Frida

D’une très grande poésie, Frida est un magnifique livre sur Frida Kahlo, la peintre mexicaine signé Sébastien Perez et magistralement mis en image par Benjamin Lacombe.

FRIDA KAHLO : MAGICIENNE DE LA PEINTURE

Pour comprendre Frida, ce livre de Benjamin Lacombe et Sébastien Perez, il faut s’arrêter quelques secondes sur la vie de cette femme d’une grande modernité. Née en 1907 au Mexique et décédée en 1954, Frida Kalho était une peintre mondialement connue. Troisième fille de Isabel et Guillermo, elle est née dans La maison Bleue (Casa azul, actuel musée Kahlo) au sud de Mexico. A l’âge de 6 ans, elle est atteinte de poliomyélite qui la laisse infirme (son pied droit ne grandira plus). On a longtemps supposé qu’elle avait eu une malformation congénitale au niveau de la colonne vertébrale qui aurait eu cette conséquence sur sa jambe.

Passionnée de sciences naturelles, elle souhaite devenir médecin. Elle intègre alors l’Ecole préparatoire nationale (elle est l’une des 35 premières filles sur les 2000 élèves à y entrer).

En 1925, elle est victime d’un accident d’autobus. Plusieurs passagers sont tués et elle, est grièvement blessée : son abdomen est transpercé par une barre métallique et sa jambe droite subit 11 fractures. Elle reste 3 mois à l’hôpital puis doit y revenir car une de ses vertèbres lombaires est fracturée (elle portera un corset). C’est à ce moment qu’elle commence à peindre. Au-dessus de son lit est accroché un miroir qui lui permet de se peindre elle-même.

En 1928, elle prend sa carte au parti communiste et rencontre Diego Rivera, son futur mari, un cadre du parti et grand peintre du mouvement muraliste . Ils deviennent époux l’année suivante mais leur relation est compliquée car il la trompe souvent. De plus, elle  fait trois fausses couches (vraisemblablement à cause de ses différents problèmes physiques) qui mettent à mal cet amour très libre.

Vraie féministe, idéaliste, proche des milieux révolutionnaires (elle accueille Trotski et sa femme dans sa maison lorsqu’il est en exil), son œuvre mondialement connu, lui permettra de devenir l’un des peintres majeurs du 20e siècle. Comme le souligne Lacombe : « Aujourd’hui les mexicains la considèrent comme une incarnation de la nation » puisqu’elle était aussi très attachée à son pays et à sa terre.

FRIDA : UN MERVEILLEUX LIVRE

D’entrée, Frida nous fascine par une couverture magistrale de Benjamin Lacombe : le visage de Frida au milieu des fleurs. La texture de cette dernière amplifie cette sensation. Il est à noter que le livre n’est pas du tout une biographie dessinée classique : pas de dates, pas de longues explications sur sa technique ou ses influences, mais des thématiques très diverses.

Neuf thèmes écrits par Sébastien Perez qui ont parcouru la vie de la peintre mexicaine : l’accouchement de sa mère qui reste fortement ancré en elle, La médecine dont notamment son rapport à ce sujet (son envie de devenir médecin), son accident et ses problèmes de poitrine dans La colonne brisée.

La maternité et son impossibilité d’avoir des enfants. Elle dira d’ailleurs : « Le bourgeon qui grandissait au creux de moi s’est fané, privé de vie par cette coque déformée ».

Mais aussi La faune et ses compagnons qui apaisent ses maux : Granizo son faon, Changuito un de ses singes ou ses chiens. L’amour notamment pour Diego son mari, La mort et les fameuses fêtes des morts (Dia de los muertos et les Calaveras) ou encore La postérité.

Pour appuyer ses textes, Sébastien Perez y glisse des citations de Frida Kahlo qui sont issues de ses correspondances. Ainsi le lecteur peut goûter tout le sel des pensées de la grande artiste.

LA FRIDA KALHO DE BENJAMIN LACOMBE

Si la partie narrative est originale, celle graphique est fantastique. Comme, il l’explique dans la postface, Benjamin Lacombe a croisé le regard de Frida pour la première fois vers 12/13 ans en observant la reproduction de sa célèbre toile Autoportrait aux singes datant de 1943, sur une carte postale. Plus tard, il approche son œuvre pendant ses études en Histoire de l’Art et ainsi de comprendre le contexte dans lequel elle a peint ses tableaux.

Il réalise de grandes illustrations, des découpes dans certaines d’elles pour laisser passer des éléments de celles qui suivent. D’une grande force graphique et d’une vraie beauté, ses dessins sont étonnants et magnifiques. Il s’inspire des tableaux de Frida pour les réinterpréter ou les intégrer à ses dessins. Il réussit le tour de force de nous faire ressentir toute la force et l’intensité des tableaux de Kahlo.

  • A noter qu’une exposition Frida Anatomicum s’est tenue au Musée de l’histoire de la médecine à Paris entre le 9 novembre et le 7 décembre 2016 et mettait en lumière les dessins issus de ce livre mais aussi des poupées de Kahlo réalisées par Benjamin Lacombe.

 

  • Vous pouvez aussi (re)lire Frida Kahlo, une autobiographie en bande dessinée de Jean-Luc Cornette et Flore Balthazar (Delcourt, février 2015).
Article posté le samedi 24 décembre 2016 par Damien Canteau

Frida de Sébastien Perez et Benjamin Lacombe (Albin Michel) décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • Frida
  • Scénariste : Sébastien Perez
  • Dessinateur : Benjamin Lacombe
  • Éditeur : Albin Michel
  • Prix : 25€
  • Parution : 23 novembre 2016

Résumé de l’éditeur : L’une des plus grandes figures de l’art mexicain du XXe siècle inspire Benjamin Lacombe et Sébastien Perez pour leur nouvelle collaboration. Pour lui rendre hommage, Benjamin Lacombe propose une immersion inédite dans le processus créatif de l’artiste. Une succession de pages découpées et un texte poétique nous entraînent dans les profondeurs de l’âme de Frida Kahlo. À la manière d’un recueil de pensées, le livre explore les thématiques qui sont chères à Frida : l’amour, la mort, la terre, les animaux… Sébastien Perez insère dans son texte des phrases extraites des correspondances de Frida pour restituer de la façon la plus sincère et vraie ce que l’artiste ressentait  » par-devers elle et face à elle « .

 

Alice de l'autre côté du miroir, illustré par Benjamin Lacombe

En plus de Frida, Benjamin Lacombe connait une deuxième publication avec Alice de l’autre côté du miroir (éditions Soleil, collection Métamorphose) en ce mois de novembre.

Résumé de l’éditeur : Après une très belle édition illustrée d' »Alice au pays des merveilles », Benjamin Lacombe sublime la distorsion du temps et de l’espace avec « De l’autre côté du miroir ». Dans cette suite directe du chef-d’oeuvre de Lewis Carroll (traduite par Henri Parisot), Alice décide de passer « de l’autre côté du miroir » et s’y métamorphose ! De pion, elle deviendra reine. Le monde du miroir se présente comme un monde inversé. L’espace et le temps y sont mis à mal… Il faut courir très vite pour rester sur place ! Certaines pages se déplient à la façon d’un plateau de jeu d’échec et accompagnent la bascule d’une dimension à l’autre ; décors, personnages évoluent littéralement. Benjamin Lacombe se délecte en proposant ainsi une vision, une interprétation singulière de la beauté étrange d’un monde, bercé par un délicieux mélange de poésie, d’humour et de non-sens, qui vise implicitement à former les plus jeunes.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir