En temps de guerre

Que peuvent bien faire des femmes dont les hommes sont partis au front ? Comment se débrouillent-elles seules pour faire face aux pénuries, au manque d’argent ? Elles travaillent, tout simplement, dans une usine d’armement. En temps de guerre est le nouvel album de Dephine Panique, qui nous dévoile la vie de Mme Bobi et de sa fille alors que son mari est décédé à la guerre. Ce formidable récit très drôle est publié par les éditions Misma.

RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR

Passionnés des récits de guerre, n’ouvrez pas ce livre ! Pas de combats au front, pas de tranchées, pas de rats ni de plaies sanguinolentes et boueuses. Le temps de guerre dont il est question est celui de l’arrière, celui d’un monde où tous les hommes sont partis. Madame Bobi, sa fille Bobbie, Madeleine, Rosette et les autres, bonnes femmes un peu grotesques à têtes de maison, doivent s’adapter : travailler à l’usine d’armement, mettre en place de nouveaux fonctionnements, de nouvelles hiérarchies, faire face aux comportements fous, cruels, amers de leurs camarades. Et pourquoi pas, par la même occasion, se retrouver entre filles, se découvrir un talent caché, se baigner nues dans la rivière, se sentir libre peut-être ?

 UNE BELLE FABLE FANTAISISTE

Après l’adaptation très libre du roman de Virginia Woolf, Orlando, Delphine Panique publie son nouvel album En temps de guerre, une très belle fable fantaisiste sur le thème de la guerre. Teintée d’un très bel humour, cette histoire dépeint un moment délicat de la vie de Mme Bobi et de Bobbie, sa fille handicapée et muette, qui doivent survivre sans M. Bobi parti au front. Rapidement l’argent manque et le seul moyen de subsister, c’est d’aller travailler à l’usine d’armement, elle et son enfant. Même si cette dernière rêve d’un ailleurs, observe et s’évade loin de la ville.

A travers cette belle fiction, l’auteure nous livre sa vision personnelle de la guerre : pas celle des tranchées mais celle qui se déroule à l’arrière, une guerre sans nouvelles, sans pleurs, ni bruits, ni sang. Celle faite par les femmes qui construisent une société sans hommes, voire même une micro-société dans l’entreprise d’armement. Et surtout, un conflit gagné grâce à elles.

PREMIÈRES LUTTES SOCIALES

Elle dépeint aussi les conditions de travail délicates dans un contexte difficile, dans ces usines de fabrication d’armes (maladies chroniques et morts) mais aussi le début des luttes sociales et syndicales où elle sont en pointe et donc par conséquent leur émancipation durement acquise. L’entreprise dans un premier temps auto-gérée, laissera la place à une gestion plus dirigiste.

Des moments très drôles parsème l’album, notamment lorsque Mme Bobi découvre qu’une femme cache un homme dans sa cave ou lorsqu’une ouvrière lit les lettres un peu coquines de Roger pour Madeleine.

 TÊTES EN FORME DE MAISON

En ce qui concerne la partie graphique, nous avions pu entr’apercevoir quelques planches de l’album dans le Doputtuto Max 7 et cela nous avait beaucoup intrigué. Delphine Panique utilise un trait d’une grande lisibilité. Les têtes de ses personnages ont des formes de maisons et ses planches très colorées tranchent avec la thématique de la guerre.

Sous ses dehors d’album comique, l’auteure délivre de nombreux messages. Une petite pépite absurde et très drôle !

 

Article posté le mercredi 25 février 2015 par Damien Canteau

  • En temps de guerre
  • Auteur : Delphine Panique
  • Editeur : Misma
  • Prix : 19€
  • Sortie : 20 février 2015

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir