La casa

Notre avis : Après La boucherie (Bastien Vivès) ou l’intégrale de Moi, je (Aude Picault), les éditions Warum poursuivent la fête d’anniversaire de leur onze ans avec la réédition de La casa, signé Victor Hussenot.

Le tout premier album publié du talentueux Victor Hussenot, tout de suite nous fascine et nous envoute par la puissance graphique qui s’en dégage et la façon dont l’auteur joue avec les vignettes. La case « maison des personnages » comme le souligne l’éditeur prend toute son ampleur sous les traits de l’auteur de Chemin des souvenirs (La joie de lire).

Comme à pu le faire Marc-Antoine Mathieu avant lui (bel hommage à cet artiste majeur du 9e art), Victor Hussenot trimbale ses personnages lambda, anti-héros, pas reconnaissables, dans tout l’espace de leurs cases. L’auteur de Les Spectateurs (Gallimard) les déforme, les casse, les réduit, les tourne ou les contourne.

Le jeu est donc sur la forme mais aussi sur le fond où ses personnages se perdent dans leurs réflexions, leurs pensées, leurs rêves, leurs forces et leurs faiblesses.

C’est brillant, c’est époustouflant, c’est très fort pour une première bande dessinée. Peu de jeunes auteurs ont pu livrer un album original, singulier et si racé pour une première ! Comixtrip aime le travail de Victor Hussenot et il le dit !

Pour cette réédition, Victor Hussenot a agrémenté ses premières pages de nouvelles pages en couleurs et l’auteur de Au pays des lignes (La joie de lire) s’est confié à Maël Rannou pour un long entretien, à lire en fin d’album.

Article posté le mercredi 21 décembre 2016 par Damien Canteau

la casa de Victor Hussenot (Warum) décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • La casa
  • Auteur : Victor Hussenot
  • Éditeur : Warum
  • Prix : 18€
  • Parution : 09 novembre 2016

Résumé de l’éditeur : La case, maison des personnages de bande dessinée, n’aura jamais aussi bien porté l’ambiguïté de son nom…

Victor Hussenot se joue et déjoue les codes, triture l’espace, pousse les cases, les détruit, les étire, joue avec les cadres – ceux des cases comme ceux, plus vastes, de la narration. Ses personnages, au travers d’histoires qui ne semblent pas (à première vue du moins) connectées les unes aux autres, se font acteurs de la bande dessinée, constructeurs de cases, créant et détruisant au gré de l’imagination de leur auteur leurs propres prisons.

Un jeu subtil, sur le fond et sur la forme, une réflextion sur les doubles sens – dans tous les sens.

Réédition des onze ans : Pour l’anniversaire de WARUM, LA CASA est rééditée en cartonné, avec des pages couleurs inédites et un dossier rencontre-entretien entre l’auteur et Maël Rannou.

 

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l’ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir