Pauvre Sydney !

Sydney, adolescente grande et maigre, cherche sa place dans la société. Entre dépression et pouvoir surnaturel, elle se pose beaucoup de questions. Charles Forsman brosse son portrait dans Pauvre Sydney ! un superbe album d’apprentissage.

Sydney cherche sa place

Adolescente de 15 ans, Sydney est convoquée chez Mme Cappriotti, la conseillère d’orientation. « La vieille hippie » sent bien que la jeune fille ne va pas très bien, lui conseille de débuter un journal intime où elle pourra noter ce qu’elle veut et ainsi se libérer de ses doutes.

Il faut dire que la vie n’est pas toute rose pour Sydney : elle n’aime pas son corps qu’elle trouve trop longiligne et trop grand. Elle n’est pas « maigre-sexy mais maigre-moche ».

Elle vit en banlieue avec sa mère et son petit frère depuis que son père est décédé. Elle pense que sa maman est une chieuse, pourtant elle fait tout pour que ses enfants grandissent dans les meilleures conditions.

Pouvoir surnaturel

Au lycée ce n’est pas mieux, elle a du mal à s’intégrer et n’a qu’une seule vraie amie, Dina, sa voisine. Un jour alors que sa copine est avec Brad son petit ami, Sydney énervée par le comportement du jeune garçon arrive à le faire saigner du nez rien qu’en y pensant très fort. Ce pouvoir surnaturel, elle ne le maîtrise pas vraiment.

Quelques jours plus tard, elle couche avec Stan mais elle est aussi attirée par Ryan, la nouvelle caissière du fastfood du coin…

Pauvre Sydney : entre dépression et don surnaturel

C’est avec beaucoup de tendresse et de délicatesse que Charles Forsman raconte l’histoire de Pauvre Sydney. L’auteur de The end of the fucking world (L’employé du moi) brosse le portrait d’une adolescente pas si lambda que cela : elle possède un don surnaturel, celui de causer des dommages au cerveau de personnes en face d’elle sans jamais les toucher, juste par télépathie. Voilà l’une des forces de ce très court album : apporter du fantastique à une situation très ancrée dans le réel.

L’auteur cerne avec beaucoup d’intelligence et de rigueur la période de l’adolescence (à l’image de Max de Radiguès avec lequel il a réalisé Hobo Mom). Toujours de manière bienveillante, il ne donne pas de leçon sur ce passage délicat vers l’âge adulte. Ce récit d’initiation prend ainsi une dimension étonnante avec ce don surnaturel qu’elle seule possède. La jeune fille plutôt timide mais qui bout à l’intérieur peut avoir des excès sanglants juste en pensant à son interlocuteur, allant même jusqu’à s’en rendre malade.

Sydney a des soucis comme de nombreuses adolescentes de son âge, se cherche et veut trouver sa place dans une société qui se moque de cette période si délicate. Elle se brouille avec sa mère qu’elle trouve trop triste, veut en savoir plus sur son père absent, teste l’alcool et les joints. Elle essaie aussi le sexe avec les garçons (Stan) mais aussi avec les filles (Ryan).

Un très beau dessin épuré

Pauvre Sydney bénéficie d’une partie graphique sobre et épuré. Le dessin de Charles Forsman est très rond, agrémenté de trames bien senties. Ainsi l’adolescente à des airs de Olive, la femme de Popeye, et son frère arbore une grosse boule comme tête. Le découpe est simple et efficace : deux, trois ou quatre vignettes par page.

Comme son comparse belge Max de Radiguès, l’auteur américain aime raconter des histoires avec des adolescents à la marge, qui cherchent leur place et qui en aucun cas ne veulent suivre la mode et la « norme ». Il les sublime pour les rendre attachants.

Pauvre Sydney : entre événements dramatiques, dépressions, super pouvoir et optimisme, entre joie et doutes, le très joli portrait d’une adolescente américaine ancré dans son temps.

Article posté le vendredi 17 août 2018 par Damien Canteau

Pauvre Sydney de Charles Forsman (L'employé du moi)
  • Pauvre Sydney !
  • Auteur : Charles Forsman
  • Editeur : L’employé du moi
  • Parution : 20 août 2018
  • Prix : 15€
  • ISBN : 9782390040415

Résumé de l’éditeur : Comme beaucoup de jeunes de son âge, Sydney se pose beaucoup de questions car elle ne se reconnaît pas du tout dans le monde qui l’entoure. À quinze ans, elle est plutôt grande, fine et réservée, la puberté ne lui a pas fait de cadeaux. C’est dans une banlieue pavillonnaire qu’elle habite seule avec sa mère et son petit frère depuis la mort de son père. Elle a le béguin pour Dina, sa voisine et meilleure amie qui lui préfère les abrutis finis du lycée. Pauvre Sydney commence comme une sitcom à l’américaine mais il n’en sera rien. Sydney n’est pas tout à fait une adolescente comme les autres. À la demande de la conseillère pédagogique de son lycée, elle se raconte dans son journal intime ; ses amours, ses premières expériences sexuelles, son entourage, ses frustrations, mais aussi son énigmatique pouvoir métapsychique qui lui en fait voir de toutes les couleurs.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir