Fool Night

La Terre est désormais recouverte d’épais nuages noirs. La lumière du soleil a disparu. Pour survivre, les humains mourant servent désormais d’engrais aux plantes qui oxygènent l’air. Mourant, mais pas encore mort. Dans Fool Night, Kasumi Yasuda nous plonge au coeur d’un monde sombre, mais où l’espoir fleurit discrètement sous les cendres. 

Fool Night

Depuis 100 ans, un épais nuage noir empêche le soleil d’attendre le sol de la Terre. Les plantes sont mortes petit à petit. Les humains ont alors placé tous leurs espoirs dans une technique novatrice : La Transfloration.

Chaque personne mourante se verra implanter une graine dans le corps. Cette graine va se nourrir de l’âme humaine et pousser. Pousser jusqu’à devenir une véritable plante. Un arbuste, un cactus, une herbe folle ou un arbre. Qu’importe. La plante va vivre et apporter de l’oxygène aux vivants qui restent. Ces humains hybridés, on les appelle les Sanctiflores.

Souvent, on les entend marmonner dans une langue inconnue, bruissement d’être métamorphique incompréhensible. Que disent-elles, ces personnes en train de mourir ?

Parfois, une personne ne veut pas attendre d’être mourante pour se faire implanter une graine. Car chaque personne transflorée reçoit une indemnité de dix millions de yen.

Mourir pour vivre

C’est le cas de Toshiro. Rien ne va dans sa vie. Il n’a pas assez d’argent pour poursuivre ses études, pour se nourrir correctement, pour payer les médicaments de sa mère. Elle qui devient folle, violente moralement et physiquement. Son employeur est impitoyable. Personne ne l’aide. Coincé, piégé, il ne voit qu’une seule porte de sortie.

Il essaie d’arnaquer un institut de transfloraison. Il se fait passer pour mourant afin d’être transfloré. Mais lorsque son dossier est pris en charge, c’est une vieille amie qui le reçoit, Yomiko.

Yomiko est chirurgienne spécialisée dans la transfloration. Si elle refuse de lui implanter une graine, il parvient quand même à se faire transflorer. Comble de l’improbable, Yomiko apprend que Toshiro est capable de comprendre les Sanctiflores. Sans ces retrouvailles, le jeune homme n’aurait jamais su à quel point c’est inhabituel et incroyable. Yomiko lui propose alors un travail : retrouver une sanctiflore bien précise.

Après la fin

Tochiro est un personnage fataliste. Il personnifie l’univers de Fool Night. Désespéré, éteint. Le jeune homme est désintéressé de tout, et malchanceux jusqu’au bout. Tout le monde, dans cette ville sombre, est individualiste et agressif.

La bienveillance n’existe plus. Même les fleurs paraissent cruelles et cyniques. Elles qui poussent sur des cadavres humains.

Fool Night baigne dans le macabre. Pourtant, à travers Tochiro et les sanctiflores, Kasumi Yasuda nous raconte une histoire entre deux mondes.

Nous entrons dans un lieu où, malgré la promiscuité de la mort, le dialogue est rompu entre les hommes et l’Après. Cet Après d’où les plantes nous parlent. Toshiro en tant que seule personne à pouvoir les comprendre, se place au carrefour de ces deux mondes. Comme Hermès sur les berges du Styx.

Fool Night raconte un désir de mort, celui de Tochiro, mais aussi celui des personnes transflorées et celui de ce monde à bout de souffle.

Et pourtant, quelque chose brille dans la nuit noir. Un fil qui relie le héros à l’envie de vivre. Un rien qui murmure à ce monde épuisé que tout n’est pas fini. Tout ne s’achève pas avec une sanctiflore. Tout ne s’achève pas avec la mort… Quelle est donc cette quête des vivants qui reste ?

Gribouillage floral

Kasumi Yasuda dessine son monde d’un trait fin. Ses personnages contrastent avec la touffeur du paysage sous la chape de plomb du nuage noir. Style singulier qui évoque d’autres auteurs, sans jamais collé tout à fait à un esthétisme déjà vu. Kasumi Yasuda est un jeune mangaka au style excentrique et bien solide. Doté de racines profondes.

L’auteur joue avec une mise en page bien carré pour en faire une mise en scène très subtile. Rythme et émotion passe délicieusement par là. Par l’empilement bien choisi de cases. Et par le mouvement, parfois infime, initié en leur sein. Outre son ambiance si singulière et sa thématique obsessionnelle, Fool Night est très agréable à lire grâce au travail de mise en scène. Fait de menu détail et de mouvement gracieux dans son griffonnement général, imparfait et harmonieux.

Fool Night de Kasumi Yasuda est une belle trouvaille pour les Editions Glénat. A engloutir sans modération.

Article posté le lundi 04 juillet 2022 par Ma Lo

Fool Night - Kasumi Yasuda - Glénat
  • Fool Night
  • Auteur : Kasumi Yasuda
  • Éditeur : Glénat
  • Prix :  7,60€
  • Parution : 4 mai 2022
  • ISBN : 9782344052693

Résumé de l’éditeur : Depuis cent ans, un eépais nuage empêche le soleil d’eéclairer la Terre. La nuit et l’hiver se prolongèrent à jamais et la plupart des veégeétaux périrent. L’humanité plaça ses espoirs dans la technique de “transfloraison”, consistant à transformer un humain en plante. Bien évidemment, ces opérations sont limitées aux personnes en fin de vie, pour une raison éthique… mais lorsqu’une prime de dix millions de yens est accordée aux volontaires, certains n’hésitent pas à contourner les règles pour s’inscrire sur les listes. Toshiro est l’un d’entre eux : sans aucun avenir et fatigué de la vie, il va choisir de se transformer en plante. Mais cette opération va lui accorder des talents qu’il ne soupçonnait pas !

À propos de l'auteur de cet article

Ma Lo

"C'est fou ce qu'on peut raconter avec un dessin". Voilà comment les arts graphiques ont englouti Ma Lo. Depuis, elle revient de temps en temps nous parler de ses lectures, surtout quand ils viennent du pays du soleil levant. En espérant vous faire découvrir des petites pépites à savourer ou à dévorer tout cru !

En savoir