Mes cent démons

Les éditions çà et là publient Mes cent démons, le nouvel album de Lynda Barry. Edité aux Etats-Unis par Sasquatch Books, sous le titre One hundred demons ! il met en scène les petits cauchemars de la vie quotidienne de l’auteure.

UNE BELLE AUTOFICTION

Entre réalité et fiction, cette autofiction de 224 pages est traitée de manière humoristique. Pour décliner ses phobies un peu imaginaires qui lui permettent de parler de sa vie, elle se caricature sous la forme d’une adolescente, un peu gauche, un peu moche, aux cheveux roux incoiffables et qui désire par dessus tout être cool. Chaque démon a son démon du jour :

Les poux. Lynda était un peu le souffre-douleur de ses camarades d’école. Mise à l’écart, elle est traité de « vermine » et dont les camarades voulaient éviter tout contact. Et l’été de son CM2, elle partit aux Philippines, tomba amoureuse d’un gamin surnommé Le professeur et avec lequel elle échangeait des poux…

Les mondes perdus. Dans la rue de Lynda, les enfants aimaient jouer au Kickball. Ce jeu de balle, était réservé aux plus âgés. Parfois, dans leur grande mansuétude, ils acceptaient les plus jeunes…

Danser. Les cousines ados de Lynda apportaient des 45 tours à la maison pour présenter des chorégraphies. Fascinée par ces danses, elle s’inscrit dans un cours de hula, une danse hawaïenne…

Les odeurs du jour. Lynda adore les odeurs. Pour elle, pas une maison ne se ressemble dans ce domaine là : l’odeur de chats chez la voisine, les maisons javellisées ou encore comme chez les Paliki où un mélange de menthe, de mandarine et de vieux livres, intriguait la jeune fille…

La haine. La mère de Lynda aimait à faire une leçon de morale contre la haine à sa fille. Pour la femme n’avouait jamais ce sentiment alors qu’elle avait des ennemis. L’adolescente vouait une haine au garçon qui la chahutait, des personnages de livres ou encore Ronnie, une fille de son école…

UNE AUTEURE MULTI-RECOMPENSEE

Lynda Barry, une des principales figures de la bande dessinée féminine américaine, réalise depuis 35 ans, des strips dans une dizaine de journaux. Elle est la lauréate de nombreux prix, dont deux Eisner Award pour ses albums What it is (2008) et Picture this (2010). Par sa centaine de démons intérieurs, elle livre sa vision de ses souvenirs lointains dans les années 60 : le passage entre l’enfance et l’adolescence. Teintés d’un bel humour, les récits sensibles parfois douloureux, sont bien écrits et sa vision de l’adolescence est souvent juste.

Article posté le vendredi 23 mai 2014 par Damien Canteau

  • Mes cent démons
  • Auteur : Lynda Barry
  • Editeur: çà et là
  • Prix: 24€
  • Sortie:  23 mai 2014

Résumé de l’éditeur : Lynda Barry s’étend sur ses souvenirs dans de longues séquences narratives parfois douces et parfois douloureuses. Elle aborde aussi bien sa sensibilité aux odeurs des autres, sa consommation d’acide à l’âge de 16 ans, ou la couleur des poux que l’art de domestiquer les chiens victimes de violences. Elle retranscrit avec beaucoup d’acuité la cruauté et les plaisirs de l’enfance, remémorés avec floraison de détails et sans fards et aborde pour la première fois sa propre histoire après des années de strips qui lui ont permis de peaufiner un ton et un style inimitables. Le résultat est à la fois poignant et drôle…

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l’ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir