Un juste

Le dessinateur agenais David Cénou livre un témoignage sensible sur l’histoire de ses arrière grand-parents pendant la seconde guerre mondiale. Ou comment un couple de gens ordinaire devient « Juste parmi les Nations « . 

LA GUERRE ENTRE LIBOURNE ET AGEN

A Boé, petite ville du Lot-et-Garonne au printemps 1942, on vit encore tranquille malgré la guerre qui gronde. Chez les Cénou, Fernand le forgeron et sa femme Aurélie déroulent leur vie loin du fracas des canons. « Y’aurait pas ces putains de teutons, on serait bien les plus heureux! », claironne Fernand à table en dégustant sa soupe aux choux. Tableau presque idyllique d’une France rurale qui semble tout ignorer ou presque des drames qui se jouent en ville. Voilà pour le décor de ce roman graphique,  » Un juste «  publié aux éditions  « La Boîte à bulles «  par le duo Patrice Guillon ( scénario) et le dessinateur agenais David Cénou.

LE COURAGE DES GENS SIMPLES

On s’attend alors dans ces premières pages à une chronique de la vie provinciale. Il n’en est rien. Nous voilà plongés dans l’histoire de deux familles dont les destins vont bientôt être intimement liés. Dans ces années noires de l’Occupation, Fernand et Aurélie vont être amenés à accueillir et cacher chez eux une famille juive française, les Lévy. Henri et Myriam, mariés, habiteront Boé entre 1942 et 1944, échappant ainsi à la déportation…Cette histoire c’est aussi celle de l’arrière grand-père du dessinateur, et celle de tous ces gens simples, héros ordinaires, qu’on appellera plus tard « Les Justes ».

CAUTIONS SCIENTIFIQUES

A travers les yeux et la voix de Myriam Lévy, celle qui avec sa famille fut cachée par ce couple du Lot-et-Garonne, c’est l’histoire de ses arrière grands-parents qu’a restitué et dessiné David Cénou, à partir du carnet de souvenirs d’un des réfugiés, retravaillé par le scénariste. Par son trait fait de larges aplats et de savants jeux d’ombres, Cénou sait poser une atmosphère, une ambiance. C’est son histoire personnelle qu’il mêle ici à la grande histoire. Celle-ci est mis en perspective par un spécialiste de la Shoah, Alexandre Doulut, qui signe la postface de l’ouvrage. Suivent deux autres textes utiles à la compréhension générale de cette période. L’un émane du comité français pour Yad Vashem et des extraits du statut des Juifs établi par le régime de Vichy à partir d’Octobre 1940.

Déjà remarqué avec Panthers in the Hole, publié chez le même éditeur, David Cénou livre ici un livre sensible et émouvant qui constitue une bonne entrée en matière pour qui veut approcher l’histoire de ces heures sombres de notre histoire contemporaine.

Article posté le vendredi 06 mai 2016 par Jean-Michel Gouin

Très bel album de David Cenou, Un juste est édité par La Boîte à Bulles, décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • Un juste
  •  Scénario : Patrice Guillon
  • Dessin : David Cénou
  • Editeur : La Boîte à Bulles
  • Parution : mai 2016
  • Prix : 18 €
Résumé de l’éditeur. Après guerre, Myriam Lévy a choisi de tout oublier, l’horreur, la folie… Tout, y compris Fernand et Aurélie Cénou, le couple qui les cacha, elle et sa famille, pendant l’occupation allemande . Prise de remords de n’avoir rien fait pour que le couple soit reconnu comme Justes entre les nations par l’État d’Israël, Myriam décide de réparer cette injustice…C’est l’occasion pour elle de revenir sur sa propre histoire : sa rencontre avec son futur mari, Henri, son quotidien ainsi que celui de sa famille, juifs français obligés de se cacher pour survivre. L’occasion également de découvrir Fernand et Aurélie, héros de l’ombre, qui n’avaient pas hésité à accueillir chez eux toute une famille juive malgré les risques encourus.

À propos de l'auteur de cet article

Jean-Michel Gouin

Jean-Michel Gouin

Passionné par l’écrit, notamment l’histoire, la littérature policière et la bande dessinée, Jean-Michel Gouin est journaliste à Poitiers.

En savoir