La guerre de Catherine : la photographie comme arme

La guerre de Catherine est à l’origine un roman de Julia Billet qui a été sélectionné par le ministère de l’Education Nationale. Grâce au talent de Claire Fauvel, c’est aujourd’hui une très belle bande dessinée.

Rachel Cohen alias Catherine Colin

Alors que la guerre fait rage au début des années 1940, les parents de Rachel la confie à un établissement avec une méthode d’enseignement assez singulière, la Maison de Sèvres. Les enfants ont libre choix de ce qu’ils veulent apprendre, de leur emploi du temps et de leur vie en communauté. Mais outre ses aspects d’école atypique, l’école est surtout dirigé par des professeurs d’une grande largeur d’esprit qui méprise au plus haut point l’ascension fulgurante du nazisme et ont peur pour l’avenir des enfants qui sont sous leurs responsabilités. La directrice, l’ensemble des professeurs, tous ont un surnom qui évoque les codes utilisés pendant cette fameuse guerre. Ainsi l’école est dirigée par Goéland avec l’aide de Musaraigne ou encore de Pingouin. Mais un beau matin, la vie de Rachel ne va plus du tout être la même et cela commence par un changement d’identité, elle devient alors Catherine Colin.

 

L’aventure commence

Mais changer de nom ne suffit pas pour être en sécurité. Rachel/Catherine, tout comme d’autres enfants juifs, est envoyée par ses protecteurs dans la zone libre afin d’éviter la déportation. Avant de partir, Catherine, puisqu’il faut l’appeler ainsi désormais, se voit offrir un cadeau par l’un de ses professeurs, un appareil photo. Mais ce cadeau à un coût. Catherine doit prendre des photos de son voyage, et de son aventure. Ravie de cette mission de la plus haute importance, La Guerre de Catherine va nous emmener au sein du plus terrible conflit de ces dernières décennies et nous faire vivre l’envers du décor en photo.

 

Un récit bouleversant

La guerre de Catherine est un récit bouleversant. Tiré d’une histoire vraie, celle de Tamo Cohen, la mère de Julia Billet, qui a vécue dans la maison de Sèvres et qui, tout comme Catherine, a du changer son nom et a parcouru la France portée de lieu en lieu jusqu’à revenir à ces racines. L’oeuvre de Julia Billet (Le mystère de la chambre froide, le secret des lucioles) est renversante et mérite bien sa sélection par le ministère de l’éducation nationale. Cette version dessinée par Claire Fauvel (Une saison en Egypte) apporte une plume de légèreté pour un drame historique qui fait de cette bande dessinée un véritable chef d’oeuvre à posséder à tout prix dans sa bibliothèque. Le tout publié par les éditions Rue de Sèvres (à qui on doit notamment Les petites victoires).

Article posté le samedi 10 juin 2017 par Damien Duarte

La Guerre de Catherine, publié par rue de sèvres et décrypté par Comixtrip, le site BD de référence
  • La guerre de Catherine
  • Scénario : Julia Billet
  • Dessin : Claire Fauvel
  • Éditeur: Rue de Sèvres
  • Prix : 16,00€
  • Parution : 10 mai 2017
  • ISBN : 9782369813620

Résumé de l’éditeur : 1941. Rachel étudie à l’internat de la maison de Sèvres, où ses parents l’ont placée par sécurité. Elle y noue de belles amitiés mais y découvre surtout sa passion, la photographie. Bientôt, les lois contre les Juifs s’intensifient, il n’y a plus de sécurité nulle part en zone occupée. Un réseau de résistants organise la fuite des enfants juifs. Du jour au lendemain, ils quittent tout et doivent oublier, le temps de la guerre, tout de leur vie d’avant, à commencer par leurs prénoms. Rachel devient Catherine. Raconte, lui intiment ses professeurs en l’envoyant sur les routes de la zone libre, un appareil photo à la main. C’est ainsi que nous découvrons le quotidien d’une adolescente juive dans la guerre, ses rencontres, ses peurs mais aussi les quelques moments de répit et de grâce que lui offrira son art.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Duarte

Damien Duarte

Passionné par les comics et la bande dessinée, Damien fait également partie de la chaîne de podcasts Fréquence 616 (comics, bd, manga, actu geek...)

En savoir