Koma

Les éditions Humanoïdes Associés publient de nouveau en intégrale Koma, le chef-d’œuvre de Pierre Wazem et Frederik Peeters. Plongée au coeur d’un conte fantastique original aux personnages attachants.

RAMONEUR DE PÈRE EN FILLE

Chez les Eme, on travaille ensemble. Le père est ramoneur dans d’immenses cheminées de la ville et sa fille Addidas l’aide, parce que sa petite taille lui permet de se faufiler dans les conduits les plus étroits. Cette relation est de plus en plus forte entre eux depuis que la mère de la petite fille est décédée.

Mais un mal ronge Addidas, elle perd conscience fréquemment, comme ça, sans signe avant coureur, sans raison. Lorsqu’elle se réveille, elle sort son carnet et y ajoute une nouvelle barre qui comptabilise ses malaises. Elle en est déjà à son deuxième calepin à son jeune âge.

MONSTRES ET MACHINES

Alors qu’elle se trouve au fond d’une cheminée, Addidas tombe encore dans un bref coma. N’y tenant plus, son père décide de l’emmener chez un médecin spécialiste qui n’arrive pas à poser un diagnostique sur cette mystérieuse maladie.

Le lendemain et alors que son père dort profondément, elle se rend sur le lieu de leur travail. Là, elle tombe nez à nez avec McMilliam, le ramoneur-rival des Eme. Comme ils n’ont pas terminé le chantier, l’homme a pris la suite.

Triste, Addidas se glisse dans les entrailles de l’usine. Elle descend une grande échelle, marche longuement et dérape dans un conduit qui ressemble à un toboggan. Elle est surprise par un monstre aux bras immenses et aux yeux jaunes. Alors qu’elle pourrait être effrayée, elle lui parle. Etonnament, il lui répond et lui explique que sa machine est cassée.

Dans son appartement, son père se réveille. Affolé, il part à la recherche de sa fille. Il demande de l’aide au fils McMilliam

KOMA : UNE FABULEUSE SÉRIE EN 6 TOMES

Publiée entre 2003 et 2008, Koma est un fabuleuse série imaginée par deux excellents auteurs : Pierre Wazem et Frederik Peeters. Le récit du premier est construit comme un conte fantastique allégorique de grande valeur narrative.

Comme le souligne Philippe Peter dans la postface, « l’histoire est inclassable » et devient rapidement une série qui séduit tous les publics. Les plus jeunes pourront y trouver tous les ingrédients d’une aventure riche en rebondissements tandis que les plus âgés pourront y déceler un conte métaphorique.

Les deux auteurs genevois se connaissent et s’apprécient mais n’avaient jusqu’alors jamais travaillé ensemble. Il faut souligner que Frederik Peeters sort d’une épreuve éditoriale forte avec Pilules bleues qui racontait l’histoire intense de son couple où sa compagne et le fils de sa compagne révélaient leur séropositivité. Le concert de louanges est impressionnant pour lui : la presse et le public réservèrent à son album un formidable accueil.

De son côté, Pierre Wazem avait déjà publié 7 albums avant Koma. Son complice lui présente un petit dessin d’une fille et d’un monstre. Ne se sentant pas capable d’écrire une fiction à partir de cette simple illustration, c’est Wazem qui s’y colle. La créature fabuleuse devient alors une sorte d’ange-gardien.

DES PERSONNAGES ATTACHANTS

La grande force de Koma réside dans la galerie de portraits très intelligente imaginé par Wazem. Cheveux ébouriffés, grands yeux curieux, Addidas est à la fois mature et immature. Elle est d’une grande naïveté comme une fille de son âge mais très mature dans la relation qu’elle entretien avec son père.

Lui, plutôt âgé, se démène tant bien que mal pour élever cette petite fille depuis qu’il est seul. Les crises de coma de sa fille le préoccupe mais ne sait pas comment s’y prendre. Il faut dire qu’elle sait ce qu’elle veut, est courageuse et continue de travailler auprès de lui comme si de rien n’était.

Le monstre à l’aspect effrayant se dévoile au fur et à mesure du récit : il est agréable, souvent timide et très altruiste. Il n’hésitera pas à faire parler sa puissance pour aider Addidas. Il utilise un langage certes limité mais compréhensif.

La rivalité avec les McMilliam est aussi intéressante. Cette opposition se transformant en complicité dans l’histoire, notamment par le fils qui se rapproche de la petite fille.

KOMA : SAGA ONIRIQUE

S’il utilise comme toile de fond, une ville très industrielle, Pierre Wazem s’en sert comme prétexte à son histoire. La campagne est très lointaine et les constructions se multiplient dans la cité. Les cheminées et les immeubles font penser à ces villes industrielles anglaises du début du 20e siècle. Pas de nature donc dans Koma, que de la pierre à perte de vue.

Cette histoire dramatique est néanmoins onirique et allégorique. Telles les Parques ou Moires de la mythologie antique, les géants sont les gardiens de la vie. Si les 3 femmes tissaient des liens représentant la destinée de chacun, les monstres font fonctionner des machines. Celle de Addidas est détraquée d’où ses nombreuses absences. Son nouvel ami observe que sa machine est cassée. Il y a aussi d’autres thématiques fortes dans Koma : le deuil, la mort, l’industrialisation à outrance et le sens de la vie.

Les histoires parallèles se multiplient dans le récit principal sans jamais perdre le lecteur. S’il ne comprend parfois pas tous les chemins empruntés par les deux auteurs, il est happé par une saga fantastique très réussie. Wazem pèse et soupèse les mots qu’il emploie – parfois des planches entières sont muettes – renforce les silences et les non-dits pour imprimer une ambiance mystérieuse au récit.

UN DESSIN VIRTUOSE

Si l’atmosphère s’assombrit au fil des volumes, le dessin de Frederik Peeters est lumineux. Evoluant lui aussi, l’auteur de Lupus et Aâma réalise de magnifiques planches. Les émotions de l’histoire sont accentués par un trait d’une grande modernité. Beaucoup plus complexe qu’il est au premier abord, son dessin est original et rafraichissant.

A travers les yeux immenses de ses personnages, il imprime tout ce qu’ils peuvent ressentir au fond d’eux. L’auteur de L’odeur des garçons affamés (avec Loo Hui Phang) fut souvent récompensé à juste titre pour ses albums (Prix Töpffer en 2002, prix de la série à Angoulême pour Aâma en 2013). Les couleurs de Albertine Ralenti magnifient les pages d’une grande valeur graphique de Peeters.

Tous les amateurs de bande dessinée doivent avoir lu au moins une fois dans leur vie, Koma, voire posséder les 6 volumes ou l’intégrale dans leur bibliothèque.

Article posté le lundi 10 juillet 2017 par Damien Canteau

Koma de Frederik Peeters et Pierre Wazem (Humanoides Associés) décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • Koma, intégrale
  • Scénariste : Pierre Wazem
  • Dessinateur : Frederik Peeters
  • Editeur : Les Humanoïdes Associés
  • Prix : 29.95€
  • Parution : 10 juin 2017
  • IBAN : 9782731667523

Résumé de l’éditeur : Addidas est une petite fille imaginative et solitaire. Frappée d’une étrange maladie qui la plonge dans des états profonds d’inconscience, elle vit dans un monde sans arbre ni ciel bleu. Quand elle découvre la vérité sur la mort de sa mère en tombant dans le conduit d’une cheminée, Addidas ne veut plus jamais remonter là-haut. Débute alors pour elle un parcours initiatique, aux limites du rêve, où elle sera accompagnée d’une créature étrange venue des entrailles de la terre, et qui va lui faire découvrir la réalité de l’univers qui l’entoure.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir