Une soeur

Sublime hymne aux premières amours adolescentes, Une soeur est sans nulle doute l’une des meilleures bandes dessinées 2017. Avec cet album, Bastien Vivès entre dans le cercle fermé des grands auteurs du 9e art. Enthousiasmant !

DES BORDS DE MER…

Antoine, 13 ans, Titi son petit frère et ses parents rallient leur villégiature au bord de la mer en voiture. Un coup de fil vient interrompre le calme paisible dans l’habitacle : Sylvie – une amie de la famille – vient de perdre son bébé à la suite d’une fausse couche. La mère d’Antoine révèle alors à son fils qu’il aurait pu aussi avoir un grand frère ou une grande sœur si la vie en avait décidé autrement.

A peine arrivés et installés, les deux frangins partent à la plage. Le grand dessine, tandis que le petit chasse les crabes ; une belle journée en somme. Une brouille s’ensuit avec un petit garçon et Titi concernant le vol d’une figurine Pokémon, les frères attendant Antoine et Titi sur le chemin du retour. Après une petite échauffourée, ces derniers trouvent trois billets de 20€ que leurs agresseurs ont laissé dans un seau.

Les deux frères regagnent leur maison en cherchant comment ils pourront dépenser ce trésor de guerre. Après un repas et une douche, ils s’endorment.

… AUX DÉLICES DU CORPS

Au réveil, Antoine et Titi sont étonnés : une jeune fille dort dans le lit à côté du leur. C’est la fille de Sylvie, Hélène, 16 ans. La mère des garçons leur fait des recommandations : être agréables avec l’adolescente et la mère, après ce qu’elle vient de subir.

Pour que la semaine se déroule le mieux possible, Titi et Antoine invitent Hélène à la plage. Dessins, crabes et premières confidences sont au programme de cette matinée. Après un détour dans une foire aux vins avec les parents, l’adolescente vole une bouteille qu’elle veut partager avec son nouvel ami. Arrivent alors, deux garçons. C’est le début des découvertes pour Antoine

UNE SoeUR : SUBLIME ŒUVRE DÉLICATE ET SENSUELLE

Après Les melons de la colère (Les requins marteaux) ou la série ultra-punchy Lastman (avec Sanlaville et Balak, Casterman), Bastien Vivès est de retour dans une récit intimiste fort et accrocheur. Dans la veine de Le goût du chlore ou Dans mes yeux, il imagine cependant une histoire différente puisqu’elle sublime les premières amours adolescentes alors que les deux précédentes s’appuyaient sur des relations d’adultes.

Alors que tout semble facile et simple dans ses albums et sa façon de travailler, Bastien Vivès pourtant a mûrement réfléchi à Une soeur. Tout y est délicat, sensible et sensuel ; le tout dans une narration qui prend son temps, laisse le lecteur découvrir les corps dans le même temps que son personnage principal. Quoi de mieux que l’été pour raconter un moment charnière dans l’existence des adolescents. Les corps sont dénudés, proches et se frôlent. Ce moment des vacances est long et permet ce temps des découvertes.

L’auteur de Polina (Casterman) met en scène une famille sans histoire, sans anicroche, qui semble bien s’entendre ; comme le montre la relation très douce et forte entre Antoine et Titi. Alors que souvent deux frères à cet âge là se chamaillent, eux sont complices. Ce cocon familial, avec beaucoup d’écoute et de libertés permet la possibilité de ses premiers émois. Alors que Riad Sattouf et Max de Radiguès semblaient être les maîtres en la matière, Bastien Vivès sublime l’adolescence. Sans jugement, sans s’en moquer, juste en évoquant ce qu’il existe, la vérité, l’affirmation de soi, les idées nouvelles et le corps qui change. Tourments, doutes et réussites alternent dans l’album. Dois-je passer le cap, aller plus loin, franchir l’obstacle ?

ROMAN (CINEMATO)GRAPHIQUE

Les émotions sont simples, douces et positives. Bastien Vivès ne donne pas de leçons, il partage. Pourtant, Une sœur n’est pas qu’une œuvre sur le passage de l’enfant à l’adulte, il plus que cela. Il charme le lecteur (ado et adultes) par une narration forte, avec de la tension (qui tient en haleine) et un graphisme époustouflant.

Comme dans ses albums précédents (La boucherie, Warum ; Amités étroites…), il subjugue son lectorat par un puissance dans son dessin. Son trait en noir et blanc agrémenté de gris lui permet de réaliser des planches sublimes. Ses cadrages et son découpage font de Une sœur, une œuvre très cinématographique (plans panoramiques, répétition d’images, plans bustes, plans serrés…). L’atmosphère unique et singulière est portée par cette partie graphique originale, ainsi que par des dialogues pesés et recherchés.

Une soeur : l’album de l’année ?

Article posté le jeudi 16 novembre 2017 par Damien Canteau

Une soeur de Bastien Vivès (Casterman) décrypté par Comixtrip
  • Une soeur
  • Auteur : Bastien Vivès
  • Éditeur : Casterman
  • Prix : 20€
  • Parution : 3 mai 2017
  • ISBN : 9782203147164

Résumé de l’éditeur : Après Polina, le nouveau roman graphique de Bastien Vivès !
« – Y a beau avoir plein de monde, j’ai toujours l’impression d’être toute seule.
– Même quand t’es avec nous ?
– Non, avec vous c’est chouette. »

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l’ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir