Top 7 des BD finlandaises

Comixtrip vous propose une sélection des meilleures bandes dessinées sur la Finlande. Des Moomins à Ovni de Lahti, en passant par L’exilé de Kaleval ou Le sultan de Vénus, découvrez notre sélection d’albums valant le détour.

Forcément subjectif, notre Top 7 des BD finlandaises peut prêter à discussion. Si vous avez des coups de cœur dans ce domaine, n’hésitez pas à nous en faire part en nous présentant vos albums dans la rubrique commentaires.

1.

Moomin et les brigands

de Tove Jansson (Le Lézard Noir)

Cet ouvrage est la première traduction en France des oeuvres de bandes dessinées de Tove Jansson. Les aventures de Moomin s’adressent autant aux enfants dès 8 ans qu’à des lecteurs adultes. Elles sont apparues, pour la première fois, sous forme de strips dans les pages du London Evening News en 1954 puis seront publiées dans 40 autres journaux internationaux. Ce volume est le premier d une série d’histoires écrites par elle, avant que son frère reprenne le personnage au début des années 60. Les Moomins sont une famille très unie, de créatures rondes comme des hippopotames, qui mènent une vie de bohème et d’aventure. Le dessin de Tove Jansson est sobre et précis mais capable de nous toucher par de superbes portraits de personnages trottinant dans des champs de fleurs ou sur des bords de mer, typiques des paysages nordiques. La bande dessinée s adresse aussi aux adultes à travers un humour subtil. Une atmosphère douce et étrange. Saugrenue, fantaisiste mais pleine de sous entendus mordants, l observation de la vie quotidienne selon Tove Janson, avec des invités qui outrepassent la bienséance, l art moderne, les stars de cinéma et le «grand monde» a réussi à capter un public international et trouve des résonances dans le monde d’aujourd’hui. Malgré l’aspect patrimonial de cette édition, la bande dessinée de Moomin n’en demeure pas moins d une rare modernité.

2.

L’exilé du Kalevala

de Ville Ranta (çà et là)

Médecin de campagne coincé à Kajaani, une petite ville reculée de la Finlande du 19e siècle, Elias Lönnrot a l’impression d’être enfermé dans une prison. Sa famille démunie le harcèle et l’ivrognerie des notables locaux lui est devenue insupportable. Il est endetté, stressé, et de plus, impliqué dans une vague liaison avec une paysanne mariée. Leur relation dévoilée au grand jour, il panique et envisage de s’enfuir en Russie.

3.

Le sultan de Vénus et autres moelles d’invertébrés

de Matti Hagelberg (L’Association)

Ceux qui se sont délectés du graphisme et de l’humour inimitables du Finlandais Matti Hagelberg avec l’album Holmenkollen (2002) ne seront pas déçus avec ce second album français (qui reprend des récits antérieurs, publiés dans deux albums en Finlande en 1996 et 1997). On y découvrira par exemple la Patrouille des Nounours, ayant pour mission de retrouver le mélodica de Dieu; ou bien Matti lui-même, tombant malencontreusement amoureux de la Mort.

4.

Kanerva sur le pont

de Petteri Tikkanen (Les requins marteaux)

Alors que son papa doit partir, Kanerva – petite fille de 6/8 ans – se retrouve encore seule avec sa maman et sa grand-mère. Mais voilà la vieille femme est très malade depuis quelques temps. Fatiguée, au bout de sa vie, elle boit peu et délire même la nuit.

Dans l’un de ses moments d’égarement, elle demande à Kanerva de l’emmener sur le pont suspendu comme un dernier baroud d’honneur pour rendre hommage à son défunt mari qui l’avait embrassé pour la première fois à ce joli endroit.

5.

Ovnis à Lahti

de Marko Turunen (Frémok)

Marko Turunen a dessiné OVNIS à Lahti de 2005 à 2011. Lahti est la petite ville finlandaise où réside l’auteur. Ce qui s’annonce comme un rapport sur les manifestations extraterrestres est en réalité une terrestre chronique, pleine de banalité, de bonheur et d’absurde.

6.

Le premier livre de M. Espoir

de Tommi Musturi (La 5e couche)

Premier tome d’une série de cinq, Le Premier Livre de M. Espoir nous vient, comme son auteur, de Finlande. Au panthéon des sages, il y avait Bouddha l’Indien, Lao Tseu le Chinois, Zarathoustra le Zoroastre, Jésus le Juif… De Finlande nous venaient déjà Wäinämöien, le barde du Kalevala, et le Père Noël. Il y aura désormais M. Espoir. Ce précis de sérénité métaphysique vous aidera à sortir grandi des vicissitudes, avanies et turpitudes de l’existence : la pluie, l’amitié brisée, la solitude, l’embonpoint, le dessert quand il n’y en a plus.

7.

Sirkka la petite fille des rues

de Kati Kovacs (L’An 2)

La petite Sirkka fuit ses parents qui se livrent une véritable guerre conjugale dans le foyer familial et se retrouve à errer nue dans les rues et même jusque dans les égouts où elle rencontre un pingouin.

Article posté le vendredi 04 août 2017 par Comixtrip

À propos de l'auteur de cet article

Comixtrip

En savoir