Et si l’amour c’était d’aimer ?

Après Carnet de Pérou et Zaï Zaï Zaï Zaï, Fabcaro est de retour avec Et si l’amour c’était aimer ? un album décalé et drôle chez 6 pieds sous terre.

Un couple bien dans sa peau, file ce qui paraîtrait être le parfait amour. Pour le dîner, la femme commande une macédoine chez Speed Macédoine. Son mari est aux anges, il raffole de ce plat.

En ouvrant la porte au livreur, elle est éblouie par la beauté du jeune homme et tombe sous son charme. Le lendemain, elle recommande de la macédoine et glisse un mot dans la main du livreur pour qu’il la rejoigne plus tard. C’est le début d’une belle idylle entre eux…

Couronné de succès avec Zaï Zaï Zaï Zaï (Grand Prix de la critique ACBD 2016), Fabcaro imagine une belle romance complètement décalée, folle et drôle. Seul l’auteur de Amour, passion et CX diesel (avec James et Bengrrr) pouvait produire un tel récit où il multiplie les situations délirantes, les contre-pieds, les quiproquos et les références tout azimut.

Dans un réalisme assez froid et statique – ce qui ajoute encore plus d’humour – et avec une couleur en bichromie noire et verte, il surprend son lectorat à chaque page.

Article posté le mardi 14 novembre 2017 par Damien Canteau

Et si l'amour c'était aimer ? de Fabcaro (6 pieds sous terre) décrypté par Comixtrip
  • Et si l’amour c’était aimer ?
  • Auteur : Fabcaro
  • Editeur : 6 pieds sous terre
  • Parution : 9 novembre 2017
  • Prix : 12€
  • ISBN : 9782352121350

Résumé de l’éditeur : Sandrine et Henri coulent des jours paisibles dans leur villa. Henri est un patron de startup épanoui et dynamique et Sandrine l’admire. Mais hélas la vie n’est pas un long fleuve tranquille… Un beau jour, Sandrine tombe sous le charme de Michel, un brun ténébreux livreur à domicile et chanteur de rock à ses heures perdues. Une idylle merveilleuse va alors se nouer entre eux. Mais la vie est-elle toujours du côté de l’amour ? Les sentiments purs et absolus ne sont-ils pas qu’une feuille morte emportée par le vent ? Un arc-en-ciel ne finit-il pas toujours par disparaître derrière les nuages ? Un hommage appuyé aux romans-photos et aux collections de romans à l’eau de rose. Si vous pensiez avoir fait le tour de la question sur ce genre de littérature de gare, laissez-nous vous proposer l’idée qu’on peut, en fait, aller beaucoup plus loin, grace à Fabcaro.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir