Faune ou l’histoire d’un immoral

Nommé en Sélection Patrimoine du Festival BD d’Angoulême 2017, Faune ou l’histoire d’un immoral met en scène la fameuse créature mythologique mi-homme mi-bouc dans des histoires étonnantes signées Aristophane Boulon.

FAUNE A LA GUEULE DE BOIS

Un faune se réveille dans un drôle d’état après une nuit de débauche. Cet être mythologique, associé au dieu Faunus (Pan chez les Grecs), est une créature mi-homme mi-bouc, toujours prompt à la fête, aux agapes et au sexe.

Pour notre Faune, la gueule de bois est là ! Pour faire passer ce goût amer en bouche, il pense qu’une promenade en forêt lui fera lui plus grand bien. Mais il est interpellé et titillé par un corbeau cynique qu’il réussit à chasser.

Non loin de là, Faune découvre trois jeunes demoiselles endormies. Il les surprend en mordant l’une d’elles. Pas trop impressionnées par cet être fantastique, elles veulent le présenter à leur père et son chien. Blessé par le canidé, il jure de lapider le prochain chien qu’il croisera…

ARISTOPHANE BOULON : UN AUTEUR MODERNE

Né en 1967 en Guadeloupe, Firmin Aristophane Boulon ne gardera que son deuxième prénom comme nom d’artiste. Il suit les cours des Beaux-Arts à Paris pendant deux années puis rejoint Angoulême pour intégrer l’Atelier spécialisé Bande Dessinée des Beaux-Arts de la cité angoumoisine en 1990. Plutôt discret et tout en retenue, il reste à l’écart du groupe de jeunes élèves.

A son arrivée dans la capitale de la bande dessinée, il avait déjà mis en page Logorrhée – qui paraîtra en 1993 aux éditions Le Lézard – un album sur des dialogues philosophiques et piquants entre deux jeunes filles.

Il participe aux aventures éditoriales de nombreuses revues naissantes dans les années 90 : Le Lézard, Lapin (une partie de Faune sera prépubliée dans ses pages), Le cheval sans tête, Ego comme X (Les soeurs Zabîme), Au fil du Nil ou Jade.

En janvier 1994, il imagine Conte démoniaque, une très bel album de 300 pages autour des guerres qui ne paraîtra que deux années plus tard à L’Association après souscription. Faune ou l’histoire d’un immoral verra le jour aux éditions Amok, la même année. Malgré la grande richesse narrative et une partie très moderne pour l’époque – entre classicisme et liberté – de Conte démoniaque et Faune, il détruira l’ensemble des pages originales, parce qu’il estimait qu’elles lui avaient été inspirées par le Diable !

Loin des Hommes, il se retire, continue de dessiner mais ne publiera plus rien. Il décède d’un arrêt cardiaque en 2004. Il laisse une œuvre très forte, intelligente et singulière; ses travaux se concentrant sur quelques années.

FAUNE : QUESTIONNEMENTS MORAUX ET PHILOSOPHIQUES

Aristophane n’a que 26 ans lorsqu’il imagine Faune ou l’histoire d’un immoral. A cette époque, l’auteur est influencé par La Divine Comédie de Dante et Les chants de Maldoror de Lautréamont. Les premiers chapitres seront donc publiés dans la revue Lapin, publiés par Amok mais jamais réédités depuis.

Emprunt d’un humour subtil, les mini-récits qui forment une histoire complète, plonge le lecteur dans les méandres de l’être humain, entre doutes et espoirs, avec son lot de questions morales, philosophiques et mystiques. Faune est un personnage débordant, avide d’alcool et de sexe, sans entrave mais qui ne regrette jamais. Il ment toujours, il viole souvent et tue de temps en temps, comme le confère son statut de créature des dieux. Sans méchanceté ni joie, juste parce qu’à ce moment-là, il doit le faire. Il mourra d’ennui et privé de nouveaux défis, seul.

Article posté le lundi 02 janvier 2017 par Damien Canteau

Faune ou l'histoire d'un immoral de Aristophane (Fremok) décrypté par Comixtrip le site Bd de référence
  • Faune ou l’histoire d’un immoral
  • Auteur : Aristophane
  • Éditeur : Fremok
  • Prix : 19€
  • Parution : 02 juin 2016

Résumé de l’éditeur : Il était une fois un poète, visionnaire et martyr. Penché au dessus de l’abime de la condition humaine, marié à l’univers, ainsi contait Aristophane. Faune se réveille. Il n’est pas frais, ni dispos. Il a fait la java tard la nuit, il a la gueule de bois. Après avoir uriné les violettes de son jardin sauvage, il décide de partir à travers sentiers et collines. Il s’imagine qu’une promenade le rafraîchira… Ainsi débute notre ouvrage. Il va nous conduire vers la fin pathétique d’ un dieu cruel et terriblement humain, qui jette là ses derniers feux. Toutes ses victimes, hommes et bêtes, seront bientôt liguées contre lui. Et l’on découvrira que même un mythe peut mourir.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir