Est-ce qu’on pourrait parler d’autre chose ?

Attention chef-d’oeuvre! Racontant les dernières années de ses parents avec tendresse, humour et sincérité, l’Américaine Roz Chast signe avec Est-ce qu’on pourrait parler d’autre chose ? un petit bijou . C’est à la fois beau, drôle et touchant. A lire assurément.

C’est l’histoire de la vie. De ce moment que les parents comme les enfants redoutent. Celui des dernières années des premiers. De ces périodes où le poids de l’âge se fait ressentir avec son lot de douleurs et de diminution des facultés intellectuelles ou physiques. De ces instants où l’existence approche de sa conclusion. Un sujet délicat et universel.

Tendresse, humour et pertinence

Avec un style narratif alliant tendresse, humour et pertinence que ne renierait pas Woody Allen, la dessinatrice de presse américaine Roz Chast raconte les dernières années de ses parents dans Est-ce qu’on pourrait parler d’autre chose ?. Un témoignage intime à la résonance évidente chez le lecteur tant ce sujet de la filiation et des responsabilités familiales est inscrit dans l’humanité.

Habituée à travailler pour les grands magazines américains et notamment The New Yorker où ses premiers dessins ont été publiés en 1978, Roz Chast signe ici une oeuvre inclassable. Bien plus qu’un roman graphique, il s’agit d’un véritable mémoire graphique de son histoire familiale, dont la narration est sublimée par ce trait énergique servant à merveille un récit empreint d’émotion, d’humour mais aussi d’une forme de fatalité.

Récit familial

Fille unique ayant grandit à Brooklyn avant de déménager avec son mari et son fils de trois ans dans le Connecticut en 1990 quand ses parents avaient 78 ans et étaient encore dans la force de l’âge, Roz Chast raconte son retour dans l’appartement familial pour la première fois en 2001 et les huit années ayant suivi, jusqu’aux décès de son père Georges le 17 octobre 2007 à 95 ans, puis de sa mère, Elizabeth, le 30 septembre 2009 à 97 ans.

Tous deux nés en 1912 dans East Harlem, un quartier de New York, Georges et Elizabeth se connaissaient depuis toujours, grandissant à deux rues l’un de l’autre, se trouvant dans la même classe de sixième, se mariant le 25 juin 1938 et devenant parents le 26 novembre 1954. « Ils ne sortaient jamais, ils n’avaient que l’un l’autre. A part la guerre, le travail, les maladies et aller aux toilettes, ils faisaient tout ensemble », indique Roz Chast.

Mais leurs caractères sont bien différents. Directrice adjointe d’une école primaire lorsqu’elle était en activité, Elizabeth est une femme très autoritaire dont les colères, surnommées « les décharges à la Chast » sont redoutées de tous. De son côté, Georges, ex-professeur de français et d’espagnol dans un lycée, est totalement sous l’emprise de cette femme un brin tyrannique.

Approche de la mort

Forcément, l’approche des derniers instants va être vécue bien différemment. Sans surprise, Elizabeth a toujours refusé d’évoquer la mort. Mais lorsque tous deux arrivent à 93 ans, leur santé se dégrade progressivement. D’abord par des petites choses du quotidien à l’image des pertes de mémoire de Georges, puis cela s’amplifie jusqu’aux hospitalisations comme celle d’Elizabeth suite à une chute, aboutissant au placement en maison de retraite dans le Connecticut à côté de chez leur fille puis l’issue finale.

Sans tomber de l’auto-apitoiement, Roz Chast évoque tous ces instants de la vieillesse, qu’ils soient difficiles à vivre, absurdes ou étranges. Tout est raconté : la place de plus en plus importante qu’elle doit prendre dans la vie de son père et de sa mère afin de leur apporter son aide ou les différentes étapes d’un long cheminement avec le ménage de mauvaise qualité, le déni, les accidents, jusqu’à la prise de conscience de ses parents et le départ de cet appartement de Brooklyn où ils vécurent plus de cinquante ans et laissèrent un lot d’objets dont l’inventaire constitue le témoignage de leur vie.

Témoignage bouleversant sur la fin de vie

Roz Chast livre un témoignage unique, drôle et bouleversant sur la fin de vie. A travers les 240 pages de ce livre, l’auteur ne cache rien à son lecteur, livrant un récit de l’intime servant aussi probablement une forme de thérapie l’aidant à faire son deuil.

Lors de sa sortie aux Etats-Unis en 2014, l’album dont le titre original est Can’t we talk about something more pleasant ?, a connu un énorme succès, se vendant à 140.000 exemplaires, figurant dans le top 10 des meilleurs livres de l’année 2014 du célèbre New York Times, et récompensé par le Prix Kirkuk et le National Book Critics Awards tout en terminant finaliste des National Book Awards. Des distinctions méritées.

Est-ce qu’on pourrait parler d’autre chose ? est le premier livre de l’Américaine publié en français. On attend les prochains avec une grande impatience.

Article posté le lundi 14 décembre 2015 par Nicolas Albert

Est-ce qu'on pourrait parler d'autre chose? fait partie des 15 meilleures BD publiées en 2015 pour Comixtrip, le site spécialisé en bande dessinée
  • Est-ce qu’on pourrait parler d’autre chose ?
  • Auteur : Roz Chast
  • Editeur : Gallimard
  • Prix : 25€
  • Parution : 15 octobre 2015

Résumé de l’éditeur : Les parents de Roz vivent depuis cinquante ans dans le même appartement de Brooklyn, convaincus qu’il leur suffit de ne pas penser à la mort pour la tenir à distance. Mais quand les effets du grand âge se font sentir malgré tout, Roz n’a d’autre choix que de s’immiscer dans leur quotidien pour leur venir en aide. Une intrusion qui se révèle aussi perturbante pour le trio que la vieillesse elle-même…

À propos de l'auteur de cet article

Nicolas Albert

Nicolas Albert

Nicolas Albert est journaliste à la Nouvelle République - Centre Presse à Poitiers. Auteur de plusieurs livres sur la bande dessinée (Atelier Sanzot, XIII 20 ans sans mémoire…) ou de documentaires video, il assure également différentes missions pour le festival international de la bande dessinée d'Angoulême : commissaire d’expositions (Atelier Sanzot, Capsule Cosmique, Boule et Bill, le Théâtre des merveilles, Les Légendaires…), metteur en scène des concerts de dessins, rédacteur en chef de la WebTV et membre du comité de sélection.

En savoir