The artist

Notre avis : Frustrations et doutes d’un créateur dans The artist, un album très drôle de Anna Haifisch aux éditions Misma.

Prépubliées sur vice.com entre septembre 2015 et janvier 2016, les histoires courtes signées Anna Haifisch sont à la fois drôles et tristes. Elles décrivent les affres et les doutes d’un artiste touche-à-tout. Maigre parce qu’il mange peu, il est dans un moment d’incertitudes, le plongeant dans un grand moment de désarroi à la limite de la dépression. Tout autour de lui le ramène à sa triste condition d’artiste maudit : les expositions réussies de ses connaissances, les demandes pressentes de son manager, les soirées qui finissent dans le vomi, les refus peu polis d’un comité de sélection d’une galerie, des repas ennuyeux entre artistes, ses parents qui s’inquiètent de son sort mais aussi ses lointains souvenirs estudiantins très joyeux…

Après la biographie imaginaire de Walt Disney dans un établissement psychiatrique dans Clinique Von Spatz, Anna Haifsich poursuit ses interrogations sur l’Art et les artistes dans cet album que nous avons plus apprécié que le précédent. Très drôle par son personnage principal et les situations qu’elle lui fait subir, le lecteur se prend d’attachement pour cet artiste maudit. Il n’a pas de projet, pas d’avenir et pas d’argent. L’auteure allemande fustige au passage le monde de l’art contemporain, les personnes qui le compose, ceux qui ont « la grosse tête » ou qui essaient de se « faire voir » et les expositions où l’on vend très cher des objets sans intérêt ou les galeristes. L’album bénéficie d’un dessin simple et épuré d’une grande efficacité, ce qui rend les récits drôles.

Article posté le vendredi 28 octobre 2016 par Damien Canteau

The artist de Anna Haifisch (Misma) décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • The artist
  • Auteure : Anna Haifisch
  • Editeur : Misma
  • Prix : 16€
  • Parution :  14 octobre 2016

Résumé de l’éditeur : L’Artiste est une espèce de drôle d’oiseau. Pour l’apprivoiser, aménagez-lui un nid modeste mais délicat : quelques brindilles et un matelas à même le sol suffisent. L’Artiste mange très peu, il ne coûte pas cher en nourriture. Il boit beaucoup, mais rien de bien sophistiqué, des bières en canettes font généralement l’affaire. Offrez-lui quelques toiles, deux-trois pots de peinture et vous le verrez rapidement s’animer dans des gestes majestueux. Une mise en garde toutefois : l’Artiste est extrêmement timide et craint les bains de foule. Évitez toute exposition prolongée en public, il pourrait y laisser ses plumes. Mais si vous prenez bien soin de votre Artiste, que vous lui offrez tout votre amour et votre indulgence, alors vous aurez peut-être la chance de voir cet oiseau frêle sortir de sa coquille et devenir l’un des plus grands artistes du XXIème siècle ! Bien loin de la vie de bohème, l’auteure dépeint dans The Artist les frustrations et les tourments de l’Artiste. Elle en profite au passage pour tourner en dérision le monde de l’art contemporain, ses expositions surfaites, ses galeries éphémères, ses vernissages où il faut se montrer… Le dessin tremblant et épuré sur des aplats de couleurs vives, marque de fabrique de l’auteure allemande, accentue la platitude de ce petit monde où le superficiel peut côtoyer le génie créatif.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir