Wonder Woman Anthologie

Popularisée dans les années 70 grâce la série télévisée et incarnée par Lynda Carter, Wonder Woman est une super-héroïne pourtant apparue pour la première fois en 1941 dans la revue All Star Comics. Les éditions Urban Comics reviennent sur l’histoire de Diana dans Wonder Woman Anthologie.

WONDER WOMAN : NAISSANCE D’UNE SUPER-HÉROS FÉMINISTE

L’une des plus célèbres super-héroïnes avec Catwoman, Wonder Woman est apparue pour la première fois en 1941 dans le numéro 8 de la revue All Star Comics sous la plume de William Moulton Marston. Il décide de créer une justicière aux supers pouvoirs pour rivaliser avec ses concurrents masculins de l’époque. Psychologue réputé depuis la fin de la Première Guerre Mondiale, l’auteur est un fervent défenseur des bandes dessinées, souvent critiquées pour leur contenu jugé néfaste sur les enfants. Il définit ainsi cette avancée sociétale importante comme : « le symbole ultime des rêves de puissance et de force que connaît chaque enfant ».

Dans ses histoires, il veut absolument faire de Wonder Woman, une féministe – ce qui sera aussi vrai pour les scénaristes suivants – et en faire ainsi un étendard de la lutte pour le droits de femmes. Il confie : « Même les filles ne voudront pas être des filles tant que nos archétypes féminins manqueront de force, de vigueur et de puissance. Comme elles ne veulent pas être des filles, elles ne veulent pas être tendres, soumises, pacifiques comme le sont les femmes bonnes. Les grandes qualités des femmes ont été méprisées à cause de leur faiblesse. Le remède logique est de créer un personnage féminin avec toute la force de Superman plus l’allure d’une femme bonne et belle. »

WONDER WOMAN : PRINCESSE AMAZONE

Par goût de la mythologie, Marston relie sa création aux anciens Dieux des Grecs. Sa mère serait donc la Reine Hippolyte, son père Zeus et son demi-frère Arès. Ainsi, elle reçoit ses dons surnaturels des divinités de l’Olympe. Elle est la princesse d’une tribu amazone et possède des cadeaux divins : un lasso magique qui aurait été forgé dans la ceinture d’Aphrodite (Héphaïstos en retirant les liens et s’en servit de lasso). Cet objet est incassable, indéfiniment extensible et a le pouvoir de faire obéir ceux qui en sont entourés et ainsi leur faire dire toute la vérité.  Elle possède aussi des bracelets à  l’épreuve des balles. Cette femme est dotée de super-force, vol, super vitesse, durabilité, télépathie animale, résistance au contrôle mental, grande résistance à la magie, régénération et projection astrale.

Accompagné par les Holliday Girls – notamment Etta Candy – elle rejoint le cercle de la Justice Society of America (une trentaine de membres dont Sandman, Green Lantern, Tomcat, Flash, Cyclone ou Mister America) mais sera vite reléguée au simple rang de secrétaire; époque oblige !

UNE TRÈS BELLE ANTHOLOGIE

A travers les 400 pages, le lecteur pourra découvrir la genèse et les histoires marquantes de Wonder Woman. Comme pour les précédentes anthologies, les albums sont composés de grandes parties (ici 4 avec un texte explicatif pour chacune d’elle) reprenant des récits fondateurs de la super-héroïnes. Pour ces derniers, ils sont introduits par un texte de présentation de l’histoire ainsi que le numéro et nom de la revue dans laquelle elle est parue, ainsi qu’une rapide biographie d’un des auteurs.

  • Première partie – L’Amazone (1942-1948). Quatre histoires dont Les origines de Wonder Woman & Wonder Woman présidente par William Moulton Marston et Harry G. Peter.
  • Deuxième partie – La princesse (1958-1982). Cinq récits dont La dernière bataille de Wonder Woman de Dennis O’Neil et Mike Sekowsy ou encore Le chant du cygne de Roy Thomas et Gene Colan.
  • Troisième partie – L’ambassadeur (1987-2008). 14 histoires dont Débuts violents de William Messner-Loebs et Mike Deodato Jr ou La tenue de l’âme de Eric Luke, yanick Paquette et Matthew Clark
  • Quatrième partie – La guerrière (2012-2015). Trois histoires dont L’antre du minotaure de Brian Azzarello et Cliff Chiang.

A noter que Lynda Carter – qui a tenu le rôle de la Princesse Amazone de 1976 à 1979 dans la célèbre série télévisée de 60 épisodes – a écrit la préface de l’anthologie.

De plus, les éditions Urban Comics ont décliné Wonder Woman dans des séries comme Infinite Crisis (5 tomes), L’odyssée (2 tomes) ou Déesse guerrière (1 volume).

Article posté le mercredi 13 avril 2016 par Damien Canteau

Très bel anthologie de Wonder Woman éditée par Urban Comics et décryptéé par Comixtrip le site BD de référence
  • Wonder Woman Anthologie
  • Auteurs : Collectif
  • Editeur : Urban Comics, collection DC Anthologie
  • Prix : 25€
  • Parution : 15 avril 2016

Résumé de l’éditeur : De ses débuts dans les années 1940, au beau milieu de la Seconde Guerre mondiale, à sa réactualisation moderne par Brian AZZARELLO et Cliff CHIANG, retrouvez toutes les facettes de la Princesse Amazone, dévoilées par ses plus grands auteurs : George PÉREZ, Gene COLAN, Ross ANDRU, John BYRNE, Mike DEODATO,Yanick PAQUETTE, Phil JIMENEZ et Greg RUCKA.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir