Shanghai Red

Quand elle est née, on l’a appelée Molly. À cause de sa chevelure rouge, on l’a surnommée Red. Quand elle a été réduite en esclavage sur un navire en direction de Shanghai, elle est devenue Jack. Christopher Sebela et Joshua Hixson racontent son histoire dans Shanghai Red, paru chez Hi Comics.

SHANGHAI RED OU LA COMPLAINTE DE MOLLY.

Toute histoire a un commencement. Celle de Molly débute dans l’Est Américain.

« P’pa voulait des garçons. À la place, il nous a eues, ma sœur et moi. Dommage. »

Aînée d’une famille de deux filles, elle a été élevée à la dure par un père qui a rapidement disparu.

Alors Molly, sa mère et sa sœur sont parties vers l’Ouest.

Le trajet menant en Oregon fut long et dangereux, mais tous ceux qui se mirent en travers du chemin de la jeune fille à la chevelure flamboyante le regrettèrent amèrement.

« Je ne visais jamais pour blesser… Leurs morts ne pesaient pas sur ma conscience, parce que je défendais les miens. »

Après tout, rejoindre la terre promise a un coût…

Mais l’arrivée à Portland prit vite un goût amer.

À cette époque, une mère seule ne peut pas subvenir aux besoins de ses filles.

JE SUIS LE CŒUR BRISÉ DE MOLLY.

Pour trouver de quoi faire vivre sa mère et sa sœur, la jeune Molly va alors décider de combattre le destin.

Elle se coupe les cheveux, s’emmaillote afin de cacher ses formes et s’habille en homme.

Puis faisant reposer tous ses espoirs sur la musculature que la vie avait développée chez elle, elle pose sa candidature pour devenir bucheron. Et contre toute attente, elle obtient le travail.

C’est alors qu’aux yeux de tous, elle devient Jack, un jeune homme volontaire et courageux.

Et l’espace de quelques trop courtes années, la famille vit des jours heureux, à l’abri du besoin.

Mais à peine les sourires recommençaient-ils à fleurir sur les lèvres que le sort décida de s’acharner à nouveau.

SHANGHAI RED, COMME LA VENGEANCE.

Un soir, dans un bar, on verse de la drogue dans le verre de Jack. Dépouillé, enchaîné, il finit sur le Bellwood, en route pour Shanghai.

L’enfer durera deux ans, à ne goûter qu’aux fers et au fouet.

Et une nuit, le capitaine Schork envoie son second Sampson proposer un marché aux pauvres hères qui croupissent dans les cales de son navire.

Soit ils s’engagent comme marins avec une vraie paie, soit ils sont débarqués à Shanghai sans espoir de revoir l’Amérique.

« Z’avez deux minutes pour décider. Le cap’taine m’attend là-haut. »

Le choix semble simple à faire, mais pour Jack, une troisième voie apparaît. Une troisième voie pavée de briques rouge sang.

QUAND L’HISTOIRE NOURRIT L’HISTOIRE.

Pour créer son aventure, Christopher Sebela s’est inspiré d’un aspect méconnu de la trop vaste histoire de l’esclavage.

Il semblerait en effet qu’au XIXème siècle, il arrivait que des êtres peu scrupuleux droguent des hommes pour ensuite les vendre à des capitaines en route pour Shanghai.

Néanmoins, il est vrai que l’Histoire manque de sources pour correctement appréhender ce qu’on appelle outre-Atlantique « shanghaiing » et qu’on traduit parfois par « shanghaiage ».

Ainsi, aujourd’hui, on n’entend plus parler de cette pratique que dans certaines chansons de marins et dans des chroniques d’époque. Il n’en demeure pas moins que son potentiel dramatique et héroïque constituait un support rêvé pour un scénariste en quête d’une aventure originale.

Pour combler les zones d’ombre, il ne manquait qu’une héroïne charismatique prête à tout pour obtenir vengeance.

En inventant la jeune Molly Wolfram, Christopher Sebela tenait les ingrédients d’un récit haletant et effréné.

Et pour permettre au lecteur de complètement s’immerger dans cet univers, le scénariste s’est adjoint les services d’un dessinateur particulièrement talentueux : Joshua Hixson.

SHANGHAI RED, ROUGE SANG.

La couverture choisie par les éditions Hi Comics (Bitter Root, These Savage Shores) donne le ton. Au premier coup d’œil, on comprend que l’histoire sera dure et teintée de rouge.

Shanghai Red est une œuvre violente et exigeante jusque dans ses dessins. Particulièrement expressifs, ils nous permettent aussi bien de vivre l’action omniprésente que de percevoir la détresse des protagonistes.

L’encrage et la colorisation de rouille et de sang accompagnent parfaitement la noirceur du récit.

Par ailleurs, certaines planches sont à ce point travaillées qu’elles demandent qu’on s’y attarde pour saisir leurs nuances, leur subtilité. Les auteurs ménagent ainsi des pauses aussi saisissantes que nécessaires dans le récit endiablé. Mais ces répits sont de courte durée car bien vite, on est à nouveau happés par la puissance de cette œuvre magistrale.

 

Figurant dans la sélection du prix ABCD Comics 2021, Shanghai Red est une œuvre coup de poing.

À sa lecture, on s’immerge dans un univers violent et enivrant. Que ce soit dans les cales du Bellwood ou dans les ruelles sombres de Portland, la force du récit nous transporte aux côtés de l’héroïne et nous tient en haleine sans jamais baisser de rythme.

 

Article posté le jeudi 09 septembre 2021 par Victor Benelbaz

Shanghai Red de Christopher Sebela et Joshua Hixson (Hi Comics)
  • Shanghai Red
  • Scénariste : Christopher Sebela
  • Dessinateur : Joshua Hixson
  • Coloriste : Joshua Hixson
  • Traducteur : Maxime Le Dain
  • Editeur : Hi Comics
  • Prix : 17,90 €
  • Parution : 21 avril 2021
  • ISBN : 9782378871024

Résumé de l’éditeur : XIXe siècle, Portland, Oregon. Red n’a jamais eu peur de travailler dur. Depuis l’enfance, elle endosse les responsabilités et l’apparence d’un homme pour subvenir aux besoins de sa famille. Mais le plus cruel restait à venir : droguée et kidnappée, elle est enrôlée de force sur un navire en partance pour Shanghai, comme tant d’autres à cette époque. Des années de servitude en mer qui se soldent par une rébellion sanglante, et le désir implacable de se venger de ceux qui l’ont arrachée à sa famille. De retour à Portland, Red n’a qu’une obsession : retrouver les siens et traquer les hommes qui l’ont vendue. Des bas-fonds de la ville et ses souterrains secrets à la corruption des hautes sphères, Red fait couler le sang, dans une quête de vengeance et d’identité qui la changera à jamais. Christopher Sebela (Crowded, High Crimes, We(l)come Back) et Joshua Hixson (The Black Woods, The Plot) livrent avec Shanghai Red un puissant polar historique et un récit de vengeance qui transcende le genre, dans tous les sens du terme

À propos de l'auteur de cet article

Victor Benelbaz

Victor Benelbaz

Tombé dans la marmite de la bande dessinée depuis tout petit, Victor est un vrai amateur éclairé. Comics ou récits jeunesse sont les deux genres préférés de ce professeur de français.

En savoir