China Li

China Li est la nouvelle grande fresque historique de Maryse et Jean-François Charles. Ils nous entrainent dans la Chine des années 1920 par l’entremise d’une jeune fille vendue à un parrain local de la mafia, maître Zhang. Plongée dans une saga familiale entre transmission et guerre des clans. Deux premiers volumes accrocheurs !

Li, vendue à sept ans

Un détective privé entre dans le restaurant chinois La rivière Li. Travaillant pour maître Dupont-Bedon, il annonce aux propriétaires avoir retrouvé Li. Il décide alors de leur expliquer comment il est parvenu à ses fins.

Rivière Li, années 1920. Une jeune fille de sept ans dont le prénom est le même que la rivière est emmenée de force vers Shanghai. Son frère aînée l’a « jouée » et l’a « perdue ». Désormais, elle appartient à un homme dans cette immense ville qu’elle ne connaît pas. C’est une mégalopole tenue de main de fer par la Bande verte, une triade qui a fait sa fortune par le trafic d’opium.

A son cou, Li a une pancarte. Violentée et violée, elle est déboussolée. Mal nourrie et chétive, elle est rejetée par maître Zhang Xi Shun, son nouveau « propriétaire ». Eunuque, il est à la tête d’une mafia locale.

Li, douée en dessin

Quelques temps plus tard, Li est emmenée de force par Mère Soong dans le bureau de Zhang. Elle aurait volé du papier de riz pour dessiner.

Impressionné par la qualité de son dessin, son maître lui propose d’apprendre à peindre, à lire et à écrire. Li passe alors beaucoup de temps auprès de Zhang. Il lui fait apprendre la calligraphie et le français auprès de Madame Ferté. Cette éducation l’émancipe.

Li découvre Paris et l’amour

La Chine connait une période politique instable. Entre les partisans de Tchang Kaï-Chek et ceux de Mao Zedong, la guerre fait rage. Si, l’on ajoute à cela les Britanniques qui veulent toujours leur part du business de l’opium, la situation est explosive. Pour maître Zhang, c’est aussi délicat. Après une attaque de sa demeure, il décide de mettre Li à l’abri en l’envoyant en France avec Mme Ferté et Raphaëlle, sa fille.

Dans le deuxième volume de China Li, nous découvrons Li, femme maintenant, à Paris. Son rêve : devenir journaliste. En attendant de débuter des études dans ce domaine, elle travaille dans le magasin de M. Dobroski, celui-là même où elle acheta un appareil photo.

Li rencontre Antoine, un peintre et tombe amoureuse. Il l’emmène à Saint-Germain-des-Prés où elle côtoie les artistes et autres écrivains.

Appréciée de sa concierge, femme élégante, polie et instruite, Li est heureuse. Elle écrit tous les jours à maître Zhang. Ce dernier ne lui répond pas. Elle est anxieuse. Il faut souligner qu’en Chine, la situation est terrible. Le Japon a envahi la Mandchourie…

China Li, deux premiers volumes haletants

Nous aimons vraiment beaucoup le travail de Maryse et Jean-François Charles. Férus d’Histoire, le couple nous a emporté avec délice dans des contrées lointaines notamment avec Les pionniers du nouveau monde (saga de 20 volumes mise en image par Jean-François puis Ersel), mais également avec India Dreams, War and Dreams et Africa Dreams.

Pour China Li, leur nouvelle série, ils posent leurs regards sur la Chine des années 1920. Ils emmènent les lecteurs à Shanghai, une immense ville où les trafics et les triades rythment la vie de ses habitants. Plus grand bordel du monde à cette époque, la mégalopole fondait son business sur l’opium et la prostitution.

L’ambiance des bas-fonds de la ville, des maisons closes et des guerres de clans est parfaitement restituée. Maryse et Jean-François Charles ont aussi choisi cette période pour ses bouleversements économiques (la Chine entre dans une ère nouvelle) mais aussi politiques, notamment les tensions avec le Japon (La guerre de Mandchourie), Mao et Tchang Kaï-Tchek.

Une saga entre amour, polar et aventure

Au milieu de ces bouleversements, il y a Li. Jeune femme instruite, lettrée et indépendante, elle voue une admiration à maître Zhang, celui qui finalement l’a sortie de sa condition misérable. Alors qu’elle était destinée aux cuisines et aux tâches ménagères, son dessin va la sauver de ce sort peu enviable. China Li, c’est aussi une histoire d’émancipation féminine et de sortir d’un certain déterminisme social par la culture et l’instruction.

Cette tendresse et cet attachement à son maître est aussi un ressort narratif fort dans China Li. L’homme aussi violent et méprisable qu’il soit, ne l’est pas avec elle.

Le récit de Maryse et Jean-François Charles navigue avec habileté entre l’aventure, la romance et le polar. Le personnage de Zhang en est d’ailleurs l’incarnation. Ce côté noir de la saga est incarné par ce chef de triade. Il règne en maître sur son business, fait des envieux et les tensions politiques ne vont guère améliorer son sort, l’obligeant à quitter Shanghai.

Le côté aventure est lui plus visible dans le deuxième opus de la série, notamment lorsque Li tente de rejoindre Zhang dans les montagnes.

L’amour n’est pas oublié. Il prend un forme platonique entre Li et son maître, mais est plus charnel entre Antoine et la jeune Chinoise.

Ce mélange des trois genres tient en haleine le lectorat. Il faut souligner que les rebondissements sont nombreux dans les deux premiers volumes de China Li.

De la beauté du dessin

Comme dans ses séries précédentes, Jean-François Charles régale les yeux de ses lecteurs. Ses aquarelles sont d’une grande beauté. Les paysages sont d’une grande force graphique. Les couleurs sont délicates lors des moments relationnels et chaudes lorsque le scénario l’exige. Les teintes bleutées se mélangent aux rouges-ocres. Prenez quelques minutes pour regarder la mise en couleur  aux crayons gras de la couverture dans la vidéo ci-contre.

Quant aux personnages, ils ont de l’élégance sous les pinceaux du dessinateur belge. Li et les autres femmes sont énigmatiques et sensuelles, les hommes sont beaux, et forts dans les moments de tensions. D’ailleurs, les scènes de combats sont d’une grande vivacité; elles sont spectaculaires.

China Li : une saga historique, entre romance, polar et aventure. Du grand et du beau Maryse et Jean-François Charles !

Article posté le jeudi 07 mai 2020 par Damien Canteau

China Li 1 de Maryse Charles et Jean-François Charles (Casterman)
  • China Li, tome 1 : Shanghai
  • Scénaristes : Maryse et Jean-François Charles
  • Dessinateur : Jean-François Charles
  • Éditeur : Casterman
  • Prix : 14.50 €
  • Parution : 29 août 2018
  • ISBN : 9782203149502

Résumé de l’éditeur : 1920, Li, sept ans, jouée et perdue par son oncle, est envoyée à Shanghai. Son nouveau maître, le cruel Zhang Xi Shun, est l’un des dirigeants de la triade « la Bande verte » qui domine la ville. Li, affectée aux cuisines, est un jour accusée d’avoir volé du papier de riz et portée devant son maître. Celui-ci découvre alors chez cette créature chétive, un don pour le dessin. Cela lui vaudra de prendre une place spéciale auprès de ce personnage terrifiant mais raffiné…

 

China Li 2 de Maryse Charles et Jean-François Charles (Casterman)
  • China Li, tome 2 : L’honorable Monsieur Zhang
  • Scénaristes : Maryse et Jean-François Charles
  • Dessinateur : Jean-François Charles
  • Éditeur : Casterman
  • Prix : 14.50 €
  • Parution : 15 janvier 2020
  • ISBN : 9782203172289

Résumé de l’éditeur : Alors que la guerre éclate en Chine, Li découvre Paris et l’amour… Alors qu’elle arrive à Paris, Li y termine ses études secondaires et entame une licence de journalisme. Dans le même temps, depuis son pays d’origine, Monsieur Zhang lui apprend par courrier que Mao lève une armée et que la famine sévit. Deux ans plus tard, la Manchourie sera envahie par le Japon. Li voudrait pouvoir aider son pays et revoir son mentor, Monsieur Zhang. Par ailleurs, à Paris, elle découvre l’amour. Comment concilier cet amour naissant et son besoin d’aider son pays ?

 

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir