L’or et le sang

Embrouilles en rafale dans le Rif marocain  sur fond d’amitié entre deux hommes que tout sépare. Quand le grand vent de l’aventure souffle sur la bande dessinée…

COEURS DE PIRATES

Leur histoire démarre dans les tranchées de la Grande Guerre, à cause d’un hérisson alcoolique…C’est là que se rencontrent Léon Matilo, mauvais garçon corse et Calixte de Prampéand, fier artistocrate. Devenus frères de combat, ils ont fait le pacte de ne plus se quitter et de devenir forbans, pirates…

Ainsi débute L’Or et le sang, saga en quatre volumes menée de main de maître par le quatuor Fabien Nury et Maurin Defrance (scénario) Merwan et Fabien Bedouel au dessin.

SUR CINQ ANS

Déçus par leur retour à la vie civile, las de la vie convenue dans une France qui ne sait pas reconnaître ses héros, Calixte et Léon vont sauter le pas et partir pour le Rif marocain, alors en rébellion contre les Espagnols. C’est là une des formidables réussites de cette série. Un savant dosage de fictions et d’histoire. On croise ainsi des personnages historiques étant réellement intervenus dans cette guerre oubliée (Franco, Pétain) et des personnages de fiction hauts en couleur comme ces espions du 2 e bureau français ( Chagnolle) ou l’envoûtante Anissa pour laquelle Calixte, converti à l’Islam et devenu chef de guerre incontesté…

Remarqué dès sa sortie il y a cinq ans, le premier tome  » l’appel du large  » donnait d’emblée un ton nouveau au récit d’aventures. Trois volumes plus tard, le souffle épique n’est pas retombé.

L’histoire comme un roman

Au départ, ce devait être un roman, né d’un voyage effectué au Maroc il y a une vingtaine d’années par deux des auteurs, alors étudiants. Ils ont su raconter une histoire d’amour, d’amitié et d’aventures tout en nous restituant un pan méconnu d’Histoire. Avec ce combat des tribus contre les armées coloniales françaises et espagnoles, ces trahisons, ces doubles-jeux et cette violence permanente, on voit poindre ce qui sera l’un des temps forts du vingtième siècle en Afrique, la lutte pour les indépendances et la décolonisation. Sans pathos et sans jugement, les auteurs nous livrent ici leur lecture de ce monde en devenir.

On pense à Pratt et à Tardi pour les merveilleux encrages de Merwan et Bedouel. On pense aussi à des écrivains comme Kessdel ,Kipling ou Monfreid qui ont su avec leur plume faire se soulever tant de tempêtes du désert.

Bref, cette série qui s’achève est tout simplement formidable. Chaque album, c’est à noter, est accompagné d’un bonus de 8 pages, le making of de ces princes du Djebel…

Article posté le mercredi 03 décembre 2014 par Jean-Michel Gouin

  • L’Or et le sang, Les Princes du Djebel
  • Dessinateurs: Merwan et Fabien Bedouel
  • Scénaristes: Fabien Nury et Maurin Defrance
  • Editeur: Glénat
  • Prix: 15,50 euros.
  • Sortie: 1er octobre 2014.

Résumé de l’éditeur: Le Rif s’est embrasé. Le Maroc entier menace de le suivre sur la voie de la liberté… Calixte, converti à l’Islam, est devenu un véritable chef de guerre sous le nom de « Khalil al Islami ». Léon, confronté au dilemme de sa vie, préfère l’amitié à la fortune et rejoint les rebelles. Mais face à l’armée rifaine se dressent désormais deux puissances coloniales : la France et l’Espagne, réunies pour écraser à tout prix la République du Rif. La guerre semble perdue d’avance… Peu importe. À défaut d’être vainqueurs, ils deviendront des légendes.

Tous les albums

À propos de l'auteur de cet article

Jean-Michel Gouin

Jean-Michel Gouin

Passionné par l’écrit, notamment l’histoire, la littérature policière et la bande dessinée, Jean-Michel Gouin est journaliste à Poitiers.

En savoir