Le père des étoiles

Barbie contre Goldorak, princesse contre Dark Vador… Voilà la lutte folle d’un super-papa et de sa fille. Recueil délirant édité par Dargaud, Le père des étoiles est un album tendre et très drôle signé Seb Piquet.

« UN GRAND POUVOIR IMPLIQUE DE GRANDES RESPONSABILITÉS »

Trentenaire et geek invétéré, en couple avec une belle femme, Seb est un papa heureux. Mathilde, sa fille de 4/5 ans est une jolie princesse, amusante et à la répartie cinglante, notamment par son insouciance et sa naïveté. Mais le souci c’est qu’elle n’est pas un garçon ! Elle aime les princesses, le rose, les Barbie et les dinettes mais ni Star Wars, ni Goldorak, ni les robots et ni les combats au sabre laser, au grand dam de son grand père, gentil adulescent.

Comme le disait Oncle Ben à Peter Parker dans Spider-Man : « Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités » et il est vrai que ce papa est un super-héros. S’il tente par tous les moyens de faire aimer les héros de son enfance à sa fille, le résultat est toujours catastrophique, à son grand corps défendant.

IMMATURE MAIS AIMANT

A travers des gags en une demi-planche, Seb Piquet met en scène les petits moments du quotidien de manière amusante. S’il semble parfois immature, il fait surtout preuve d’une très grande autodérision. Le lecteur le sent, ce recueil est avant tout un très beau message d’amour à Mathilde et à sa femme. Cette dernière est souvent désabusée par les péripéties de grand enfant de son compagnon. Une fille c’est déjà délicat mais deux c’est pire ! En effet, dans la première partie de l’album, elle porte « Princesse Chocolat – Romane », le deuxième enfant du couple, que l’on découvre par la suite.

On se régale à la lecture des ces fantaisies paternelles. L’humour y est dévastateur et très égal sur l’ensemble des pages, ce qui est plutôt rare dans ce style de recueil humoristique. Dans la même veine que Le guide du mauvais père de Guy Delisle (Delcourt), Dad de Nob (Dupuis) ou Happy parents de Zep (Delcourt), l’auteur propose ainsi des scènes cocasses délirantes qu’il a puissé dans son expérience personnelle mais aussi celle des autres; une belle auto-fiction.

LE PÈRE DES ÉTOILES : NOUVELLE VERSION ENRICHIE

D’abord publié sous le titre Père ou impairs par Dargaud, l’album a bénéficié d’une nouvelle version enrichie de 48 pages. Avec les mini-récits, l’autre point fort du Père des étoiles est sa partie graphique. Le dessin est juste et d’une belle efficacité mélangeant les scènes contemporaines mais aussi celles à la saveur de science-fiction ou de fantasy. Le découpage, quant à lui,  est très rythmé. Il faut souligner que Seb Piquet fut formé dans la prestigieuse école d’animation des Gobelins à Paris puis a exercé son talent au sein de studios célèbres depuis une dizaine d’années. Actuellement, il travaille pour DreamWorks où il est responsable du développement visuel, d’où son sens aigu du rythme.

Article posté le mardi 14 juin 2016 par Damien Canteau

Recueil très drôle, Le père des étoiles est signé Seb Piquet édité par Dargaud, décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • Le père des étoiles
  • Auteur : Seb Piquet
  • Editeur : Dargaud
  • Prix : 14.99€
  • Parution : 03 juin 2016

Résumé de l’éditeur : Le quotidien d’un jeune homme tendance geek, fan de Star Wars, confronté à la paternité ! Cet album de gags, initialement paru sous le titre Père ou impairs, a été adapté au format demi-page et a été enrichi de 48 pages inédites. L’auteur, Sébastien Piquet, est un ancien des Gobelins ; il travaille aujourd’hui aux États-Unis, pour Dreamworks.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l’ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir