Lastman : universe

La saga Lastman, récompensée en 2015 à Angoulême par le Prix de la série, est à l’honneur cette année au Quartier Jeunesse du Festival. Retour sur ce projet qui élargit les frontières de la bande dessinée. Une exposition formidable pour les adolescents et le jeune public sur l’oeuvre de Bastien Vivès, Balak et Michael Sanlaville.

UNE EXPOSITION IMMERSIVE

L’an dernier, Lastman de Bastien Vivès, Balak et Michael Sanlaville avait reçu le Prix de la série. Forte de ce succès critique et surtout éditorial, les organisateurs du Festival d’Angoulême ont proposé aux trois auteurs une exposition sur ce formidable manfra (manga à la française).

Toujours en concertation avec le trio, Thomas Mourrier, le commissaire de l’exposition l’a axé sur un côté ludique, où les visiteurs sont en immersion et peuvent découvrir en touchant. Pour aider à la scénographie les trois lascars ont même produit des dessins originaux et le Jeu Vidéo sur la série est présenté en exclusivité lors du Festival. 5 salles accueillent les visiteurs :

CHOISIR SON ÉCOLE D’ARTS MARTIAUX

A l’aide d’une borne interactive, le jeune visiteur peut choisir son avatar, son école d’arts martiaux et ainsi découvrir le tampon qui y est affecté. Ce couloir est décoré par d’immenses gardiens et aux plafonds trônent les célèbres blasons de ces écoles.

PRÉSENTATION DE LA SÉRIE

Dans une veste salle où est érigé en son centre Richard Aldana grandeur nature, les festivaliers peuvent découvrir l’univers riche de Lastman : les personnages principaux (Richard, Adrian, Marianne…) en diorama (taille quasi réelle), une présentation de la série, une carte de La Vallée des Rois, des stickers agrandis que l’on pouvait trouver dans les éditions collector des premiers volumes, ainsi que des goodies de la série.

LAST FIGHT

Dans cette petite salle deux bornes d’arcade sont installées qui permettent à 2×2 joueurs d’essayer le jeu vidéo de Lastman en exclusivité sur le festival. Autour sur les murs est projeté le teaser qui donne des explications pour jouer.

IGUANA BAY

Dans la pénombre et armé d’une lampe torche, le festivalier déambule dans Iguana Bay, un lieu où furent testés des expériences sur les être humains qui les ont transformés en véritables monstres. Plusieurs personnages sont découpés dans de grands panneaux pour faire peur ! On distingue aussi Tomie dans son sarcophage.

LE JOURNAL DE BORD DE LA PRODUCTION DE LASTMAN

Cette salle recrée l’atelier des trois auteurs afin de montrer comment ils travaillent à 6 mains. Des planches commentées sont affichées sur les murs et des bornes permettent de découvrir le mini-site dédié qui compile les fanarts (lastman.bdangouleme.com, visible pendant et après le festival). Tous les jours à 14h, Vivès, Balak et Sanlaville animent des sessions pour les visiteurs.

SALLE PAXTON

Dans cette ultime salle au capitonnage blanc et à l’immense décor urbain dessiné, les festivaliers pourront découvrir en exclusivité le pilote de la série animée diffusée sur France 4 en mars prochain. Pour les plus curieux, ils pourront s’aventurer derrière le panneau Sexy Sirène.

Article posté le mercredi 27 janvier 2016 par Damien Canteau

L'exposition

Lancée au printemps 2013, la série Lastman est une œuvre pop innovante. Conçue et réalisée dans un atelier rassemblant Balak, Michaël Sanlaville et Bastien Vivès (Prix Révélation 2009 avec Le Goût du chlore), Lastman conjugue plusieurs influences : manga, jeux vidéo, séries TV et cinéma.

Lastman nous conduit sur les traces du jeune Adrian et de son mentor au passé trouble, Richard Aldana, sur plusieurs années : une quête qui leur fait découvrir des mondes aussi variés que contrastés. Suspens et rebondissements spectaculaires ponctuent l’action avec énergie et imagination. Véritable conte initiatique, Lastman s’appuie sur les schémas narratifs familiers de l’enfance et du récit de genre: combats sans merci, vaisseaux spatiaux, esprit chevaleresque, code de l’honneur maffieux, récits épiques, romances amoureuses, royaumes merveilleux et pouvoirs magiques… La force et le succès de Lastman s’appuient autant sur la virtuosité du dessin que de la mise en scène.

Pour installer une fréquence de parution aussi régulière que celle d’une série de mangas, le trio de Lastman s’est imposé un rythme de création effréné, à ce jour inégalé en Europe avec plus de 1 500 pages réalisées en trois ans – une première saison de 6 volumes et déjà deux tomes parus pour la seconde saison. Aujourd’hui, le succès de Lastman se confirme hors des frontières francophones avec des traductions qui couvrent les territoires américain, européen et asiatique.

Pour la première fois, Lastman fait l’objet d’une exposition qui permettra aux visiteurs de découvrir l’ampleur de cet univers résolument moderne. Celui-ci ne s’arrête pas aux livres de bande dessinée et se développe sous d’autres formes comme un jeu vidéo et une série animée en cours de production.

Dès l’entrée du Quartier Jeunesse, les visiteurs seront immergés dans cette saga foisonnante. Ludique et innovante, l’exposition Lastman : Universe s’adresse à un large public en proposant une exploration des différents mondes visités par les personnages: on retrouvera le ring de la Vallée des Rois, les rues mal famées de Paxtown, l’inquiétante Iguana Bay, etc. Deux exclusivités raviront les fans de la série et permettront d’initier les novices à l’univers de Lastman: le jeu vidéo Lastfight sera présenté en avant-première à l’occasion de l’exposition ; le pilote inédit de la série animée, réalisée par Jérémie Périn, sera dévoilé quelques mois avant sa diffusion sur France Télévisions. Beaucoup de surprises et de contenus inédits, donc, au programme de cette exposition consacrée à une série dense, vivante et hybride qui a trouvé un public fidèle et séduit déjà une très large audience.

Lastman, Delitoon et le webtoon

C’est sur Delitoon que Lastman a vu le jour… et l’aventure continue avec la diffusion exclusive de la saison8 (tome 8) tout en couleurs. Delitoon, qui propose une lecture de la série au format, webtoon, a déjà recueilli plus de 500000 lectures pour Lastman! Le webtoon, ce nouveau format qui vient d’Asie (Corée du Sud) est un genre nouveau, différent, taillé pour Internet, qui permet une lecture fluide de la bande dessinés sur tous types d’écrans connectés. L’exposition Lastman est l’occasion de (re)découvrir la série, diffusée dans son intégralité à l’occasion du lancement de la nouvelle application pour tablettes et smartphones. www.delitoon.com

Renseignements pratiques

  • Quartier Jeunesse, Chais Magelis
  • Production : 9eArt+ / Casterman
  • Commissariat : Thomas Mourier
  • Commissariat : Thomas Mourier

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir