Justeprix – La liquidation de l’or bleu

Justeprix, de Didier San Martin et Philbé, c’est à la fois une bande dessinée qui ressuscite le temps des gros nez franco-belge et des jeux de mots délicieusement foireux, et une tentative de parler d’économie de façon ludique, voire comique.

Sur Économanie, le peuple des Prix et celui des Salaires se livrent une guerre froide millénaire. Le Tapacenbal fait régner la terreur. Et Johanne, terrienne débarquée là par hasard, se demande comment rentrer chez elle. Voici, en gros, le résumé de l’intrigue de « Justeprix – La liquidation de l’or bleu » la première bande dessinée de Didier San Martin et Philbé.

Humour franco-belge

Une bande dessinée qui s’inscrit de façon assumée dans une certaine école d’humour franco-belge plus ou moins en voie de disparition ces dernières années: celle qui fait se rencontrer des personnages volontairement stylisés et des jeux de mots joliment capillotractés. Un double langage caché dans les noms des personnages (Misaprix, Justeprix, Haussedesalaire, Kominsouneuf, Kopek, Salairedelapeur…), dans les expressions qu’ils utilisent (ici, on jure par Wolstrit ou par le Grand Krazuki), ou dans les dialogues.

Un crayon affuté au dessin de presse

Le résultat, c’est un ovni qui rappelle des classiques comme L’archipel des Sanzunron, aventure d’Achille Talon qui a lui aussi nagé dans les eaux troubles de la finance mondiale. Greg est d’ailleurs l’une des références de Philbé, le dessinateur. « Pour moi, les classiques Franco-belges, c’est la base de la BD », explique-t-il. « J’ai été bercé à Tintin, Pilote, Spirou, mais aussi Olivier Rameau. » Mais avant de faire cette première BD, il a essayé son crayon au dessin de presse. C’est d’ailleurs comme cela qu’il a rencontré Didier San Martin, journaliste économique et scénariste de l’album. Ensemble, ils travaillent d’abord sur les gags des Économaniaques, publiés dans le magazine Plein Ouest, avant d’avoir l’envie de décliner des gags économiques sur un album complet de 48 pages.

D’autres aventures à venir

« L’idée est de mettre des idées sérieuses derrière quelque chose de rigolo, en utilisant des jeux de mots, en jouant avec le double langage économique. Les enfants verront une belle histoire d’aventure, les adultes comprendront ces subtilités. » Et le duo de jeunes auteurs ne compte pas s’arrêter là. Le deuxième album des aventures de Justeprix et Johanne, qui devrait traiter du blanchiment d’argent sale, est déjà en route.

Article posté le lundi 24 octobre 2016 par Thierry Soulard

Justeprix_couverture
  • Justeprix – La liquidation de l’or bleu
  • Auteur : Didier San Martin
  • Dessinateur : Philbé
  • Couleur : Emmanuel Béranger
  • Éditeur : Ouest Livres
  • Prix : 12 €
  • Parution : octobre 2016

Résumé de l’éditeur : Débarquant par hasard dans une autre dimension, Johanne découvre un incroyable univers confronté à une sécheresse sans précédent. Comment retrouver l’or bleu ? Comment échapper à la dictature de Partiprix ? Quelle démence pousse l’infâme Tapacenbal à tant de méchanceté ? Alors que sa vie chavire, Johanne se trouve entraînée dans un tourbillon d’événements aussi étranges que périlleux.

À propos de l'auteur de cet article

Thierry Soulard

Thierry Soulard

Thierry Soulard est journaliste indépendant, et passionné par les relations entre l'art et les nouvelles technologies. Il a travaillé notamment pour Ouest-France et pour La Nouvelle République du Centre-Ouest, et à vécu en Chine et en Malaisie. De temps en temps il écrit aussi des fictions (et il arrive même qu'elles soient publiés dans Lanfeust Mag, ou dans des anthologies comme "Tombé les voiles", éditions Le Grimoire).

En savoir