Appelez-moi Nathan

Que se passe-t-il dans le corps de Lila ? Il change. Pourtant, jamais au grand jamais elle ne s’est sentie fille, elle est un garçon et veut qu’on l’appelle Nathan ! Son long combat pour changer de sexe et d’identité est merveilleusement raconté dans Appelez-moi Nathan, un album bouleversant de Catherine Castro et Quentin Zuttion.

« C’est quoi cette blague ? »

Un été sur la plage. Lila est dégoutée, ses seins ont poussé. Finies les baignades torse nu, place aux vêtements plus amples et aux binders qui compriment la poitrine. Parce que Lila le sait au plus profond d’elle, elle n’est pas une fille, c’est un garçon. Plus jeune, elle a joué toujours avec les garçons et ne s’est jamais intéressée aux poupées.

L’adolescente vit avec ses parents – Papou un peu papa poule – et son frère Théo. Au collège, elle entre en 5e et se retrouve de nouveau avec Faustine, son amie avec qui elle partage plus que les devoirs : elles s’aiment. Quoi de plus normal entre un garçon et une fille. D’ailleurs, c’est elle qui la pousse à s’assumer en tant qu’homme.

Devenir un garçon

Les séances à la piscine : une galère. L’emprunt du tee-shirt de Théo : une engueulade. Les serviettes hygiéniques : un dégoût. Les cheveux longs : une coupe plus courte et ça change tout.

Alors qu’elle se scarifie, sa mère est convoquée par l’infirmière du collège. Puis un soir, à la maison, un dialogue avec ses parents :

« – Ma chérie… qu’est-ce qui se passe ? Tu veux devenir un garçon, c’est ça ?

– Ma ta gueule ! Tu ne comprends rien ! Je suis un garçon ! Un garçon !!! Vous m’avez fait des seins pourris et une voix de merde !!! J’suis pas un fille !!! Vous n’avez pas de fille. » C’est le début du long parcours du combattant pour changer d’identité et de sexe…

 Appelez-moi Nathan : un album coup de poing

Journaliste au magazine Marie-Claire, Catherine Castro a imaginé Appelez-moi Nathan en s’inspirant de l’histoire de Lucas, le fils d’un couple qu’elle connait depuis de nombreuses années. Lucas est né fille et à fait la démarche de changer de sexe pour être en adéquation avec lui-même. La scénariste entame alors un dialogue avec le jeune adolescent et le rencontre plusieurs fois.

Alors qu’il souhaitait rester anonyme, Lucas a fait un grand pas en acceptant, il y a peu, l’invitation de Yann Barthès dans l’émission Quotidien ou celle du Magazine de la santé pour raconter et montrer que cela existe. Parce que oui, il en faut du courage et de la force pour surmonter tout cela : les brimades, les violences verbales, les violences physiques, l’incompréhension des gens qui entourent, de la famille proche et des démarches administratives. Etre transgenre en France n’est pas simple. On le constate néanmoins, pendant les interviews : il semble détendu et heureux !

Le coup de poing reçu lorsque le lecteur suit ce témoignage fictionnel, est avant tout parce qu’il est surtout surpris par la violence enfouie et parfois visible de l’adolescent.e. Beaucoup d’adolescents ne se sentent pas bien dans leur peau à cette période charnière, si l’on ajoute à cela un corps que l’on rejette et l’on peut comprendre toute la détresse à faire passer le message.

« Je suis Nathan Molina »

La grande chance de Nathan, c’est qu’il est né dans une famille aisée, ouverte et très compréhensive. Même si ses deux parents et son petit frère se posent de nombreuses questions – comme l’adolescent aussi – ils vont l’accompagner au mieux dans ses démarches chez le psychologue, le médecin de famille et l’endocrinologue. Mais surtout, il a en face de lui des personnes informées et compétentes; ce n’est pas toujours le cas dans le milieu médical.

Le lecteur apprécie aussi sa générosité envers ses camarades et ses amis, ainsi que son recul, indispensable pour relever ce challenge. Il prend le temps de discuter et d’expliquer. Il ne cache rien et c’est tout à son honneur.

Appelez-moi Nathan n’est pas qu’un album sur le changement de genre, c’est également un récit sur l’adolescence et la relation aux autres. Cette histoire va faire du bien aux personnes qui se posent des questions sur la transidentité, l’homosexualité mais aussi à toutes les autres par son message universel autour de l’amour et du respect. Le récit  questionne aussi sur « C’est quoi, un homme ? » dans notre société actuelle, après le Mariage pour tous mais aussi #metoo.

De l’élégance du trait

Ces 140 pages sont magnifiquement mises en image par Quentin Zuttion. Jeune illustrateur pour la presse (madmoizelle.com) et l’édition, il a déjà publié Chromatopsie, un album aux éditions Lapin. Mr Q comme il peut se faire appeler lorsqu’il signe ses dessins, livre avec Appelez-moi Nathan, des planches tout en délicatesse. Ses superbes couleurs à l’aquarelle lui permettent de restituer les ambiances chaleureuses et parfois violentes de cet merveilleux album. Il y a aussi de la sensualité et de l’émotion dans ses très belles pages.

Appelez-moi Nathan : un album qui fait du bien à tout le monde, un parcours de vie qui a valeur d’exemple. Bravo !

  • Pour prolonger ce thème, vous pouvez parcourir la chronique de Justin de Gauthier qui met en scène Justine une adolescente qui veut devenir Justin.
Article posté le samedi 27 octobre 2018 par Damien Canteau

Appelez-moi Nathan de Catherine Castro et Quentin Zuttion (Payot Graphic)
  • Appelez-moi Nathan
  • Scénariste : Catherine Castro
  • Dessinateur : Quentin Zuttion
  • Editeur : Payot Graphic
  • Parution : 05 septembre 2018
  • Prix : 16.50€
  • ISBN : 9782228921626
Résumé de l’éditeur : Nathan est né Lila, dans un corps de fille. Un corps qui ne lui a jamais convenu, il décide alors de corriger cette « erreur génétique » avec le soutien indéfectible de sa famille, ses amis, ses profs et, à seize ans, des injections de testostérone de 0,8 mg par jour. Quitte à devenir quelqu’un, autant que ce soit vous-même.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir