Marie-Antoinette, La jeunesse d’une reine

Après le remarquable et très remarqué Cesare (Ki oon) qui mettait en scène la vie de Cesare Borgia, Fuyumi Soryo dévoile la jeunesse de la reine Marie-Antoinette, un excellent seinen aux éditions Glénat.

DE LA COUR D’AUTRICHE…

Palais impérial de la Hofburg à Vienne en Autriche. La cour est en effervescence, la très jeune Maria Antonia (14 ans) va bientôt épouser Louis XVI, futur roi de France et ainsi sceller une grande alliance entre les deux pays.

L’archiduchesse fait alors ses adieux à son pays natal sous les vivas de la foule. Son frère aîné Joseph a décidé de l’accompagner dans ce périple qui passe notamment par l’abbaye de Melk, par Enns et Freibourg jusqu’à la frontière. Ce convoi est impressionnant : 517 carrosses, 275 personnes et 20 000 chevaux pour atteindre le but final. A compter de 4 à 8h de route par jour, le cortège met plusieurs jours pour arriver.

… A LA COUR DE FRANCE

A Strasbourg, les autorités françaises attendent Maria Antonia puis les actes sont signés entre les deux parties. Maria Antonia devient alors Marie-Antoinette, dauphine de France. On lui présente sa suite à la tête de laquelle se trouve Madame de Noailles. Le voyage se poursuit sous les vivas de la foule. C’est à Compiègne que la première rencontre entre les deux futurs époux se déroule.

Le 16 mai 1770, le cortège arrive à Versailles. Le mariage se déroule les jours suivants mais les premières nuits du couple sont délicates : il ne se passe rien au grand désarroi des nobles de la Cour qui attendent un futur héritier…

MARIE-ANTOINETTE OU LA FORCE DU DESSIN

Ce qui frappe au premier abord lorsque que l’on parcourt Marie-Antoinette c’est la très grande richesse du dessin proposé par Fuyumi Soryo. Comme pour son autre série historique Cesare, la mangaka apporte un grand soin à la partie graphique. Très documenté, son album charme par ses planches sublimes, riches dans les décors et les costumes.

Ces reconstitutions très fidèles sont fondées sur des documents mis à disposition par le Château de Versailles et une expertise historique par Alexandre Maral. Fuyumi Soryo a aussi bénéficié d’une visite privée du palais par Catherine Pégard, directrice de l’établissement.

C’est en visitant une exposition sur le mobilier versaillais au Japon que la mangaka eut l’idée de raconter la jeunesse de cette reine.

Il faudra prendre le temps de contempler les planches architecturales des jardins et des bâtiments mais aussi les intérieurs luxueux du Palais – souvent sans paroles – pour y goûter tout le sel. On se demandera alors combien de temps elle a pu passer à réaliser ses sublimes planches.

MARIE-ANTOINETTE : UNE VERSION EDULCOREE DE LA COUR

Si la partie graphique charme le lecteur, la partie scénaristique peut laisser plus perplexe. Le périple d’Autriche à Versailles, la première rencontre, les nuits du couple ou l’étiquette sont fidèles. Néanmoins les courtisans semblent trop naïfs et gentils dans cette histoire de Fuyumi Soryo alors qu’à l’époque les ruses, les complots et les jalousies étaient de mise dans le cercle rapproché du Roi et de la Reine.

Article posté le mercredi 28 septembre 2016 par Damien Canteau

Marie-Antoinette le beau manga de Fuyumi Soryo (Glénat) décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • Marie-Antoinette, la jeunesse d’une reine
  • Auteure : Fuyumi Soryo
  • Editeur : Glénat
  • Prix : 9.15€
  • Parution : 21 septembre 2016

Résumé de l’éditeur : Marie-Antoinette est l’une des personnalités historiques les plus adaptées en fiction. Sophia Coppola, Chantal Thomas ou Riyoko Ikeda… de nombreux créateurs ont donné naissance à un personnage en adéquation avec leurs idéaux. Cependant, quand Fuyumi Soryo s’attaque au mythe, ce n’est pas pour reproduire une énième icône malmenée par la vision trop partiale de Stephan Zweig, mais pour restituer dans la réalité historique une jeune fille dénuée de tout artifice.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir