • Editeur: Atrabile
  • Prix: 19€
  • Sortie: 14 février 2014

Résumé de l’éditeur : Attention, grosse claque! Julio, c’est tout à la fois un tour de force narratif éblouissant, et l’un des livres les plus forts, les plus poignants de Gilbert Hernandez. Sur 100 pages, Julio retrace la vie du personnage éponyme, de sa naissance à sa mort, de 1900 à l’an 2000. Ce sont donc 100 ans d’histoires et d’Histoire qui sont racontés en 100 pages, puisqu’à travers les personnages de Julio, c’est tout le XXe siècle qui est revisité.
Grâce à sa maîtrise de l’ellipse et son talent consommé pour les récits fragmentés, Gilbert Hernandez nous promène tout au long de son livre par grands sauts temporels, et derrière le portrait de Julio, c’est celui de toute une communauté qu’il dresse, mais également celui de tout un siècle, à travers certains de ses événements majeurs, événements qui toucheront, directement ou indirectement, Julio et son entourage.

 

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l’ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir