Plus vrai que nature

Théo Calméjane, auteur de bande dessinée, ne savait pas où il mettait les pieds lorsqu’il accepta une résidence dans l’unité de simulation de santé d’Angers. Endroit méconnu du grand public, il permet aux soignants de se former tout au long de leur carrière. Plongée dans l’univers fascinant de Plus vrai que nature, entre mannequin en plastique, pinces reliées à des ordinateurs et squelettes. Surprenant !

En résidence à l’hôpital

Le principe d’une résidence d’artiste, c’est d’immerger une autrice, un auteur, un plasticien, un.e peintre, un photographe, un.e chorégraphe, un acteur, une actrice ou autre dans un lieu inconnu d’elle ou de lui afin de lui garantir un espace de création.

Souvent soutenu par le ministère de la culture, par une association ou une collectivité publique, elle permet de faire découvrir aux autres, toutes les richesses du lieu. Moyennant une bourse de création et un logement, l’artiste est dans de bonnes conditions pour travailler. Parfois, il doit aussi animer des ateliers dans des écoles, avec des étudiants…

Comixtrip avait découvert les résidences en EHPAD (Thibaut Lambert), en université (Robin Cousin), en atelier (Lisa Mouchet), dans des quartiers prioritaires (Pierre Maurel), dans la campagne (Troubs), le long d’une rivière (Guerse et Pichelin), dans une cuisine centrale (Troubs) ou dans un phare (Nicoby), mais jamais encore dans un hôpital. C’est fait avec Plus vrai que nature.

Simulation en santé

L’auteur de Jeu décisif, Théo Calméjane propose un dossier pour une résidence dans l’unité de simulation de santé du CHU d’Angers en 2017. Il faut dire qu’à cette époque, le jeune homme n’est pas très inspiré pour ses bandes dessinées et qu’il se trouve au creux de la vague créatrice. De plus, un peu d’argent ne serait pas de refus pour un auteur précaire.

Pendant un mois, le « dessinateur » comme l’appelle les soignants se trouve dans un univers méconnu. Il faut souligner que l’hôpital n’est pas un lieu qu’il affectionne plus que cela. Moins il s’y rend, mieux il se porte.

La simulation de santé, c’est un endroit d’apprentissage et de formation aux techniques pour soigner. On y accueille des internes, des sages-femmes, des infirmiers et autres médecins.

Mannequin, parole et squelette

Théo Calméjane est tout de suite plongé dans le bain. Pas le temps de tergiverser, il assiste à une simulation d’opération au bras qui bascule du mauvais côté. Le mannequin vire au rouge et le faux patient décède.

Le milieu médical et son jargon, Théo ne les connait pas. Il va devoir assimiler tout cela très vite. Un mois, c’est rapide. Il se glisse dans un coin, sur une chaise, carnet sur les genoux et écoute tout ce qui se passe. Les débriefings peuvent paraître rudes, les simulations aussi. Il navigue ainsi d’une salle d’accouchement à une salle d’apprentissage de soin par ordinateur. Il est ému par les difficultés d’une interne à parler aux parents de maladie mais se plait à regarder les collection du laboratoire d’anatomie ou la table de dissection connectée.

Tout cela est  conçu pour que les soignants se forment et se sentent mieux lorsqu’ils seront en vraie situation.

Humour, humour

Plus vrai que nature, c’est un album que Théo Calméjane a mis plus de trois ans à réaliser. Il faut dire qu’il ne savait pas comment exploiter sa masse d’informations collectées. Il fallait donc qu’il digère tout cela.

Cette bande dessinée, il l’a mise en forme de manière simple, lisible pour que les lecteurs profanes puissent facilement y entrer. Il s’est donc mis en scène tel Candide, apprenant en même temps que les soignants. S’il n’a pas le bagage technique ni celui du savoir, il restitue avec aisance ce mois de résidence. On est loin du jeu Docteur Maboul !

Pour cela, il n’hésite pas à utiliser l’humour. Il manie avec habileté l’auto-dérision, vraie soupape dans ce genre de situation. Il parle aussi de son enfance (son fameux plâtre à la jambe) mais aussi de son envie de réaliser des bandes dessinées, de son attrait pour le dessin.

Son dessin moderne est composé d’un simple trait extrêmement lisible. Sa gamme chromatique est limitée à quelques couleurs en aplats (jaune, bleu, orange, ocre et rouge) pour apporter de la clarté.

Plus vrai que nature : une immersion dans un univers méconnu du grand public, entre simulation technologique et soin. Un bel album passionnant et drôle.

Article posté le lundi 15 février 2021 par Damien Canteau

Plus vrai que nature de Théo Calméjane (Vide Cocagne)
  • Plus vrai que nature. Dans les coulisses de la simulation en santé
  • Auteur : Théo Calméjane
  • Editeur : Vide Cocagne, collection Soudain
  • Prix : 19 €
  • Parution : 05 février 2021
  • ISBN : 9782379360169

Résumé de l’éditeur : En 2017, Théo Calmejane auteur de BD (« Jeu décisif », Glénat) entame une résidence proposée par l’hôpital d’Angers dans un domaine peu connu et essentiel : la simulation médicale. Le voilà embarqué comme reporter auprès des internes pour observer les différentes techniques d’apprentissage de la médecine : du jeu de rôles au plus high tech des simulateurs de chirurgie, la PlayStation des futurs médecins. Alors qu’il pensait être témoin d’une partie de Docteur Maboul, c’est un monde inconnu que Théo découvre, bien plus humain et complexe qu’une simple succession de gestes techniques : le stress des interventions, la relation parfois compliquée avec les patients, l’inquiétude du milieu médical face au devenir du système de santé… L’auteur en immersion confronte et questionne ces métiers vitaux à son propre travail : la BD n’est-elle pas dérisoire face à ces gens qui sauvent des vie ? Original, émouvant, impliqué, ce récit à la première personne vient en lointain complément du collectif « Hôpital Public » (Vide Cocagne, 2016) qui offrait déjà un aperçu du milieu hospitalier. Plus vrai que nature ouvre une perspective sur les techniques de médecine actuelles et en devenir.

 

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée). Il est le rédacteur en chef du site Comixtrip.

En savoir