Vater und sohn ( Père et fils )

Warum éditions proposent l’intégrale de Vater und Sohn, une pépite de la bande dessinée allemande des années trente, traduite pour la première fois en français.

TRAVAILLER SOUS LA BOTTE NAZIE ?

Fondée en 2004 par deux auteurs, Benoît Preteseille et Wandrille, Warum éditions se distingue dans le paysage de la BD par ses choix judicieux et sa volonté de faire découvrir de jeunes auteurs ou des dessinateurs rares. Avec Vater und Sohn, l’intégrale, c’est un monument de la BD allemande qu’ils ressuscitent. Ecrite entre 1934 et 1937 par un caricaturiste ostracisé par le pouvoir nazi, un certain Erich Ohser, alias E.O.Plauen ( 1903-1944 )

En 1933, alors que le régime nazi se durcit encore ( incendie du Reichstag, etc) nombre de dessinateurs et artistes se compromettent. Pour continuer de travailler, ces derniers doivent s’affilier à une chambre professionnelle du Reich. Ohser, qui depuis quelques années est connu pour ses caricatures politiques, antinazi, n’obtient pas le « sésame ». Il refuse aussi l’exil. Pour survivre, il décide de s’adapter en quelque sorte aux circonstances en passant à un autre genre. C’est ainsi qu’il crée ce couple de personnages, un père et son fils, à travers une série humoristique qui connaîtra un grand succès entre 1934 et 1937. En 1944, dénoncé par un voisin et convaincu d’hostilité envers le régime nazi, Ohser est arrêté. Il se suicidera en prison par pendaison dans sa cellule la veille de son procès.

DES STRIPS AUTONOMES

Cette bande dessinée, en fait une série de strips publiés chaque  semaine dans le Berliner Illustrirte Zeitung, est en apparence toute de douceur, d’humour tranquille et d’espièglerie. Le père est une sorte de Dupont rondouillard et rigolard, sourcils broussailleux tout autant que la moustache. A ses côtés, compagnon de toutes ses facéties, son fils aux cheveux ébouriffés promène dans la vie une bouille ronde et lisse.

Ces deux-là multiplient farces et aventures, s’offrent des cadeaux, font l’école buissonnière, gagnent un héritage, vivent sur une île déserte ou partent dans les étoiles. Tout ici, au fil de ces 300 pages pleines d’humour et d’invention, semble avoir été dessiné pour distraire une société qui vivait alors dans une atmosphère des plus lourdes.

DERRIÈRE LES SOURIRES

Les situations vécues par les personnages sont souvent empreintes de tendresse. Intemporelles, voire naives pour certaines, elles permettent à tout un chacun un niveau d’identification suffisamment large. Toutefois, et plusieurs spécialistes se sont attachés à le démontrer, cette série Père et fils montre aussi d’autres choses. Pour ne pas subir de plein fouet une censure qui n’attend qu’une chose, le piéger, Ohser/Plauen parvient à contourner les obstacles et propose à partir de l’observation amusée d’un quotidien une vision plus critique de la société.

Ainsi , on peut interpréter le degré de complicité du père et du fils comme un acte d’insoumission à un régime qui prône la sujetion absolue au chef, comprendre chaque strip comme une critique implicite de la dictature ( lire à ce sujet le long texte de Sylvain Farge,  » BD et dictature: Vater und Sohn, soumission à la censure ou révolte discrète? in Germanica, 47  ( 2010 ).

Le travail d’adaptation de cette édition est remarquablement soigné ( il a fallu retravailler des planches abimées ou compléter des dessins car les originaux étaient perdus )

Présenté dans un format à l’italienne, en noir et blanc, ces planches ainsi restaurées remettent élégamment à la lumière l’oeuvre d’un auteur longtemps ignoré ( sauf des puristes ) de ce côté-ci du Rhin.

 

Article posté le mardi 07 juillet 2015 par Jean-Michel Gouin

Vater und Sohn (Père et fils) fait partie des coups de coeur des BD parues en 2015 pour Comixtrip, le site spécialisé en bande dessinée
  • Vater und sohn, Père et fils (l’intégrale)
  • Auteur : Erich Ohlser// E.O Plauen
  • Editeur : Warum
  • Prix : 25 euros
  • Parution : juin 2015

Résumé de l’éditeur : Une série quasiment muette sur un père et son fils faisant cent farces et vivant mille aventures. Ecrites entre 1933 et 1936 par un caricaturiste ostracisé par le pouvoir nazi, cette série rencontra un succès énorme malgré -ou peut être à cause- de l’époque lourde.

Le père, sorte de Dupont rondouillard et son fils, petit Gaston sans gros nez, traversent la vie quotidienne, s’offrent des cadeaux, font l’école buissonnière mais aussi gagnent un héritage, vivent sur une île déserte et partent dans les étoiles…

Un monument toujours aussi moderne et inventif, plein d’humour et d’amour, tout en douceur et la fantaisie.

À propos de l'auteur de cet article

Jean-Michel Gouin

Jean-Michel Gouin

Passionné par l'écrit, notamment l'histoire, la littérature policière et la bande dessinée, Jean-Michel Gouin est journaliste à Poitiers.

En savoir