Détective Conan # 81

Nous ne pouvions pas passer à côté d’un succès populaire aussi important que celui de Détective Conan. Vendu à des millions d’exemplaires au Japon depuis 1994 comme en France où la série compte déjà 81 tomes, tous parus chez Kana. Les ados comme les plus jeunes connaissent ce fin limier grâce aussi à la série animé qui passe sur le petit écran depuis 2003, sur France 3.

DE SHINICHI A CONAN EDOGAWA

Shinichi Kudô est un jeune lycéen japonais de 17 ans. Détective à ses heures perdues, il est le fils d’un célèbre auteur de romans policiers connu dans le monde entier. Doté d’un remarquable sens de l’observation, il résout de nombreuses affaires complexes. Un soir, alors qu’il va à un rendez-vous amoureux avec Ran Mouri, son amie d’enfance, il surprend de mystérieux hommes en noir se livrant à un chantage. L’un d’eux lui fait avaler un poison inconnu. S’il ne meurt pas, Shinichi rajeunit de quelques années.

Ayant désormais l’apparence d’un enfant de 7 ans, il décide de changer de nom pour celui de Conan Edogawa et cache sa véritable identité à sa petite amie. Il continue néanmoins à résoudre des énigmes, notamment celles de son oncle Kogoro, inspecteur, et recherche aussi des indices pouvant le mener aux hommes en noir dans l’espoir de retrouver une apparence normale.

DE NOMBREUSES AFFAIRES A RÉSOUDRE

Comme dans les précédentes publications, le manga est composé de petits récits qui sont autant d’affaires à résoudre. Dans ce tome 81, Conan doit s’occuper de dossiers importants dont :

  • Les souvenirs de Jodie. Une quadragénaire pickpocket est retrouvée morte dans un temple. Recherchée depuis de nombreuses années par la sécurité de proximité, elle avait dans sa poche une porte-monnaie rempli de pièces de 5 yens noircies au feutre. Le seul témoin du tabassage est le Professeur Agasa, ayant assisté à la scène des toilettes…
  • Meurtre pour un privé dans un bar. L’inspecteur Kogoro se rend dans un bar afin d’éclaircir un drôle de mystère : tous les soirs, la bairmaid entend un bruit de bouchon de champagne accompagné d’une odeur indescriptible. Conan, le neveu du policier vient le chercher car sa femme l’attend pour le dîner…
  • Un odeur de fuel. Monsieur Tamba, professeur de sport de 32 ans est retrouvé mort par Madame Masaki, sa collègue, professeur de sciences. Avec Michiko, ils avaient décidé d’aller jouer au bowling, mais le jeune homme avait beaucoup bu ce qui l’avait rendu agressif…

UN TRES BON MANGA POPULAIRE

L’on comprend mieux l’immense succès de ce manga : cela est surtout dû à la personnalité attachante de Shinichi. Ayant l’aspect d’un petit garçon, il ne faut pas oublier qu’il a la maturité d’un jeune homme. Dynamique, un peu gaffeur et doué d’une grande intelligence, qu’il met au service des enquêtes menées souvent avec trop de rapidité par la police. Il est prompt à découvrir tous les indices grâce à son sens inné de l’observation. La galerie de personnages autour de lui est aussi agréable, car sympathiques. Teintées d’un bel humour, les enquêtes liées à des meurtres sont souvent bien construites et assez variées. Graphiquement, c’est extrêmement efficace comme le sont les mangas d’essence populaire.

GOSHO AOYAMA, LE PÈRE DE CONAN

Né en 1963 à Daiei au Japon, Gosho Aoyama après des études d’arts à l’Université de Nihon à Tokyo, il commence à dessiner des mangas. Il est repéré grâce à un concours puis publie Chotto Mattete (Attends-moi) pour lequel il est lauréat du prestigieux Prix Shôgakukan  des jeunes auteurs en 1987. L’année suivante, il débute alors Magic Kaito (un personnage secondaire de Détective Conan, réédité par Kana) puis Yaiba et enfin sa série phare Détective Conan en 1994. Il sera d’ailleurs le mangaka le mieux payé au Japon en 1999.

Article posté le dimanche 27 décembre 2015 par Damien Canteau

  • Détective Conan, volume 81
  • Auteur : Gosho Aoyama
  • Editeur : Kana
  • Prix : 6.85€
  • Parution : 04 décembre 2015

 

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir