Outcast #4

Notre avis : Le dernier épisode d’Outcast avait laissé le héros principal, Kyle, dans une une bien mauvaise posture. Détenu par celui qu’il considère comme le Diable incarné, le premier chapitre de ce nouvel opus va être l’occasion de savourer un échange d’une grande tension entre le « banni » et son geôlier. Ce qui permettra d’en savoir sur ce qui habite Sidney. Lui qui assure ne pas être le gardien de l’Enfer, se veut plutôt être un allié pour Kyle. Le kidnappeur et ses acolytes ont besoin de lui et de sa faculté à attirer toute cette communauté qui possède ce « compagnon » en elle. En voulant rallier Kyle à sa cause, Sidney dévoile un peu plus ses intentions et apporte quelques éléments qui, à défaut d’être rationnels, justifient son attitude démoniaque.

Même si la vie de Kyle n’a pas l’air directement menacée par Sidney, il n’en reste pas moins prisonnier et inévitablement en grand danger. Son seul espoir est que son ami, le Révérend Anderson, le retrouve. Lequel s’est ressaisi depuis les précédentes aventures. Il aura d’ailleurs lui aussi droit à une ultime confrontation face à Sidney. La première avait nettement tourné en la faveur de l’homme possédé. Celle-ci aura le mérite d’être plus équilibrée.

Ces deux affrontement presque simultanés entre nos deux héros et Sidney témoignent de l’ambiance anxiogène qui règne sur cette série. Sans oublier l’évolution des personnages tels qu’ Allison et sa fille Amber qui, pour la première, cautionne de plus en plus ce que Kyle tentait de lui faire comprendre. Une aubaine pour qu’elle soit réactive face à des intentions pernicieuses envers la petite fille.

Ce quatrième épisode d’Outcast garde un rythme effréné. De cette solidarité intouchable entre le Révérend et Kyle, découle de véritables combats contre cette puissance néfaste. Au début de ce récit, on aurait presque la sensation que l’auteur, Robert Kirkman, lève le pied sur le contenu de l’histoire. Mais c’est sans compter sur sa force narrative. Car la fin de Sous l’aile du Diable apporte son lot de nouvelles interrogations alors que d’autres on trouvé leurs réponses.

Difficile d’oublier le talentueux Paul Azaceta qui ne cesse d’illustrer de superbes cases au fil des chapitres. Les conditions climatiques étant particulièrement rugueuses dans ce quatrième opus, Azaceta en profite  pour montrer son aisance à sortir des caves, sous-sols ou autres endroits ténébreux qui sont légion pour ce genre de comics. La neige et le feu sont ainsi de nouveaux éléments de décor qu’il intègre idéalement dans la noirceur de l’intrigue. À la couleur, Elizabeth Breitweiser, habille les planches de façon toujours aussi harmonieuse.

Voilà ce qu’on attend d’une série. Qu’elle s’installe, tome après tome, sans que l’on ressente le moindre essoufflement. L’étau se resserre pour les protagonistes. Peut-on en déduire une fin imminente d’Outcast ? Nul doute que le scénariste nous réserve encore quelques surprises. La seule certitude étant qu’il a déjà la fin en tête contrairement à son autre création, Walking Dead.

En attendant, ne boudons pas le plaisir de ces quatre premiers tomes. Et vivement le prochain !

Article posté le dimanche 10 septembre 2017 par Mikey Martin

Outcast, quatrième tome de la série de Kirkman & Azaceta (Ed. Delcourt), décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • Outcast 4 : Sous l’aile du diable
  • Auteur : Robert Kirkman
  • Dessinateur : Paul Azaceta
  • Couleur : Elizabeth Breitweiser
  • Editeur : Delcourt
  • Prix : 16,50 €
  • Parution : juin 2017

Résumé de l’éditeur : Kyle Barnes subit les contrecoups des secrets le concernant lui, ses proches, et son passé… En revanche, Kyle et Sydney ont une conversation décisive où des réponses sont apportées… Une conversation qui va TOUT changer. Et en réalité, Kyle n’a jamais été autant en danger que maintenant… Parviendra t- il à échapper à ce qu’il vit comme une malédiction depuis des années ?

À propos de l'auteur de cet article

Mikey Martin

Mikey Martin

Originaire de Charente-Maritime, il débarque sur Poitiers il y a 17 ans et s'installe avec sa compagne juste en face d'une librairie spécialisée en bande dessinée. Une aubaine pour s'y remettre. Sa passion sans cesse grandissante pour le Neuvième Art se doit d'être partagée par de petites chroniques.

En savoir