Julie Maroh: avant le succès, le blog

L’auteure de Le bleu est une couleur chaude, adapté au cinéma sous le nom La Vie d’Adèle, tient un blog consacré à son travail et à ses engagements.

Julie Maroh a eu deux blogs. Dans le premier, elle s’appelait Djou, elle était encore semi-amateur, et racontait ses débuts de jeune auteur BD, ses coups de gueule sur l’actualité politico-social, et sa préférence pour les fillesDans le second, c’est un peu pareil, sauf qu’entre temps la jeune fille timide a collectionné tatouages et succès, devenant une auteur BD incontournable et très demandée.

La bibiographie de Julie Maroh n’est pourtant pas encore très étoffée: quelques premiers pas autoédités, des recueils entre copains… Et deux vrais bandes dessinées. Mais ces bandes dessinées, ce sont Skandalon (son dernier opus), et surtout Le bleu est une couleur chaude, splendide histoire douce-acide et intimiste d’une jeune fille qui tombe amoureuse d’une autre jeune fille.

La Vie d’Adèle, le making-of en dessins

Avec cet album, elle s’est faite un nom. La success-story est désormais conne, mais ceux qui l’aurait loupé la retrouveront en dessins sur le blog, étape par étape: exposition au musée de la BD, sortie de l’album, coup de cœur du public, prise de conscience de l’auteur qui réalise qu’elle a créée un truc qui touche beaucoup plus de gens que ce qu’elle imaginait, réimpression de l’album, encore réimpression de l’albumsélection officielle à Angoulême 2011, prix du public, achat des droits pour le cinéma par Abdellatif Kechiche, tournage avec Léa Seydoux dans le rôle principal, sélection à Cannes en plein débats sur le mariage homosexuel, scandale social sur les conditions de tournage, Palme d’Or à Cannes, déclarations choc des actrices, communiqué choc de l’auteur qui se félicite que le film permette de parler d’homosexualité, balaye la polémique sur la « libre adaptation », s’étonne que Kechiche ait une vision très erronée du cul entre filles, et râle elle aussi contre le manque de tac du cinéaste, contrecoup de la promo intensive … Et finalement, retour au calme.

Engagement permanent contre l’homophobie

Le film La Vie d’Adèle a finalement plus ou moins éclipsé la BD, se plaindront certains. Mais il aura aussi permis d’en vendre quelques milliers d’exemplaires supplémentaires. Et les lecteurs qui veulent en savoir plus sur l’auteur peuvent aller farfouiller dans ses blogs. Même si Julie Maroh ne publie qu’irrégulièrement dessus, on y trouve tout un tas de choses très sympathiques.

Militante pour l’égalité, Julie Maroh est aussi à l’origine d’une tentative sympatoche : à l’occasion de la journée contre l’homophobie, en mai 2009, elle avait appelé les blogueurs à écrire / dessiner une note en rapport avec le sujet. Elle a continué à s’engager dans le débat au cours des dernières années, même si elle a parfois l’impression de lutter contre des moulins à vent.

Et à côté de tout cela, elle travaille sur ses prochains albums. Et c’est bien là l’important.

Article posté le samedi 27 septembre 2014 par Thierry Soulard

Tous les albums

À propos de l'auteur de cet article

Thierry Soulard

Thierry Soulard

Thierry Soulard est journaliste indépendant, et passionné par les relations entre l’art et les nouvelles technologies.
Il a travaillé notamment pour Ouest-France et pour La Nouvelle République du Centre-Ouest, et à vécu en Chine et en Malaisie.
De temps en temps il écrit aussi des fictions (et il arrive même qu’elles soient publiés dans Lanfeust Mag, ou dans des anthologies comme « Tombé les voiles », éditions Le Grimoire).

En savoir