Badass fanarts : les héros de notre enfance ont bien grandi

L’illustrateur toulousain Sylvain Sarrailh a décidé de massacrer nos souvenirs. Ou plutôt, de dessiner nos héros de jeunesse en version badass: plus grands, plus « réalistes », et plus méchants. On adore, et manifestement on est pas les seuls: la campagne de crowdfunding pour transformer ces illustrations en livre est bientôt achevée, et l’objectif risque fort d’être atteint.

De Sylvail Sarrailh, on avait déjà lu Les voisins du Chaos, série de bande dessinée autoproduite que l’auteur a mis en consultation libre sur internet (faute d’avoir trouvé un éditeur intéressé, avait-on compris à l’époque). Les albums (trois tomes entiers, quand même) n’avaient en effet pas ce qu’il fallait pour convaincre: si le trait était relativement efficace, le scénario se limitait bien souvent à des scènes de batailles s’alignant pages après pages – scènes certes plutôt maitrisées graphiquement, mais dont on peinait à saisir le sens et le but. Au bout de trois albums lus sans que le scénario ne décolle, on avait lâché l’affaire.

La face cachée des gentils héros

Et voilà que l’illustrateur revient avec un nouveau projet, bien plus intéressant: « Badass fanarts », des illustrations représentant les héros de notre enfance en mode badass. Des héros sortis de dessin animés, de bande dessinée ou de jeux vidéos tout mignons – mais qui là ont l’air bien plus dangereux, parce que représentés avec des codes graphiques à l’opposé de leur univers traditionnel. Adieu formes rondes, ligne claire et graphisme enfantin, place aux angles, aux détails, aux poils et à la sueur. Et ça marche. Parce que ça surfe à fond sur la vague nostalgico-guimauve de tout ce qui a vaguement trait à la culture des années 70-80. Parce que c’est pas mal dessiné. Parce que c’est très drôle. Et parce que chaque image joue avec au moins deux univers différents.

Croisements de codes graphiques

Dans ces illustrations, on croise donc un Astro le petit robot version Iron-Man, un Sonic que se croit dans Dragon Ball Z, une Dora l’exploratrice qui rappelle fortement Lara Croft, un géant vert tout droit sorti de Attack on Titan… Chaque image mélange des personnages d’un univers avec les codes d’un autre, dans une orgie bienvenue de codes graphiques. Rapidement, on consulte les images comme si l’on jouait à un jeu de société, cherchant à reconnaître les influences et références de telle ou telle  illustration. Sur internet, le projet cartonne. Et l’auteur a finalement décidé d’en faire un livre, intitulé « Badass Cartoon » et financé par les internautes. A une grosse semaines de la date limite de participation, le projet est financé à 87%. Et à chaque nouvelle illustration, Sylvain Sarrailh affine son crayon. Pour revenir avec d’autres projets, on espère.

Article posté le jeudi 09 octobre 2014 par Thierry Soulard

Les sites de l'auteur

À propos de l'auteur de cet article

Thierry Soulard

Thierry Soulard

Thierry Soulard est journaliste indépendant, et passionné par les relations entre l’art et les nouvelles technologies.
Il a travaillé notamment pour Ouest-France et pour La Nouvelle République du Centre-Ouest, et à vécu en Chine et en Malaisie.
De temps en temps il écrit aussi des fictions (et il arrive même qu’elles soient publiés dans Lanfeust Mag, ou dans des anthologies comme « Tombé les voiles », éditions Le Grimoire).

En savoir