Poochytown

Six ans que Frank n’avait pas donné de nouvelles ! Les éditions L’association dévoilent un nouvel opus de ses aventures fantasmagoriques dans Poochytown, un album psychédélique signé du grand Jim Woodring.

Frank, étrange animal

C’est en 1996 que Jim Woodring imagine Frank, son personnage fétiche. Animal d’une espèce non déterminée, ce mélange de chat et de lapin, vit des aventures fantasmagoriques, entre humour et surréalisme. Éditées par Fantagraphics Books en langue anglaise, ses histoires quasiment muettes paraissent en France par l’entremise de L’Association dès 1998 (déjà 7 volumes).

Frank vit dans un monde fantastique et idyllique. Avec ses deux compagnons, Pupshaw et Pupshaw – deux créatures géométriques – ils habitent une maison avec un dôme de style arabo-musulman. Leur monde est à la fois psychédélique et grotesque. Le petit animal croise aussi la route de Manhog (l’homme-porc) ou du Whim, ressemblant à Satan. Les aventures de Frank ne sont ni linéaires, ni chronologiques et n’ont pas de continuité. D’ailleurs Jim Woodring a déjà « tué » plusieurs fois son personnage principal ou le Manhog.

Poochytown : un instrument tombé du ciel

Après un dernier album en 2014 intitulé Fran, Jim Woodring revient avec de nouvelles aventures de Frank. Néanmoins, il ne s’agit pas d’une suite de la précédente publication.

Pupshaw et Pupshaw sont intrigués par un instrument de musique en forme d’escargot tombé du ciel. Chacun essaie de souffler dans l’embouchure. Frank et Pupshaw n’y arrivent pas. Ils font apparaître des formes très noires qui meurent. Le second Pupshaw joue alors une très belle mélodie. De ce nuage magique surgissent des mini Pupshaw. Les deux compagnons de Frank entrent alors dans l’air de musique, laissant leur ami seul. Ce dernier revient chez lui et découvre avec effroi, le Manhog

Aventures avec l’homme-porc

Dans Poochytown, Jim Woodring laisse son imagination vagabonder. Il fait vivre à Frank et à l’homme-porc des aventures à la fois étranges, absurdes et inouïes. Alors qu’elles pourraient paraître fourre-tout, désordonnées et sans narration bien définie, elles sont d’une grande intelligence, très construites et réfléchies.

L’auteur américain emporte avec une grande aisance son lectorat dans ces mondes oniriques et fantastiques. Si la bande dessinée semble délicate d’accès au premier abord – en lisant seulement le résumé –  il est assez simple d’y plonger même si l’on n’est pas familier des comics indépendants.

Jim Woodring, un maître de l’indé américain

Né en 1952 à Los Angeles, Jim Woodring est un autodidacte. D’abord éboueur, il travaille ensuite au studio d’animation Ruby-Spears dans les années 1970. Puis en 1980, il crée son autojournal « Jim ». C’est dans le numéro 4 de cette revue qu’il invente Frank. Frank et le congrès des bêtes reçoit le prix spécial du jury à Angoulême en 2012. Il a aussi co-créé Tantalizing Stories avec Mark Martin, imaginé des récits autour d’Alien pour Dark Comics et adapté le film Freaks avec F. Solano Lopez.

Pour Frank et Poochytown, il réalise des planches en noir et blanc très fouillées. Son trait épais lui permet de créer de superbes arabesques et entrelacs pour « la mélodie ». Ses décors sont sublimes.

Poochytown : une belle manière de découvrir le travail de Jim Woodring. Un album surréaliste, fou et au charme indéniable !

Article posté le mardi 14 juillet 2020 par Damien Canteau

Poochytown de Jim Woodring (L'Association)
  • Poochytown
  • Auteur : Jim Woodring
  • Éditeur : L’Association, collection Ciboulette
  • Prix : 18 €
  • Parution : 05 juin 2020
  • ISBN : 9782844147752

Résumé de l’éditeur : Jim Woodring nous prévient qu’il ne s’agit pas d’une suite de Fran ni de Frank et le congrès des bêtes (prix spécial du jury au FIBD 2012), mais il ne fait aucun doute que c’est dans le même univers psychédélique que Poochytown va nous replonger. D’ailleurs, on retrouve très rapidement Frank et ses deux compagnons, Pupshaw et Pushpaw, sur le seuil de leur maison. Un mystérieux instrument tombé du ciel permet au petit couple de rejoindre un monde orgiaque fait à leur image, mais Frank, incapable de les suivre, reste seul. Il se lie alors d’une amitié improbable avec L’Homme-porc. S’ensuit une succession de découvertes excitantes ou effrayantes, de festins douteux et de courses folles. Le graphisme si particulier de Jim Woodring, nous emporte tout au long de ces 100 pages muettes, nous laissant ivres de vertige, de surprise et d’émerveillement.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir