Archer & Armstrong

Quand un jeune homme au cœur pur, formé à l’élévation spirituelle et aux arts martiaux dans un monastère bouddhiste, rencontre un colosse immortel, porté sur la boisson et la bagarre, ça donne Archer & Armstrong, une série au rythme effréné et à l’humour imparable. Un chef d’œuvre écrit, dessiné par le maître Barry Windsor-Smith et publié chez Bliss comics.

IL ÉTAIT UNE FOIS…

Obadiah Archer… Un enfant au cœur tendre, il se sait touché par la grâce de dieu, comme en témoignent son adresse et son agilité infaillibles au basket. Alors bien sûr, les autres enfants ne sont pas toujours très gentils avec lui, mais il le sait, un jour tout va s’arranger et ses parents vont reconnaître ses qualités, s’intéresser à lui. Après tout, il vit dans une famille rêvée puisque son père est pasteur évangéliste et sa mère, chef de chœur.

Si vous aimez ce genre d’histoires, vous serez comblés… pendant trois pages…

En effet, dès la quatrième, le jeune Archer se fait passer à tabac, est racketté et découvre que le soir, ses parents s’adonnent à toutes sortes de perversions, torturant et violant de jeunes enfants. Ayant fait tomber les masques, Obadiah finit ligoté et est laissé pour mort dans une maison en flammes. Sauvé in extremis, il s’échappe de l’hôpital pour rejoindre la région de Ladakh, dans le Tibet occidental, et demander l’asile auprès d’un temple bouddhiste.

Lorsqu’il en ressort, huit ans plus tard, Archer a su tirer profit de ses incroyables dons et est devenu une arme vivante, un guerrier ultime. Pourtant, son âme n’est pas apaisée ; et pour mettre de côté sa rage et son vœu de vengeance, il doit parcourir le monde.

A peine arrivé à Los Angeles, il fait la rencontre d’un colosse aux allures de vagabond dont l’attirance pour la boisson n’a d’égal que le goût pour la castagne.

Il s’agit d’Armstrong, un mystérieux personnage, qui, si on l’écoute, semble avoir tout vu et tout fait. Mais vraiment « tout », car à en croire ce bavard invétéré, sa lutte éternelle contre la Secte l’a amené à côtoyer pêle-mêle Hannibal Barca, Joséphine de Beauharnais, Alexandre Dumas, Houdini et même à épouser une certaine Andromède à la beauté divine.

Les traits des personnages sont ainsi esquissés, mais en réalité, c’est l’association des deux héros qui donne tout son sel au récit.

UN DUO SAUCE VALIANT.

Barry Windsor-Smith sait caractériser des personnages emblématiques et a écrit quelques-unes des pages les plus célèbres de l’histoire des comics (Conan, Wolverine : Arme X), mais ici en réunissant deux personnages qu’a priori tout oppose, il crée une association dans la lignée des duos mythiques.

Le fait est qu’Archer, le petit, mince, raffiné, n’a pas grand-chose en commun avec Armstrong, le colosse, bagarreur toujours une bouteille à la main.

Immédiatement, on pense à des associations légendaires comme Laurel et Hardy, ou très différemment Batman et Robin, puisque l’univers des comics est souvent synonyme de super-héros.

C’est d’ailleurs une des forces de ce récit : Archer & Armstrong peut se lire de différentes manières. Et libre à chacun d’y voir avant tout les aventures d’un duo improbable ou bien un récit de super-héros (un peu différents de ceux qu’on a l’habitude de lire, il est vrai) issus de l’univers Valiant.

En effet, au fil des pages, les deux héros seront amenés à rencontrer des personnages emblématiques tels que Master Darque, Solar, Turok ou encore Ivar the Timewalker et Gilad Anni-Padda, l’Eternal Warrior qui s’avéreront n’être rien moins que…les frères d’Armstrong !

Le récit est si riche qu’il n’est absolument pas nécessaire de connaître l’univers Valiant pour l’apprécier ; chacun est susceptible d’y trouver son compte.

Car en réalité, l’équipe formée par Archer & Armstrong est bien plus subtile qu’il n’y parait. Dans le récit de Barry Windsor-Smith, même s’il est vrai que l’un ne va pas sans l’autre, point de mentor ou de souffre-douleur : aucun des deux protagonistes n’est enfermé dans un rôle.

Ainsi, en fonction des épisodes, ce sera telle ou telle facette des personnages qui ressortira pour créer des situations parfois touchantes, parfois surprenantes, mais presque toujours cocasses. Car s’il y a bien un élément qui rend la série unique, c’est son humour.

L’HUMOUR TOUJOURS.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Barry Windsor-Smith maîtrise l’humour à la perfection. Sous sa plume, tout est susceptible de faire sourire, voire de faire franchement rire.

Le lecteur est sans cesse pris au dépourvu et il est absolument impossible de deviner dans quel pétrin les deux héros vont se jeter, ni quelle réaction ils auront.

« Qu’est-ce qu’il faut faire pour avoir une bonne bagarre aujourd’hui ?!

Ce n’est plus que « gros » par-ci et « « sale gueule » par-là ! »

Les registres sont extrêmement variés, tant et si bien qu’on sera autant amusé par un Armstrong enseveli sous une fiente de ptérodactyle que par une allusion littéraire particulièrement éloquente :

« mon bon ami, malgré ses efforts continus pendant des siècles (vins fins, œuvres d’art classique et autres) est une brute de la même nature romantique que… disons… le Porthos de Dumas, ou bien le réel Erol Flynn… Mais sans le physique avantageux, bien sûr. »

Notons d’ailleurs que cette référence au héros des Trois mousquetaires donnera lieu à un développement dans un épisode d’anthologie.

Les dialogues, les personnages, les situations… tout est propice à faire rire.

DU GRAND BARRY WINDSOR-SMITH.

On l’aura compris, Archer & Armstrong de Barry Windsor-Smith est une œuvre d’exception qui, au-delà des très nombreuses qualités déjà évoquées, permet à son auteur de faire preuve de son immense talent.

Œuvrant aux dessins et au scénario pour la très grande majorité des épisodes présents dans cette anthologie, l’auteur nous ravit par son inventivité et son sens unique de la composition et des dialogues.

On ne peut par ailleurs qu’admirer l’incroyable variété dans le style de l’artiste. En effet, dans les deux derniers épisodes présentés dans le volume, on suit une courte aventure de Gilad Anni-Padda, l’Eternal Warrior, dans un si style sombre et si violent qu’on en vient même à se demander s’ils sont vraiment l’œuvre du même auteur que celui qui a écrit les aventures irrésistiblement drôles d’Archer & Armstrong.

Une œuvre d’exception mérite une édition d’exception. Pour finir, soulignons donc le remarquable travail d’édition réalisé par Bliss Comics pour nous permettre de profiter de ces aventures dans un ouvrage luxueux, complété par des bonus (dont une couverture de Franck Miller !) et un signet en tissu rouge qui vient parfaire un volume de près de 400 pages de pur bonheur.

Article posté le vendredi 01 mai 2020 par Victor Benelbaz

Archer & Armstrong de Barry Windsor-Smith (Bliss comics / Valiant)
  • Archer & Armstrong
  • Auteur : Barry Windsor-Smith
  • Éditeur : Bliss
  • Prix : 35 €
  • Parution : 20 septembre 2019
  • ISBN : 9782375781975

Résumé de l’éditeur : Enfant, Obadiah Archer est laissé pour mort par ses parents, des évangélistes corrompus. Échappant à son destin, il passe la décennie suivante dans un monastère bouddhiste pour devenir le meilleur combattant du monde. Son corps est un temple, ses mouvements en parfaite harmonie, son esprit est serein… Exception faite de son désir irrépressible de vengeance ! Armstrong, un immortel aussi fort que bavard, a abandonné tout idéalisme il y a des millénaires. De nos jours, il passe son temps à boire et à raconter les aventures incroyables qu’il a vécues au cours de l’histoire à qui veut bien l’écouter… Enfin ça, c’est quand il n’est pas pourchassé par une secte tentaculaire qui le prend pour l’Antéchrist et veut sa mort depuis deux mille ans ! Lorsqu’il rencontre Archer, alors en pleine quête de sens, leurs destins se lient et ils formeront un duo aussi improbable qu’inséparable !

À propos de l'auteur de cet article

Victor Benelbaz

Victor Benelbaz

Tombé dans la marmite de la bande dessinée depuis tout petit, Victor est un vrai amateur éclairé. Comics ou récits jeunesse sont les deux genres préférés de ce professeur de français.

En savoir