Les bons gros bâtards de la littérature

Aurélien Fernandez et PoPésie dévoilent tout, mais vraiment tout, sur les autrices et auteurs de la littérature. Mais surtout leur côté sombre, celui peu reluisant mettant en lumière leur sexisme, leurs violences physiques ou verbales et leur homophobie. Ils compilent ces travers et ces lâchetés dans Les bons gros bâtards de la littérature. Instructif et drôle !

Aux grandes autrices et aux grands auteurs, la patrie reconnaissante. Vraiment ?

A travers 128 pages, Aurélien Fernandez et PoPésie ont décidé d’explorer le côté obscur de la littérature. Loin de leurs chefs-d’œuvre, de leurs ouvrages merveilleux et de leurs écrits sublimes, ils dévoilent avec malice et drôlerie les faces sombres de ces autrices et auteurs pourtant le top des écrivaines et écrivains mondiaux. Ça désacralise à tout va !

Parfois, pour contextualiser leurs récits, les professeurs ou certains écrits sur leurs romans – ah la fameuse collection rouge Profil d’une œuvre chez Hatier – avancent quelques pistes mais souvent cela peut être survolé, voire ignoré de tous.

Parce que oui, Les bons gros bâtards de la littérature nous permet d’apprendre des choses (inavouables parfois) sur ces femmes et ces hommes et leurs comportements. Il faut souligner que Guillaume Plassans, aka PoPésie, est auteur et professeur de lettres et qu’il tient un compte twitter suivi par 98 0000 abonnés.

Les bons gros bâtards de la littérature : secrets et mensonges

Comme le mentionnent les deux auteurs en préface, s’ils sont de très belles plumes, reconnus internationalement, certains peuvent être vraiment de gros bâtards. « Petits secrets, mensonges, violence, insultes et sales coups » sont leur lot quotidien. Néanmoins, Aurélien Fernandez et PoPésie mettent en garde leur lectorat quant à la véracité des anecdotes de leur livre. Les sources sont parfois inconnues et les déformations de citations peuvent être légion. Pour ne rien divulguer et donc gâcher votre plaisir de lecture, nous ne donnerons pas trop de détails.

Pour ouvrir notre appétit de potins, ils débutent leur album par un portrait au vitriol de François Villon, le célèbre poète de La ballade de pendus. Ils poursuivent aussi avec des Bâtards de l’Antiquité ou de la Mythologie. Les conseils de séduction d’Alfred Jarry, de Corneille ou Tolstoï sont à tomber, tandis qu’Ernest Hemingway avait de drôles de relations avec les animaux.

Citations de gros bâtards

Les bons gros bâtards de la littérature est parsemé de Citations de gros bâtards. Et nous pouvons vous dire qu’on adore cela. C’est souvent écrit avec talent. Ça pulse, ça cogne et ça éparpille façon puzzle ! Les écrivain.es entre eux ne sont jamais très tendres. A côté les bad buzz entre les rappeurs aujourd’hui, c’est de la gnognote. Leur plume appuie là où ça fait mal, en plein dans la plaie. Les passes d’arme entre eux sont nombreuses. Morceaux choisis :

« C’est un crapaud qui empoisonne toutes les eaux dans lesquelles il nage » (Alfred de Vigny à propos de Sainte-Beuve)

« Quel grand poète il eut été, s’il avait eu quelque chose à dire » (Mallarmé à propos de Hugo)

Et il y en a des dizaines comme cela. Néanmoins, certaines citations sont moins heureuses, mettant en lumière les pires saloperies et idées nauséabondes de certains. Ainsi, nous découvrons, le racisme, l’antisémitisme, la misogynie (pour beaucoup d’écrivains, une femme ne pouvait et ne devait pas écrire) et l’homophobie de ceux que l’on vénère en littérature. Nous éviterons de leur faire trop de publicité en ne les retranscrivant pas. Les plus infâmes de ce côté-là, étaient les frères Goncourt, multipliant les citations assassines envers les autrices et auteurs.

Comportements à la limite de la loi

Aurélien Fernandez et PoPésie arrivent aussi à nous distraire et nous faire rire de comportements parfois à la limite de la loi. Les violences physiques sont nombreuses chez certains. On aime aussi les armes et les duels chez les auteurs. Choderlos de Laclos a participé à l’élaboration de l’obus. Lucien Carr, Liu Yongbiao ou William Burroughs avaient la main leste de ce côté-là et devinrent même des meurtriers !

Les amis n’hésitent d’ailleurs pas à attaquer leurs collègues en groupe. Guy de Maupassant a fait les frais de canulars souvent méchants. Lequel aimait le sexe et se vantait de ses MST. Quant à Camille Claudel, la célèbre sculptrice, elle fut envoyée dans un asile par son frère, Paul, l’écrivain. Il ne viendra la voir que rarement et la pauvre mourra de malnutrition.

Pour écrire des chefs-d’œuvre, doit-on être dans un état second par l’alcool ou la drogue ? Certain.es s’y sont penché.es pour augmenter (?) leur production. Ces addictions ont parfois engendré des déboires à leurs auteurs.

Les auteurs de Les bons gros bâtards de la littérature abordent aussi les problèmes de plagiats (Mary Shelley, Molière, Houellbecq ou Alexandre Dumas qui faisait écrire ses romans par les autres).

Dessin au diapason

Pour mettre tout cela en musique, Aurélien Fernandez a usé de tout son talent. L’auteur de Bougre de bonhomme a une maison sur la tête (éditions Lapin) réalise des planches d’une très belle lisibilité. Ses personnages ont des têtes géométriques, tels de bons Playmobil. Son trait épais est agrémenté de grands aplats noir et bleu.

Les bons gros bâtards de la littérature : pour faire tomber de leur piédestal les autrices et auteurs que l’on vénère ! Un très joli album, drôle, passionnant et instructif.

Article posté le mercredi 01 juillet 2020 par Damien Canteau

Les bons gros bâtards de la littérature de PoPoésie et Aurélien Fernandez (Lapin)
  • Les bons gros bâtards de la littérature
  • Scénariste : PoPésie
  • Dessinateur : Aurélien Fernandez
  • Éditeur : Lapin
  • Prix :  13 €
  • Parution : 26 juin 2020
  • ISBN : 9782377540914

Résumé de l’éditeur : Victor Hugo, Georges Sand, Flaubert, Voltaire, Baudelaire… L’Histoire de la littérature compte de nombreux grand.e.s hommes et femmes dont les noms résonnent aujourd’hui encore dans les salles de classe, dans les rues et dans les mémoires.Des héros, des génies, des artistes incroyables, mais aussi, parfois… des bons gros bâtards ! Aurélien et Guillaume, avec humour et finesse, nous racontent dans des planches thématiques le côté sombre des auteurs classiques.

 

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir