Les fantômes de Séville

La demi-finale de la Coupe du Monde de football 1982, le fameux France-Allemagne de Séville déchaîne toujours les passions. La preuve ? Après Mon album Platini, autre bande dessinée sortie presque en même temps, cette rencontre mythique — qui traumatisa des millions de Français (dont votre serviteur) — se retrouve au cœur d’un nouvel album : Les Fantômes de Séville, édité chez Glénat.

Les fantômes de Séville : excellent duo d’auteurs

L’œuvre est scénarisée par Didier Tronchet, auteur touche-à-tout qui, en plus de la bande dessinée (L’homme qui ne disait jamais non, Le chanteur perdu), s’est essayé au café-théâtre (Le Point Virgule, à Paris, dans les années 2000), au cinéma (réalisateur d’un long-métrage en 2002, Le nouveau Jean-Claude) ou la presse magazine (rédacteur en chef de l’Echo des Savanes en 2007-2008).

Les dessins sont réalisés par Jérôme Jouvray (qui a déjà publié son diptyque Johnny Jungle dans cette collection « 1000 Feuilles » en 2013 et 2014) et colorisé par Anne-Claire Thibaut-Jouvray.

Le match du siècle n’a pas tout dit…

Depuis Le Footballeur du dimanche, on connaît la passion dévorante que Tronchet éprouve pour le ballon rond. Dans Les Fantômes de Séville, il se met lui-même en scène et devient le héros central qui essaie de percer à jour les mystères de cette partie de légende.

Avec son ami journaliste Fred, il part à la rencontre des protagonistes de ce match (l’arbitre, Michel Hidalgo, Patrick Battiston Harald Schumacher…) afin d’élucider un détail qui se passe à la 50e minute et qui aurait changé le cours de l’Histoire !

Football, BD & humour

Ce cocktail est décidément fort à la mode sous nos latitudes avec des titres récents comme Death Fix, J’perds pas la boule et autres. Les trois éléments sont au rendez-vous dans Les Fantômes de Séville.

Plusieurs situations sont cocasses et font sourire. Le dessin de Jérôme Jouvray est léger et colle à l’ambiance du récit. Cet album offre aussi un bon panorama sociologique sur cette France de la Fin des Trente Glorieuses.

Article posté le dimanche 06 juin 2021 par Medionok

Les fantômes de Séville de Didier Tronchet et Jérôme Jouvray (Glénat)
  • Les fantômes de Séville
  • Scénariste : Didier Tronchet
  • Dessinateur : Jérôme Jouvray
  • Coloriste : Anne-Claire Thibaut-Jouvray
  • Editeur : Glénat, collection 1000 feuilles
  • Prix : 22 €
  • Parution : 26 mai 2021
  • ISBN : 9782344029145

Résumé de l’éditeur : Le match du siècle n’a pas tout dit… Séville, le 8 juillet 1982. Demi-finale de la coupe du monde de football opposant la France à la République Fédérale d’Allemagne. 58e minute de jeu. Sur une ouverture lumineuse de Michel Platini, Patrick Battiston se présente seul face aux cages du gardien allemand Harald Schumacher. Sorti à sa rencontre sans regarder le ballon, celui-ci percute alors de sa hanche la tête de l’attaquant français en pleine course, le laissant inconscient sur le sol. Une heure plus tard, l’équipe de France s’incline après une séance de tirs au but. Pour beaucoup, l’un des plus grands drames de l’histoire du football vient de s’écrire. Une injustice, une tragédie… pire, le traumatisme d’une nation toute entière ! L’attentat de Schumacher, la supériorité française, les pleurs de Platini, l’espoir, la joie, la haine : tout a été écrit sur ce match d’anthologie. Tout, ou presque… Hantés par les fantômes de Séville, Didier et Fred, deux potes fans de foot à la limite de la névrose, décident de nos jours de mener l’enquête. Ce qu’ils ont découvert, personne n’y avait fait attention : un détail, qui aurait pu changer le cours de l’histoire. Le match du siècle n’a pas encore tout dit… À la fois truculente et extrêmement documentée, cette enquête fiction raconte, avec humour, l’une des pages les plus douloureuses du sport français dont les cicatrices n’ont toujours pas été pansées. Mais au-delà du mythe de France-Allemagne 1982, Les Fantômes de Séville offre aussi un formidable travail sociologique sur la France de la fin des trente glorieuses – dont les auteurs prétendent que cette défaite en a précipité la chute ! Hilarant et passionnant, un ouvrage qui se dévore que l’on soit amoureux de ballon rond ou non.

À propos de l'auteur de cet article

Medionok

Medionok

Né la même année que le festival d'Angoulême, Medionok a toujours aimé la BD et comme il adore écrire, c'est tout naturellement qu'il rédige des chroniques.

En savoir