Fenouillard-Camember-Cosinus, L’album Christophe

Editeur historique de Christophe, Armand Colin réunit dans un seul album les trois histoires qui contribuèrent à sa notoriété. Retour aux sources de la bande dessinée française. 

A LA DÉCOUVERTE DE COLOMB

Par quel versant gravir un tel sommet? Quelle voie emprunter pour rendre compte au mieux de l’œuvre dessinée de Georges Colomb, alias Christophe, l’un des précurseurs de la bande dessinée? On laissera ici de côté les analyses savantes et les gloses des spécialistes pour s’intéresser à ce formidable conteur d’histoires, né en Haute-Saône en 1856, mort à Nyons en 1945.

Christophe est notamment l’auteur de trois séries parues en feuilleton à la fin du XIXe siècle dans Le Petit Français illustré. Il s’agit de La Famille Fenouillard (de 1889 à 1893), Les facéties du sapeur Camember ( de 1890 à 1896 ) et L’idée fixe du savant Cosinus ( de 1893 à 1899 ).

Armand Colin, l’éditeur historique de Christophe, vient de réunir dans un même et bel album ces histoires qui firent le succès de son auteur. Présenté par l’historien Pascal Ory et le dessinateur Martin Veyron, autre admirateur de l’œuvre de Georges Colomb.

LES FENOUILLARD A LA MANŒUVRE

Chercheur doublé d’un pédagogue, Georges Colomb était docteur en sciences naturelles, maître de conférences à la Sorbonne où il terminera sa carrière au poste de sous-directeur du laboratoire de botanique. Il est par ailleurs l’auteur de nombreux manuels scolaires, tant en botanique qu’en zoologie. C’était aussi un homme de radio. Conférencier de Radio-Paris de 1924 à 1939  (avant que celle-ci ne devienne allemande…) il est proclamé « Prince du micro » en 1933.

Avec La famille Fenouillard, lancée en 1889, c’est la bourgeoisie qui entre en scène, et pas toujours à son avantage. Christophe raconte les déboires d’Agénor et de Léocadie et de leurs deux filles, Artémise et Cunégonde. Férus de voyages, « Chez les papous », « Chez les Sioux », au Japon, de l’Atlantique au Pacifique, ces apprentis aventuriers vont de déconvenue en déconvenue. Comique de situation, jeux de mots, sentences assénées avec certitude, le tout servi dans un vocabulaire très recherché, font encore mouche aujourd’hui. Ainsi du célèbre et fumeux aphorisme lancé par le père Fenouillard: « Quand la borne est franchie, il n’est plus de limites. »

CAMEMBER ET COSINUS SANS LIMITES

Autre sommet de l’humour de Colomb, le sapeur Camember qui développe des jeux de langage qu’on apprécie encore 120 ans plus tard. Ce sapeur « qui portait la hache et le tablier à la fin du Second Empire » et porteur d’un bonnet à poil, n’a de cesse de faire des blagues à ses congénères. Parfois dynamiteur de la discipline militaire, il impose ici et là une logique toute personnelle face aux aléas de la condition humaine. Idem pour le savant Cosinus, qui travaille « sur le lieu géométrique de l’intersection des cercles imaginaires à centre indéterminé », conçoit et fabrique des « anémélectroreculpédalicoupevent-ombrosoparacloucycles ». Flanqué parfois du dentiste Max Hilaire ( Eh oui, Colomb était aussi le roi du calembour! ) et de la craintive madame Belazor, ce Cosinus loufoque à la logique déroutante a séduit en son temps des auteurs comme Jean Cocteau ou Raymond Queneau.

Ces trois histoires passées à la postérité sont souvent parsemées de prouesses graphiques. Jeux sur les contrastes, utilisation des ombres chinoises, utilisation de la plongée et de la contre-plongée confèrent aussi à ce travail une étonnante modernité. Les lecteurs attentifs y verront des correspondances avec l’ oeuvre d’autres grands anciens comme Töpffer,  Hergé ou Benjamin Rabier.

Article posté le jeudi 31 décembre 2015 par Jean-Michel Gouin

  • L’album Christophe
  • Auteur : George Colomb
  • Editeur : Armand Colin
  • Prix : 26 euros
  • Parution : novembre 2015

Résumé de l’éditeur :  Georges Colomb alias Christophe est l’un des précurseurs de la bande dessinée. Il fit paraître ses premières histoires en feuilletons parmi lesquelles la Famille Fenouillard (de 1889 à 1893), les Facéties du sapeur Camember (de 1890 à 1896) et L’Idée fixe du savant Cosinus (de 1893 à 1899). Éditeur historique de Christophe, Armand Colin réunit dans cet album les trois histoires qui contribuèrent à sa notoriété. Qui mieux que Martin Veyron et Pascal Ory, deux admirateurs et éminents spécialistes en la matière, pouvait lui rendre un meilleur hommage ? Leurs textes offrent un éclairage exceptionnel sur ce que représente l’oeuvre de Christophe et ce qu’elle apporte encore aux générations présentes. On n’a pas fini d’entendre parler du créateur de Fenouillard, Camember, Cosinus et consorts !

À propos de l'auteur de cet article

Jean-Michel Gouin

Jean-Michel Gouin

Passionné par l'écrit, notamment l'histoire, la littérature policière et la bande dessinée, Jean-Michel Gouin est journaliste à Poitiers.

En savoir