Rose profond

Mortimer est heureux, il a cinquante ans. Pour son anniversaire, tout le Pays Rose prépare une fête. Les cotillons sont de sortie, l’orchestre joue des airs pour danser et tout le monde y va de son petit salut amical à leur rat préféré. Mais voilà, Mortimer commet une faute impardonnable qui le bannit du village. C’est le début de sa lente descente aux enfers. En 1989 paraissait pour la première fois dans L’écho des savanes, Rose profond de Jean-Pierre Dionnet et Michel Pirus. Casterman réédite ce petit bijou dans une version grand format plus luxueuse. Une petite pépite.

MALCOLM CE HÉROS

Pays Rose. Tout y est bonheur et félicité. Dans cette océan de verdure et de calme, tous les habitants sont heureux et en ce jour, encore plus. Malcolm, le rat gentil, est à l’honneur : il a 50 ans. Les animaux qu’il croise le saluent d’un geste et d’un mot chaleureux. Il est aux anges. Le soir, une fête est organisée avec feux d’artifice et orchestre pour s’amuser toute la nuit. Tout s’annonce pour le mieux.

MALCOLM CET ÊTRE DÉTESTABLE

Le gentil rat est depuis des années amoureux de la belle Mimi la bergère. Mais elle le repousse depuis longtemps. Alors qu’il a bu plus qu’il ne fallait, Malcolm commet l’irréparable : il l’entraîne loin du village et la viole. Cet événement malheureux a pour conséquence le bannissement du violeur. Il se retrouve alors au Pays gris, un lieu de débauche où il retrouve Crotella son ennemie éternelle.

UNE PARODIE DE L’UNIVERS DE DISNEY

Jean-Pierre Dionnet est un admirateur de l’œuvre du grand Walt et il était normal qu’il lui rende un vibrant hommage. Mais pas comme on aurait pu le croire ; il fait de Rose profond, une parodie de l’univers dysnéen. Son histoire commence comme une fable légère et se termine comme un vrai drame.
Malcolm est un lointain cousin de Mickey ou plutôt de Mortimer, le personnage des années 20 qui donna naissance à la célèbre souris. D’ailleurs le héros de Rose profond est vêtu de la même manière que l’ancêtre de Mickey.

LE PAYS ROSE : UN MONDE TROP LISSE

Le pays Rose est un endroit sans heurts et saint, un lieu comme dans les dessins animés, sans travail, sans sexe. Un monde de bonheur où tous les habitants sont heureux. Tout le monde doit être beau et gentil. Une belle harmonie tel l’orchestre qui joue lors de l’anniversaire de Malcolm. Une vision imposée de la vie, une sorte de fascisme rose.
Michel Pirus et Jean-Pierre Dionnet par le biais du Pays Rose disent aussi tout le bien qu’ils pensaient de Walt Disney, toute l’admiration qu’ils lui vouaient, mais aussi pour dire que les mondes imaginés par l’américain étaient trop lisses, trop simplistes. D’ailleurs, ils créent ensuite, un anti-Pays Rose, le Pays gris. Une opposition voulue et assumée. Et si l’envers du décor féerique de Disney était celui-ci ? Sombre, sale et où tout est permis.

DES PERSONNAGES COMPLEXES

Dans Rose Profond, le créateur de Métal Hurlant a créé des personnages complexes. Tout d’abord, il y a Malcolm, le gentil rat, à la psychologie tourmentée, en révolte contre ce pays où tout est imposé. Par ce héros qui glisse vers son côté sombre, telle une mise en abîme, il tue les héros de notre enfance.
Il y a Mimi la bergère, la belle femme, dont Malcolm vole la virginité à l’orée d’un bois. Lui qui l’aimait depuis des lustres, qui l’attendait et elle qui se faisait lointaine et inaccessible. Mais à 50 ans, il était grand temps pour lui de passer à l’acte.

UN DESSIN FANTASTIQUE

Le trait de Michel Pirus est formidable, dans la veine des univers animaliers de Walt Disney, de Tex Avery et aussi d’Edmond-François Calvo, le talentueux créateur de La bête est morte. Il se glisse ainsi près des maîtres de l’anthropomorphisme, par une ligne claire, d’une belle élégance et très lisible. Les couleurs chaudes font place aux couleurs plus sombre lorsque Malcolm arrive au Pays gris, un lieu noir, sale et moche.

Paru dans les pages de L’écho des savanes puis publié par Albin Michel en 1989, Rose Profond n’a pas vieilli, il est d’une belle modernité. Même s’il fait éprouver un malaise agréable inavouable aux lecteurs, c’est un grand récit. A (re)découvrir absolument !

 

Article posté le mardi 14 avril 2015 par Damien Canteau

  • Rose profond
  • Scénariste : Jean-Pierre Dionnet
  • Auteur : Michel Pirus
  • Editeur : Casterman
  • Prix : 25€
  • Sortie : 01 avril 2015

Résumé de l’éditeur : Au Pays Rose, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes… Comme toujours. Ce soir, c’est l’anniversaire de Malcolm, Malcolm le rat, Malcolm la star, Malcolm le héros au grand cœur : 50 ans et des dizaines d’aventures en technicolor. Mais alors qu’on célèbre toutes ces années de vie en rose et de bonheur planifié, Malcolm boit et brise le miroir ! Pauvre Mimi qui va en faire les frais…

Cette édition restaurée et revue de l’ouvrage culte de Pirus et Dionnet est accompagnée d’un dossier qui, pour la première fois, tente de percer le mystère des mythiques studios d’animation AAA (American Association of Anmiation)

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l’ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir