Le pays des purs

Notre avis : Le Pakistan – le pays des purs – a été bouleversé par l’assassinat de Benazir Bhutto en 2007. La reporter-photographe Sarah Caron a assisté aux événements qui suivirent. Elle conte ces moments dans Le pays des purs mis en image par Hubert Maury.

Novembre 2007. Sarah Caron débarque au Pakistan après un reportage à Katmandou. Le pays des purs est en état d’urgence après de nombreuses vagues de violences terroristes. Le pouvoir de Pervez Musharraf est étendu et ses opposants sont de plus en plus nombreux dans la rue. A leur tête, Benazir Bhutto, l’ex première ministre.

Dès les premières minutes, la journaliste le sent, elle va vivre quelque chose d’intense. Alors que sa valise a été égarée, elle décide d’aller acheter des sous-vêtements en pleine nuit – plus facile à dire qu’à faire – dans un pays où les Hommes détiennent tout. Là, elle assiste à une manifestation pro-gouvernementale et rencontre Hafiza, l’une des figures de l’événement.

Mais le grand défi de Sarah est de rencontrer Benazir Bhutto, assignée à résidence après les violences. Elle réussit par l’entremise de Hafiza. Elle prend alors de nombreux clichés mais quelques jours plus tard, la femme politique est assassinée dans un attentat…

Le récit de Sarah Caron est intense et captivant ! Il faut souligner que son sujet – Benazir Bhutto – est un sujet de fantasme chez les Occidentaux, voyant en cette femme politique, le renouveau du Pakistan. Il faut dire que nous avons des images d’elle comme ouverte sur le monde, pacifiste et moderne malgré les quelques affaires sombres de sa carrière.

Une coïncidence étonnante fit rencontrer la reporter avec l’ex première ministre quelques jours avant son meurtre. L’attentat, l’hôpital – simple et populaire – et les jours qui suivirent sont bien expliqués par Sarah Caron à travers le prisme de son objectif. Ce moment clef est méconnu en France; encore un point positif ! De plus, elle raconte les difficultés des reporters et photographes sur le terrain – entre information contrôlée par le pouvoir et réalité – mais aussi les conditions spartiates ou les fixeurs (interprètes qui permettent de rencontrer les bonnes personnes). Ainsi le lecteur découvre son chauffeur – le meilleur du Sud de l’Indus – qui la lâche le soir de l’attentat mais aussi Faris Khan le pachtoun.

Si cette bande dessinée-reportage est importante et accrocheuse, nous sommes moins convaincu par la partie graphique. Le dessin de Hubert Maury est trop sobre, trop lisse pour soutenir le propos très fort du récit. Nous aurions préféré plus d’audace. L’ensemble est néanmoins plaisant.

Article posté le samedi 27 mai 2017 par Damien Canteau

La pays des purs de Sarah Capron et Hubert Maury (La Boîte à Bulles) décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • Le pays des purs
  • Scénariste : Sarah Caron
  • Dessinateur : Hubert Maury
  • Editeur : La Boîte à Bulles, collection Contre-Coeur
  • Prix : 25€
  • Parution : 10 mai 2017

Résumé de l’éditeur : Le 27 décembre 2007, la ville de Rawalpindi, au Pakistan, est la proie de violentes émeutes, suite à l’assassinat de Benazir Bhutto, principale opposante au régime en place. Dans la foule, Sarah Caron, photographe française, saisit avec son appareil les moindres détails de la scène. Mais très vite, la jeune femme est repérée et se retrouve poursuivie, craignant pour sa vie. Un mois plus tôt, Sarah rencontrait Benazir Bhutto afin de réaliser une série de portraits commandées par le magazine « Time ». Une entrevue difficilement décrochée et qui, par un pur hasard, survenait le jour même de l’assignation à résidence de l’opposante. Une aubaine pour Sarah : pendant 4 jours, elle se retrouvait aux premières loges de l’actualité ! De jour, elle mitraillait les lieux, de nuit, elle transférait ses clichés. En immersion totale et au gré des commandes, la jeune femme passe cette année-là du monde de l’élite pakistanaise à celui des talibans, avec l’aide d’un fier guerrier pachtoune. Son objectif est une arme dont elle se sert pour frapper les esprits et franchir les frontières, qu’elles soient physiques ou culturelles, et ce malgré le danger des lieux et des situations.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir