Arsène Schrauwen

Aventurier et passionné, Arsène Schrauwen s’embarque sur un paquebot direction la Colonie, pour y rejoindre son cousin, dans les années 40. Là-bas, il y découvrira l’amour, un travail, des désillusions et des maladies. Olivier Schrauwen imagine une biographie fantasmée et inclassable de son grand-père; un très beau roman graphique édité par L’Association.

DES RIVES DE L’ESCAUT AUX PLAGES DE LA COLONIE

1947, dans les Flandres belges. Arsène, un jeune homme de 27 ans, est en quête d’aventure, d’un ailleurs idéalisé. Paniqué à l’idée de monter dans un avion, il décide d’embarquer sur un navire direction la Colonie, où l’attend Roger Desmet, son cousin. Après une traversée au long court qui lui vaudra quelques drôles de rencontres, il suit le plan signé par son cousin pour rejoindre sa maison.

Dans le sublime jardin de l’immense villa, il fait la connaissance de Marieke, la femme de Desmet. De suite, il est sans voix face à cet interdit. Il n’a alors d’yeux que pour elle, se laissant aveugler par l’amour.

Quelques jours après, Roger, fier de lui, l’emmène dans un entrepôt où sont installés les plans d’une ville qu’il a imaginé et qui n’est pas encore sortie de terre. Pour l’instant la cité – qui ressemble à n’importe quelle ville des Flandres – commence juste à prendre forme en maquette et des employés s’attèlent à la tache. Arsène devient alors la direction du chantier de Freetown, qui sera construite au milieu de la jungle.

UNE VILLE FUTURISTE IDÉALISÉE

Olivier Schrauwen dévoile une biographie décalée et folle, entre réalités et fantasmes. Son grand-père, anti-héros à l’état pur, ne réussit pas réellement ce qu’il entreprend : Marieke est un amour interdit, les projets qu’il essaie d’imaginer restent dans les tiroirs et il s’avère plutôt craintif restant enfermé physiquement (cabine du bateau) mais aussi psychologiquement (les carcans sont importants et il est difficile de les faire tomber).

Roman graphique inclassable et d’une grande créativité, l’auteur belge de 38 ans y manie l’humour et l’ironie à la perfection. Il tourne ainsi en dérision les récits d’aventure et les biographies conventionnelles. Truffée de références romanesques ou de bande dessinée comme Tintin au Congo, l’histoire met aussi l’accent sur le mythe du « bon blanc qui a colonisé les sauvages » (ici l’ancien Congo Belge). Même si Roger imagine une ville sans ségrégation et qui « favoriserait la communauté tout en respectant l’intégrité personnelle et culturelle de l’individu ».

UN TRAIT MULTIFORME

Si la partie scénaristique est enjouée, la partie graphique surprend puisqu’elle y est multiforme. Hommages et clins d’œil aux architectes comme Le Corbusier voire Oscar Niemeyer mais aussi aux auteurs du 9e art comme Killoffer, Hergé ou Töpffer, les vignettes naviguent d’un espace à l’autre en déroutant le lecteur. Pourtant ce dernier s’y fait et prend du plaisir à entrer dans cet univers si singulier.

Le schéma narratif extrêmement bien écrit et pensé est porté par un dessin en bichromie bleue et rouge où parfois les personnages comme les décors sont représentés dans leur plus simple expression; des formes géométriques.

Article posté le mardi 13 octobre 2015 par Damien Canteau

  • Arsène Schrauwen
  • Auteur : Olivier Schrauwen
  • Editeur : L’Association
  • Prix : 35€
  • Parution : 13 octobre 2015

Résumé de l’éditeur : En 1947, Arsène Schrauwen embarque sur un paquebot. Il traverse l’océan pour rallier une mystérieuse colonie. Le grand-père d’Olivier Schrauwen a fait ce long voyage à la demande de son cousin Roger. Sur place, il réside sur le vaste domaine de son parent et s’acclimate péniblement à la vie locale. Une fois sur pied, Roger lui dévoile ses projets. Ensemble, ils vont créer l’impossible, une cité utopique au cœur du monde sauvage qui répondra au doux nom de « Freedom Town ». Atteindre cet objectif sera une entreprise des plus difficiles.

Arsène tombe éperdument amoureux de Marieke, la femme de son cousin au moment où ce dernier est interné à cause d’un déséquilibre mental passager. Arsène partira alors seul et inexpérimenté à la tête de l’expédition à destination de la terre promise. Il devra faire face aux dangers de la jungle, s’accommoder de ses sentiments pour Marieke et faire avec un étrange virus tropical qui menace de décimer ses hommes. Progressivement, il va perdre le contrôle et s’éloigner de la réalité, s’engouffrant dans sa propre paranoïa.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir