Kersten, médecin d’Himmler

Félix Kersten était le médecin personnel d’Henrich Himmler. Le statut privilégié de ce docteur finlandais lui permit de sauver des camps de la mort de nombreuses personnes. Injustement oublié par les livres d’histoire et les récompenses, Patrice Perna lui consacre une biographie fictionnelle, dans l’album Kersten, médecin d’Himmler, paru chez Glénat. Pour mettre en image ce formidable récit, le scénariste a fait appel à Fabien Bedouel.

MAUX DE VENTRE CHRONIQUES ET IMPOSITION DES MAINS

Prévue en diptyque, cette magnifique histoire commence admirablement dans ce premier volet intitulé Pacte avec le mal. Le récit de Patrice Perna se fonde sur un personnage méconnu du grand public, Félix Kersten. Médecin finlandais installé à Berlin dont la nombreuse patientèle était diverse. Parmi ces personnes figuraient donc Henrich Himmler, bras droit d’Hitler. Souffrant d’un mal de ventre chronique, le docteur arrivera à le soulager grâce à une technique d’imposition des mains. Malgré la pression de plus en plus forte concernant la guerre, le Reichsführer lui ordonne de rester dans la capitale allemande pour continuer le traitement. Soignant tout le monde, Kersten est rapidement obligé de faire le choix de ne plus aider les juifs.

Fréquemment visiteur de sa propre ambassade et de ses diplomates, il va devenir un précieux allié concernant les informations ou des personnes à sauver. Il passe un pacte implicite avec Himmler : des soins personnels en contrepartie de listes d’hommes et de femmes à épargner. 60 000 personnes auraient alors été arrachés d’une mort certaine.

UNE GRANDE TENSION NARRATIVE

Cet album haletant est emprunt d’une grande tension narrative ; le lecteur se questionne à la fin de ce premier volet : Himmler acceptera-t-il ce pacte ? Pour combien de temps ? Cette protection va-t-elle susciter des jalousies avec de hauts dignitaires nazis ?

Habitué de scénarios plus légers (Joe Bar Team 7, Tuning maniacs ou Paddock), Patrice Perna réussit ce beau projet de faire connaître au plus grand nombre, cette destinée incroyable de Kersten, au cœur de la barbarie nazie.

UN DESSIN RÉALISTE ET TRÈS SOBRE

La partie graphique confiée à Fabien Bedouel est, elle aussi, à la hauteur de l’histoire. Le trait réaliste de l’auteur de l’Or et le sang (avec Merwan, Glénat) est d’une grande sobriété, très en phase avec la trame du récit.

Si le second volet est du même acabit, Kersten médecin d’Himmler deviendra une très belle série historique. A suivre !

 

Article posté le dimanche 08 mars 2015 par Damien Canteau

  • Kersten, médecin d’Himmler, tome 1/2 : Pacte avec le diable
  • Scénariste : Patrice Perna
  • Dessinateur : Fabien Bedouel
  • Editeur: Gléna
  • Prix: 13.90€
  • Sortie: 14 janvier 2015

Résumé de l’éditeur : 23 juin 1941. Un train blindé fonce dans la nuit vers le front de l’Est. À son bord : Heinrich Himmler avec sa garde rapprochée et tous les membres de ses services. Lors des séances de soin avec son médecin particulier, le docteur Félix Kersten, le Reichsführer a pris l’habitude de se confier, délivrant des informations capitales sur les plans secrets du Reich. Fort de sa position, Kersten se livre de son côté à un marchandage : en guise d’honoraires, il obtient la libération de prisonniers de guerre. Mais ce pacte avec le diable commence à intriguer Heydrich, chef de la Gestapo et bras droit d’Himmler, qui voit d’un mauvais œil la complicité entre le médecin et son patient. Il soupçonne Kersten d’être un agent allié infiltré…
Personnage discret et injustement oublié de la Deuxième Guerre mondiale, Félix Kersten est celui qui sera à l’origine du Contrat pour l’Humanité, sauvant la vie de 60 000 Juifs emprisonnés dans les camps de la mort.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l’ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir