Charlie Hebdo: et maintenant, que dessiner?

Après l’attaque terroriste contre Charlie Hebdo, les dessinateurs du monde entier dessinent. Mais les crayons semblent lourds. Et certains se posent les bonnes questions. Quoi dessiner, maintenant? Des Anges? Des blasphèmes? Des blagues limites?

L’hommage

Bien sûr, il fallait des dessins, des dessins en masse, des dessins du monde entier, et ils sont très vite arrivés. Des dessins bons et des moins bons, des intelligents et des très premier degré, mais des dessins qui ont le mérite d’exister.

Les nuages et les petits anges

Une fois l’émotion passée, on peut s’interroger sur ce que représentent beaucoup de ces dessins. Des nuages et des vieux barbus? Les anars qui constituaient Charlie Hebdo doivent l’avoir mal. A peine morts, leurs collègues les dessinent au milieu de nuages, en train de taper la discute à des anges. Sûr, les dessinateurs de Charlie eux-même dessinaient des vieux barbus les pieds dans les nuages. Était-ce pour autant leur horizon, leur envie, leur fantasme, leurs croyances? Pensaient-ils qu’une vie après la mort existait, que cette vie après la mort avait les apparences enfantines décrites ci-dessus? Avaient-ils envie de se retrouver les pieds dans les nuages?

La résistance

Il y a aussi de jolis dessins, symboliques, de crayons qui s’aiguisent quand on les décapitent, d’un crayon de bois cassé, qui une fois taillé devient deux crayons… Ambiance « Ami si tu tombes, un ami sort de l’ombre à ta place ». On aimerait y croire. Mais…

Mohamet

On a vu assez peu de dessins qui gêneraient vraiment les djihadistes, depuis que tout cela a commencé. Assez peu de dessins qui proclament la liberté de rire de tout, y compris et surtout des convictions religieuses des autres. Assez peu de dessins qui parlent de la liberté de blasphemer. Assez peu de dessins de Mohamet, d’Allah. Et c’est sûrement le problème. La dessinatrice Laurel a très bien résumé la question, sur son blog, avec une sincérité et une honnêteté bien plus courageuse que si elle avait fait un dessin de dessinateurs les pieds dans les nuages.

Comment résister? Comment dire aux terroristes « Vous ne gagnerez pas. Vous ne nous faites pas peur. »

Qu’est-ce que je peux faire, moi, en tant que dessinatrice?

Dessiner les victimes qui bavardent au paradis?
Non.
Dessiner des crayons de papier et des gommes qui se battent contre des Kalachnikov? Du sang sur du papier?
Non.
Dessiner leur prophète?
Oui.
Qui le fait? Personne.
Est-ce que je le ferai? Non.
Est-ce que j’en ai envie? Oui, putain.
Pourquoi je ne le ferai pas? Parce que j’ai PEUR, putain, je suis TERRORISÉE. Même en vivant à 9000 km de la France, j’ai les BOULES de ces tarés. Et je ne ferai jamais rien de risqué…
Pas de caricatures… pas de dessin…
Quand je vois l’image du crayon brisé en deux, qui donne deux crayons, j’ai envie de chialer, car j’aimerais y croire, j’aimerais vraiment, mais n’empêche… à ma connaissance, personne n’a osé. Peut-être que quelqu’un le fera… résister, tenir tête… en tout cas, ce ne sera pas moi, et croyez bien que je le regrette.
J’ai trop peur.
Je préfère vivre à genoux que mourir debout, moi, je n’ai pas le courage de Charb et des autres. Je sais, c’est minable, c’est lâche, il n’y a pas de quoi être fier.
J’espère sincèrement qu’il y aura des héros comme Charb, Cabu, Honoré, Tignous, Wolinski, qui vont résister et qui auront ce courage. Qui diront « on vous emmerde » aux obscurantistes et qui prouveront que la liberté d’expression existe encore bel et bien.
J’espère que les caricatures qui sont à l’origine de cette épouvantable tragédie seront reprises… publiées… voire qu’il y en aura de nouvelles, par d’autres dessinateurs de talent, dans Charlie Hebdo ou d’autres médias.
Ça, ce serait vraiment rendre hommage à la mémoire des victimes. Continuer leur lutte. Moi, je ne peux pas. Désolée.
Et pourquoi les dessinateurs devraient dessiner Mohamet?

Juste pour choquer, pour dire qu’il est autorisé de choquer? Rares étaient les gens qui faisaient cela, en France, même avant ces attaques. Est-ce que Laurel le faisait, avant? Non. Ce n’était pas son style, pas son genre d’humour? Et moi?Je ne sais pas dessiner, mais même si je le savais, qu’est ce que je dessinerais, moi? Pas la moindre idée. Pas un dessin pour choquer, parce que ce n’est ni mon humour, ni mes convictions. Alors dessiner quoi?

De l’humour à la Charlie Hebdo

Dessiner des choses inattendues, irrévérencieuses, des trucs idiots qui font rires, des blagues limites mais néanmoins hilarantes. De tout les dessins vus depuis le début de cette affaire, c’est encore ceux là que l’on préfère. Les dessins mauvais esprits, ceux qui jouent avec l’esprit Charlie Hebdo.

La dessinatrice Lisa Mandel, sur Facebook, énervée, a posté ce dessin et ce commentaire:

Lisa Mandel

Putain y en a marre des crayons contre les fusils et des auteurs mignons au Paradis ! c’est des mecs de CHARLIE HEBDO qu’on parle ! Je suis pas sure qu’il y en ait un qui croyait en dieu ! Par respect pour eux, je poste ce dessin à l’humour bien douteux.

Le dessinateur Obion, aussi, touche plutôt juste.

Article posté le vendredi 09 janvier 2015 par Thierry Soulard

À propos de l'auteur de cet article

Thierry Soulard

Thierry Soulard

Thierry Soulard est journaliste indépendant, et passionné par les relations entre l'art et les nouvelles technologies. Il a travaillé notamment pour Ouest-France et pour La Nouvelle République du Centre-Ouest, et à vécu en Chine et en Malaisie. De temps en temps il écrit aussi des nouvelles ou des romans (et il arrive même qu'ils soient publiés).

En savoir