Le Serpent et Le Coyote

L’année 2020 résonne principalement pour beaucoup d’entre nous comme celle marquée par le confinement. Matz et Xavier ne l’ont pas entendu de cette manière. Quitte à respecter l’injonction de se cloisonner chez soi, il fallait s’évader autrement. Les deux créateurs de Tango ont pris leurs crayons pour s’échapper dans le grand désert de l’Ouest américain. C’est ainsi qu’est né Le Serpent et Le Coyote, un road trip où la lecture se savoure lentement, rythmé par l’allure tranquille d’un vieux camping-car… 

L’improbable RENCONTRE

Joe sillonne le décor désertique et silencieux de l’Arizona. À bord de son fourgon aménagé, l’homme aux soixante printemps traverse les routes aux paysages uniques à faible vitesse. La clope au bec, le solitaire semble voyager sans destination précise. Arrivé dans l’Utah, c’est quand il s’arrête pour faire une pause et que méthodiquement sont installés table, chaise, bières et fusil, que son moment de répit est perturbé par un bruit intrigant. Armé, il s’approche d’un arbre en bordure de colline et met en joue un chiot. Inoffensif et blessé, Joe va ainsi adresser ses premiers mots au petit animal.

En deux pages, celui qui n’avait pas ouvert la bouche depuis tous ces kilomètres avalés, se libère. Ainsi, pendant qu’il soigne son nouveau compagnon à coups de whisky, Joe distille quelques premières informations. D’abord que ce prénom résulte d’une nouvelle identité. Ensuite, qu’il a perdu tout lien avec famille et amis. Enfin, que derrière son apparence asociale se cache assez d’humanité pour prendre sous son aile le canidé. Bien plus qu’un animal de compagnie – Il apprendra d’ailleurs bien plus tard qu’il est en réalité un coyoteJoe en fera son confident et le témoin de son histoire.

JOE VS GIU’

Et l’on va rapidement comprendre que le passé de Joe est lourd de conséquences. Car Giuseppe Barella – de son vrai nom – n’est pas si libre que la situation le laisse entendre. Sa liberté est conditionnée par la surveillance assidue du marshal Carl Crews. Lequel doit dans un premier temps s’assurer que Joe ne disparaisse pas des radars et qu’il ne commette pas d’entorses à la règle. Car Giu’ bénéficie d’un programme spécial surnommé la Witsec (Witness Security). Ce dispositif récent permet à un dangereux truand de ne pas moisir en prison en échange de devenir un témoin précieux pour faire tomber ses anciens acolytes et, de ce fait, un plus important réseau. Ce qui n’était pas prévu pour Crews, c’est qu’il va lui être demandé de le protéger.

Car à New-York, Shur, le fondateur de ce programme expérimental, est dans la tourmente. La seule personne qui pouvait témoigner dans le cadre d’un nouveau procès vient de se faire liquider. Seul Giuseppe peut encore sauver la mise en venant une seconde fois à la barre. Peu importe s’il s’expose une nouvelle fois et risque sa vie. Shur ne lui laisse pas le choix. Il en va de la réussite de son programme. Soit Giu’ revient, soit il ne bénéficiera plus de ses privilèges.

Fatalement, la vie de Joe est rattrapée par celle de Giu’. Ainsi, tout au long de son périple, nous découvrirons un homme aux multiples méfaits. Qu’ils soient criminels ou baignés d’argent sale, les actes de Giuseppe démontrent que son ardoise est lourde. Et que cette opportunité de l’effacer ne se fait pas sans un autre prix à payer.

LE SERPENT ET LE COYOTE, LE DESTIN D’UN CRIMINEL PHILANTHROPE

Avec Le Serpent et le Coyote, Matz et Xavier offrent un récit au long cours de toute beauté. Fort de ses 140 pages, ce livre est une véritable réussite scénaristique et graphique.

Matz propose une histoire où le personnage principal a énormément de consistance. Le mafieux à la retraite n’est évidemment pas une personne des plus fréquentables. Pour autant, on décèle en lui beaucoup plus d’humanité que ses actes commis ne pourraient présager. Joe est un criminel au cœur tendre. Cet antagonisme sera le fil rouge de cette aventure originale.

Originale car avoir pour seul allié un coyote, qui devient par la même occasion l’oreille qui « écoute » ses confessions, permet une lecture en toute fluidité et donne une ambiance apaisante dans toute la violence qui entoure le soixantenaire. Jusqu’au bout, cet animal qui aura été baptisé de tant de noms permettra à son éphémère maître de rompre cette solitude pour laquelle il était logiquement condamné.

LE PRIX DE LA LIBERTÉ

Au-delà de cette rencontre inédite, l’intérêt de l’intrigue porte sur le sujet sensible de la sécurité des témoins. Entre ses avantages et ses limites, Matz met un lumière un programme qui, finalement, permet aux pires escrocs de rester libres sous condition qu’ils dénoncent les agissements de plus gros qu’eux.

UN RENDU GRAPHIQUE INCROYABLEMENT EFFICACE

Quant à la partie graphique de Philippe Xavier, quel régal ! Il nous impose naturellement des grandes cases qui nous permettent de plonger profondément dans l’histoire. Les postures du coyote, celles de chaque personnage (car il y en a beaucoup), sont toutes identifiables et démontrent un vrai respect pour leur donner de la prestance. Mention spéciale à l’animal (et il y en a d’autres !) dont le regard attendrit ou s’interroge face aux agissements de son compagnon de route. Sans oublier la très belle complémentarité à la couleur de Jérôme Maffre, Xavier offre un dessin réaliste qui prouve une nouvelle fois toute l’étendue de ses qualités artistiques.

Au final, Le Serpent et Le Coyote est un splendide one shot crée dans une complicité évidente entre deux auteurs au talent fou et dont un seul mot nous vient spontanément à la fin de cette lecture : Wouff !..

Article posté le dimanche 13 novembre 2022 par Mikey Martin

Le Serpent et Le Coyote (Le Lombard) de Xavier & Matz, un splendide road-movie à travers les grands déserts du Sud-Ouest américain, décrypté par Comixtrip, le site BD de référence.
  • Le Serpent et Le Coyote
  • Scénariste : Matz
  • Dessinateur : Philippe Xavier
  • Coloriste : Jérôme Maffre
  • Éditeur : Le Lombard (Collection Signé)
  • Prix : 23,50 €
  • Parution : 09 septembre 2022
  • ISBN : 978-2808205375

Résumé de l’éditeur : USA, 1970. Joe se balade en camping-car dans les grands espaces du Far West. Il y fait des rencontres : un petit coyote, pour commencer, mais aussi des gens plus ou moins bien intentionnés ? des voyous locaux, des agents du FBI, un U.S. Marshal, d’anciens amis plus ou moins fréquentables… Mais qui est vraiment ce bon vieux Joe ? Ceux qui croisent son chemin ont tendance à voir leur espérance de vie se réduire dangereusement…

À propos de l'auteur de cet article

Mikey Martin

Mikey, dont les géniteurs ont tout de suite compris qu'il était sensé (!) a toujours été bercé par la bande dessinée. Passionné par le talent de ces scénaristes, dessinateur.ice.s ou coloristes, il n'a qu'une envie, vous parler de leurs créations. Et quand il a la chance de les rencontrer, il vous dit tout !

En savoir