C’est arrivé demain : la bande dessinée de science-fiction

La bande dessinée de science-fiction envahit Poitiers ! Le Miroir présente l’Exposition C’est arrivé demain mettant en lumière ce genre littéraire dans le monde du 9e Art : Alex Raymond, Jacobs, Poïvet, Forest, Mézières, Druillet, Moebius ou Bajram, ils sont tous là !

C’EST ARRIVÉ DEMAIN : PRÊTS DE PLANCHES

C’est arrivé demain est un projet porté par des spécialistes de la bande dessinée et de la science-fiction qui présente les œuvres des plus grands auteurs ayant réalisé des albums dans ce genre littéraire. Jean-Pierre Dionnet (co-fondateur de la revue Métal Hurlant), Denis Bajram (auteur), Stéphane Beaujean (directeur artistique du Festival d’Angoulême) et Jean-Pierre Mercier (conseiller scientifique de la Cité de la BD Angoulême) ont donc planché sur la science-fiction dans le 9e art.

Pour cela, les concepteurs ont fait appel aux conservateurs de la Cité de la Bande dessinée qui ont prêté 9 planches (Guido Buzzelli, Philippe Druillet, Jean-Claude Forest, Paul Gillon, Roger Leloup, Tanino Liberatore, Raymond Poïvet et François Schuiten) mais aussi aux collections privées de Denis Bajram, Jean-Claude Mézières, Michel-Edouard Leclerc par son Fond Hélène & Edouard Leclerc pour la culture géré par Lucas Hureau (MEL Compagnie des arts) ou celle de Georges Simonian.

PREMIER ÉPISODE : planches, dessins et objets de collections

C’est arrivé demain est visible gratuitement dans la Chapelle Saint-Louis jouxtant le Collège Henri IV à Poitiers, un très bel endroit lumineux et chaleureux qui invite à la méditation devant les planches exposées. Le visiteur peut ainsi déambuler et découvrir chronologiquement la science-fiction dans la bande dessinée depuis les années 30.

La scénographie sobre invite le visiteur à pénétrer dans 3 cabinets de 16m² en forme de cube. Pour chacun d’un, un texte explicatif est inscrit sur l’une des faces à l’extérieur :

  • Cabinet 1 : Des origines américaines aux fondateurs européens de l’après-guerre. Dans ce premier lieu, 28 planches originales sont accrochées mettant en lumière les pionniers du genre : Jack Kirby, une planche de Fantastic Four par John Buscema, 3 merveilles de Alex Raymond pour Flash Gordon, la planche 51 du Rayon U de Jacobs ou encore l’élégance des traits de Paul Gillon (Naufragés du temps) et Jean-Claude Forest (Barbarella) mais aussi la précision de Raymond Poïvet (Les pionniers de l’espérance). Le mur suivant est agrémenté de pages du formidable Roger Leloup (Yoko Tsuno – un nouvel album est paru ce mois-ci), deux de Gos (Scrameustache) ou une du regretté Pierre Serron, décédé il y a peu (Les petits hommes). Cette cabine s’achève sur un dessin original issu de Captain Ken du maître mangaka Osamu Tezuka.

 

  • Cabinet 2 : Valérian, Métal Hurlant et la bande dessinée dans les expositions au musée. Dans ce deuxième lieu 26 planches sont visibles : 6 cadres sont dédiés à Valérian & Laureline de Pierre Christin et Jean-Claude Mézières dont un qui met en regard le découpage du scénariste et les 3 étapes de création. Eldo Yoshimizu (qui a crée le visuel de l’exposition) et Enki Bilal ont rendu hommage au créateur des agents spatio-temporels dans deux belles illustrations. Le mur d’en face met en lumière deux artistes majeurs du 9e art : Moebius (5 cadres dont deux  de Cité de feu : encrage et mise en couleurs) et Philippe Druillet (5 aussi issus de Lone Slone ou Yragaël). L’auteur de Vuzz  est aussi à l’honneur par l’accroche d’une huile sur toile de très grand format (4x2m) intitulé Nouvelles technologies. Une vitrine se tient au centre de la pièce mettant en scène des numéros de Métal Hurlant, un puzzle de 1000 pièces de Philippe Druillet et 3 disques dont les pochettes ont été illustrées : Excalibur de William Sheller, Agressor par Druillet ou Black Sun par Caza.

 

  • Cabinet 3 : Créations récentes. 24 planches sont accrochées dans ce dernier lieu. Le premier mur regroupe 3 planches de Universal War One de talentueux Denis Bajram. Il explique aussi les étapes de réalisation d’une page : story-board, crayonnés, encrage et mise en couleur. Sur le mur suivant, 12 cadres sont visibles : de Gajic à Stan & Vince (Vortex), en passant par Andréas, Cadelo, Gauckler, Cromwell, Vance, Beb Deum, Rochette ou Manara. L’on poursuit la visite par 9 planches de Magalex de Beltran, Betelgeuse de Léo, Monsieur Ferraille de Winshluss, Aâma de Frederik Peeters ou Le transperceneige de Rochette.

Pour accompagner ces trois cabinets, le visiteur est accueilli par un Astro Boy de couleur or d’après l’œuvre de Osamu Tezuka réalisé par Leblon- Delienne. Enfin, un reportage filmé est projeté sur un grand écran où sont interviewés Michel-Edouard Leclerc et Jean-Pierre Dionnet. Deux bémols à l’exposition : une bande son dans les cabinets aurait eu de l’effet et l’absence des textes explicatifs à côté de cadres (le visiteur doit utiliser des feuilles agrafées présentant les œuvres pour comprendre) : pas du tout commode !

A noter que la ville de Poitiers se pare de deux illustrations de Eldo Yoshimizu agrandies et imprimées sur d’immenses bâches que le public peut admirer sur la façade du parking de l’Hôtel de Ville (rue Carnot) et sur un des murs du TAP (Théâtre Auditorium de Poitiers).

Le second épisode (visible pendant l’été 2018, toujours à Poitiers) reposera sur la relation entre l’imagerie de la bande dessinée de science-fiction et les nouvelles technologies de l’image.

Article posté le mardi 18 juillet 2017 par Damien Canteau

INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES

C’est arrivé demain, exposition présentée par le Miroir de Poitiers en partenariat avec Ars Nova et la Cité, collection privée courtesy MEL Publisher, avec le soutien de la Drac Nouvelle-Aquitaine

  •  Chapelle Saint-Louis, 1, rue Louis-Renard, jusqu’au 17 septembre
  • du lundi au vendredi de 11 h à 18 h, le samedi de 14 h à 22 h, le dimanche de 14 h à 18 h du 25 juin au 31 juillet.
  • 1er au 31 août : 14 à 18h, le samedi : 14 à 22h
  • 1er au 17 septembre : lundi au vendredi 11 à 18h, samedi et dimanche : 14 à 18h
  • Visites commentées tous les lundis à 12 h 30 et tous les jeudis à 17 h

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir