Rêve d’Olympe

Notre avis : Aux Jeux Olympiques de Pékin en 2008, une frêle jeune femme participe pour la première fois à cet événement planétaire. Arrivée de Somalie, Samia boucle son tour de piste très loin des autres concurrentes. Acclamée, elle sera ravie. Mais son but était ailleurs : fuir la misère de son pays natal. Reinhard Kleist raconte la parcours chaotique de cette femme courage dans Rêve d’Olympe, un album La Boîte à Bulles.

Mogadiscio, Somalie, 2008. Tous les membres de la famille de Samia Yusuf Omar se sont réunis autour de la télévision pour regarder sa course à Pékin pendant les JO. Outsider, la frêle Somalienne terminera dernière. Ovationnée comme personne par le public du Nid d’Oiseau, elle finira néanmoins exténuée.

De retour au pays, elle est pourtant fêtée comme il se doit. Malgré les soldats de Dieu, partisans de la charia dans les rues, elle veut coute que coute continuer de s’entraîner en se rendant dans le stade vétuste de la capitale, étrillé par les bombes d’où de nombreux trous dans la piste. Pourtant, lorsqu’elle court, elle oublie tous les malheurs et l’insécurité liée aux miliciens islamistes.

Souhaitant au plus profond d’elle participer aux JO de Londres – il lui reste deux ans pour cela – elle décide de rejoindre l’Europe via l’Ethiopie pour fuir son existence misérable et réaliser son rêve…

Les albums de bandes dessinées autour du thèmes de migrants se multiplient depuis quelques années. Parmi ces ouvrages, nous pouvons retenir notamment : Etenesh de Paolo Castaldi ou Koko aux pays des toutous de Jean-Benoît Meybeck (tous deux Des ronds dans l’o), mais aussi Azil chez Gaétan Becpincé de Jean-Marie Omont, Charlotte Girard et Tanja Wenisch (La Gouttière) ou encore Les mains invisibles de Ville Tietäväinen (Casterman). Rêve d’Olympe se glisse dans cette liste non-exhaustive (voir notre Top 10 des BD sur l’immigration) par son humanisme. Reinhard Kleist a découvert l’histoire de Samia en feuillant le journal, puis il s’est renseigné sur son existence et donc créé une fiction. Il souligne d’ailleurs dans la préface : « Je souhaite, à travers ce livre, rendre hommage à Samia Yusuf Omar et espère que son histoire contribuera à maintenir notre conscience éveillée, afin que nous nous souvenions que, derrière ces entrefilets évoquant la politique de lutte contre l’immigration clandestine, se cachent des destins, et que derrière l’abstraction des chiffres se dissimulent des vies humaines ».

Soutenu par l’Association France Terre d’Asile, ce témoignage fort et parfois bouleversant plonge le lecteur dans l’enfer de l’immigration non-choisie. Si de nombreux migrants fuient leur pays à cause de la guerre, de la misère, du manque de nourriture, des changements climatiques, ici Samia part car elle ne peut pas s’entrainer correctement et surtout à cause de la pression des milices islamistes.

Article posté le lundi 01 août 2016 par Nicolas Albert

Rêve d'Olympe signé Reinhard Kleist aux éditions Boite à Bulles, décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • Rêve d’Olympe
  • Auteur : Reinhard Kleist
  • Éditeur : La Boîte à Bulles, collection Contre-Coeur
  • Prix : 17€
  • Parution : juillet 2016

Résumé de l’éditeur : Jeux Olympiques de Pékin, en 2008 : Samia Yusuf Omar, 17 ans, représente la Somalie. Sur la piste, la jeune femme se surpasse et bat son record personnel. Malgré sa dernière place dans la course, le public l’adore et l’acclame.

De retour dans sa Somalie natale, Samia ne compte pas rester sur un échec. Mais s’entraîner décemment est devenu impossible car les fondamentalistes musulmans interdisent aux femmes de pratiquer une quelconque activité sportive.

Pour atteindre son rêve de participer aux prochains Jeux en 2012, Samia tente le tout pour le tout : elle se lance dans une périlleuse odyssée pour rejoindre l’Europe. Alors à peine âgée de 20 ans, Samia éprouve le calvaire de l’immigration : la violence des passeurs, les camions surchargés de réfugiés, la faim, la soif, la prison… Jusqu’à sa fin tragique.

 

À propos de l'auteur de cet article

Nicolas Albert

Nicolas Albert

Nicolas Albert est journaliste à la Nouvelle République - Centre Presse à Poitiers. Auteur de plusieurs livres sur la bande dessinée (Atelier Sanzot, XIII 20 ans sans mémoire…) ou de documentaires video, il assure également différentes missions pour le festival international de la bande dessinée d'Angoulême : commissaire d’expositions (Atelier Sanzot, Capsule Cosmique, Boule et Bill, le Théâtre des merveilles, Les Légendaires…), metteur en scène des concerts de dessins, rédacteur en chef de la WebTV et membre du comité de sélection.

En savoir