Les gueules rouges

Le scénariste de Love in Vain et le dessinateur de Mobutu dans l’espace allient leurs talents dans un one shot original, Les gueules rouges. Une chronique sensible de a vie quotidienne des mineurs au début du XXe siècle sur fond de western.

ÉCHAPPER A SA CONDITION

A l’été 1905, du côté de Valenciennes, le jeune Gervais Cottignies, 12 ans, rêve comme beaucoup de gamins de son âge de cow-boys et d’indiens, d’aventure et de grands espaces. Mais c’est aussi un bon élève, promis à un bel avenir car il vient de réussir certificat d’études. Mais son père, mineur de fond, ne l’entend pas de cette oreille.

Si le fils descend avec lui à la mine, cela fera un salaire de plus dans la famille et  » plus eud’viande dans l’assiette! « . Et puis, comme renchérit l’abbé au catéchisme, pourquoi vouloir s’élever dans la société?  » Se satisfaire de sa condition , c’est respecter la volonté du seigneur! ». Mais un jour de juillet, le destin de cet enfant va basculer avec l’arrivée en ville du grand cirque de Buffalo Bill, en tournée dans tout le pays avec son  » Buffalo Bils Wild West « . C’est un convoi impressionnant qui sillonne l’Europe à bord d’un train composé de 50 wagons venus par bateau d’Amérique. Le cirque comprend 800 acteurs, 750 chevaux… Chaque représentation nécessite de monter et démonter 4.000 mâts, d’installer 8.000 sièges, 23.000 mètres de toile et 30.000 mètres de cordage…

UNE FICTION RÉALISTE

Si l’intrigue de ce album one shot reste une pure fiction, il n’en intègre pas moins une foule de données historiques qui restituent la réalité politique et sociale de l’époque. Jean-Michel Dupont, le scénariste, auteur par ailleurs de Love in Vain, émouvant portrait du bluesman Robert Johnson, s’est largement documenté pour écrire cette histoire où des gueules noires, les mineurs, vont à la rencontre des Gueules rouges que sont les indiens. Le jeune Gervais va sympathiser avec deux d’entre eux, White Eagle et Setting Sun. Par un malencontreux hasard, ces deux-là vont se retrouvent pourchassés, accusés du meurtre de la fille de l’ingénieur de la mine.

DU CÔTÉ DE ZOLA

Dans ce western transposé au pays de Germinal (le portrait de René l’anarchiste fait penser à l’Etienne Lantier de Zola) les auteurs abordent les thèmes des luttes sociales, alors intenses à l’époque, montrent les préjugés culturels et raciaux, fustigent le déterminisme social. Si en début de vingtième siècle, les indiens, même regardés avec intérêt par buffalo Bill sont considérés avec dédain par l’ensemble de la population, il en va aussi de même pour cette classe ouvrière sur laquelle parfois la troupe n’hésite pas à ouvrir le feu…

Pleine de bruit et de fureur, de colère et d’espoir, cette épopée est servie par le style efficace d’Eddy Vaccaro. Ce dernier délaisse pour un temps ses crayons, ses noirs et ses blancs, pour donner un album entièrement à l’aquarelle. Une véritable réussite.

Article posté le samedi 18 mars 2017 par Jean-Michel Gouin

Gueules rouges de Eddy Vaccaro et Jean Michel Dupont (Glenat) décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • Les gueules rouges
  • Dessin : Eddy Vacaro
  • Scénario : Jean-Michel Dupont
  • Editeur : Glénat ( collection 1000 Feuilles)
  • Prix : 20, 50 €
  • Parution : mars 2017

Résumé de l’éditeurÉté 1905. En tournée dans toute l’Europe, le cirque de Buffalo Bill s’arrête à Valenciennes. Un événement considérable pour la population locale et l’occasion pour Gervais, un gamin qui travaille au fond de la mine, d’élargir son horizon. De sa rencontre poignante avec des Sioux du cirque va naître une terrible erreur judiciaire quand ses amis indiens sont accusés d’un meurtre sauvage…Riche en péripéties, ce western transposé au pays de Germinal est aussi une chronique truculente de la vie quotidienne des mineurs au début du XXe siècle, sur fond de remous politiques provoqués par les syndicats anarchistes et l’imminence de la loi sur la laïcité.

 

À propos de l'auteur de cet article

Jean-Michel Gouin

Jean-Michel Gouin

Passionné par l'écrit, notamment l'histoire, la littérature policière et la bande dessinée, Jean-Michel Gouin est journaliste à Poitiers.

En savoir