Le grand A

L’histoire de la naissance d’un hypermarché près d’Hénin-Beaumont donne l’occasion au duo Bétaucourt/Loyer de livrer une belle chronique sociale de la France des années 70 à nos jours.

LE PLUS GRAND HYPER DE FRANCE

Là-bas, comme on dit, c’est le Nord. Une région immortalisée par son histoire ouvrière et industrielle, ses corons, ses Ch’tis au cinéma et un chômage élevé qui nourrit bien des rancoeurs. A Hénin-Beaumont, souvent sous le feu médiatique depuis qu’une leader du Front national y a fait campagne et qu’un candidat du même parti a pris la ville, il y a aussi le Grand A. En 1972, la France a déjà découvert les hypermarchés. Mais celui qui vient s’installer à Noyelles-Godault, tout près d’Hénin-Beaumont ( le maire de l’époque refusera son implantation ) va changer la vie de nombreux habitants de la région. Tandis que le centre ville d’Hénin se désertifie, la dynamique commerciale se déplace vers ce nouveau temple de la consommation qui est alors l’un des plus grands, sinon le plus grand hypermarché de France.

UNE ENQUÊTE SOCIOLOGIQUE

Les auteurs du Grand A, Jean-Luc Loyer et Xavier Bétaucourt, tous deux nordistes, connaissent bien cette région qu’ils ont déjà dessinée, soit avec Sang noir, la catastrophe de Courrières (Futuropolis) et Noir métal: au coeur de Métaleurop (Delcourt). Leur projet est né d’un déjeuner avec des employés Auchan près de Lille lors d’une journée de dédicaces. Au fil des discussions, ils découvrent alors que l’univers de l’hypermarché et de ses coulisses peut donner matière à un livre. Alors, tels des sociologues, ils ont interrogé des clients, des caissières, des employés, la direction, des agriculteurs, des fournisseurs de l’hyper mais aussi des commerçants du centre-ville. Ils ont eu, disent-il, carte blanche pour travailler et raconter sans que le directeur du magasin ne revienne sur son accord. A l’arrivée, une BD en forme d’enquête très documentée. Il ne s’agit pas d’une charge contre la grande distribution, mais d’une tentative de décryptage des us et coutumes « d’une vraie ville qui ne figure sur aucune carte ».

PASSÉ – PRÉSENT

L’album est structuré en cinq chapitres ( Chacun d’eux porte le titre d’un roman connu, « Alice au pays des merveilles » ou « Voyage au bout de la nuit« ). Les perspectives et les enjeux sont posés à partir de nombreuses incursions dans le passé. On découvre ainsi de quoi étaient faits les premiers échanges commerciaux, dans l’Antiquité puis au Moyen Age. On suit en parallèle la naissance de ce grand A qui attire à lui tel un ogre sympathique des nuées de clients persuadés qu’ils vont faire de bonnes affaires. On découvre, ici dessinées, des choses qu’on a déjà lues ou entendues dans des reportages. Comment par exemple la grande distribution utilise des techniques désormais bien rodées pour presser les producteurs et les fournisseurs avec « la triple moulinette », comment on « vend un maximum de rêves », même à des personnes dont le pouvoir d’achat est faible…

On suit en parallèle le lent déclin des petits commerces de centre ville qui ne peuvent lutter contre les prix bas . Avec en toile de fond toutes ces contradictions; L’hypermarché et sa galerie marchande écrasent toute concurrence mais restent un poumon économique majeur dans une région où la crise de ces dernières années a été particulièrement ressentie. « Nous sommes devenus un des enjeux de la démocratie…, lâche par ailleurs le directeur du magasin, sans commerce, pas d’humanité. »

« Il mange 195 jours de votre vie ». C’est aussi la phrase qui figure avec le titre sur la couverture de cet album-enquête. Comme l’expliquent les auteurs dans les annexes jointes en fin d’ouvrage, 195 est une extrapolation effectuée à partir d’un sondage publié par le magazine Que Choisir en décembre 2014. Selon elle, 70 % des Français passent en moyenne 1 h 20 par semaine à faire le plein dans les grandes surfaces…

Article posté le samedi 09 janvier 2016 par Jean-Michel Gouin

  • Le Grand A
  • Dessin : Jean-Luc Loyer
  • Récit :Xavier Bétaucourt
  • Prix : 20 €
  • Parution : Janvier 2016
  • Résumé de l’album. Quand le Grand A a été construit à l’aube des années 70, nul ne savait quelles seraient les conséquences de sa présence sur le centre ville d’Hénin-Beaumont et sa région. Aujourd’hui, le chômage est omniprésent et la ville est dirigée par un élu Front National. Pour mieux comprendre le fonctionnement de cet hypermarché, les auteurs ont interrogés des clients, bien sûr, mais aussi, des caissières, des employés, la direction, des agriculteurs et des fournisseurs. Et les commerçants délaissés du centre ville. Ils tentent de répondre à de multiples questions : L’Hypermarché est-il un « état » indépendant qui peut imposer sa loi ? Quelle organisation dans cet état ? Comment vendre à ceux qui n’ont pas les moyens ? Comment créer les besoins, de la baguette de pain au service bancaire ? L’Hypermarché est-il un ogre qui dévore et détruit tout sur son passage ou est-il source de progrès, de développement ? Comment fonctionnent les filières d’approvisionnement ? Les producteurs locaux sont-ils les laissés pour comptes de ce gigantisme ? Les clients sont-ils les victimes de la guerre économique liée au modèle de consommation ou les bénéficiaires? Les hypermarchés sont-ils les responsables de la malbouffe ? Le petit commerce et la vie des centres villes sont-ils victimes ou coupable de ne pas s’être adaptés?

À propos de l'auteur de cet article

Jean-Michel Gouin

Jean-Michel Gouin

Passionné par l’écrit, notamment l’histoire, la littérature policière et la bande dessinée, Jean-Michel Gouin est journaliste à Poitiers.

En savoir